Intervenir : histoires, recherches, pratiques

Anne-Lise Ulmann (dir.), Annie Weill-Fassina (dir.), Tahar Hakim Benchekroun (dir.). Intervenir : histoires, recherches, pratiques. Toulouse : Octarès, 2017, 220 pages.

Cet ouvrage, sous la direction d’Anne-Lise Ulmann, d’Annie Weill-Fassina et de Tahar Hakim Benchekroun prolonge un séminaire de travail organisé avec Lin Lhotellier, et Yvon Miossec dans le cadre des travaux du Centre de recherches sur le travail et le développement, dirigé par Pierre Falzon au Conservatoire national des arts et métiers. Les auteurs, chercheurs dans les différentes équipes de ce laboratoire, travaillent dans le champ de la psychologie de l’orientation, de l’ergonomie, des cliniques du travail, de la formation professionnelle et de l’histoire du travail et de l’orientation.

En présentant la diversité des méthodologies mises en œuvre par ces chercheurs dans leur domaine, la première partie de ce livre explore le problème essentiel de « la conception des rapports entre recherche et intervention » et plus précisément celui de l’articulation entre méthodologies de recherche et méthodologies de l’action. Son originalité tient tout d’abord à la manière dont ces débats récurrents sont évoqués dans l’introduction et la première partie sous l’angle de leur émergence, de leur histoire et de leur diversité. Il ressort des interventions présentées dans les chapitres suivants des méthodologies singulières quant à leurs principes, leurs stratégies, leurs procédures. La deuxième partie du livre « La construction et les stratégies d’intervention » propose des exemples d’interventions qui se différencient par le type de demandes auxquelles elles répondent, le rôle du chercheur et son positionnement plus ou moins distant, objectif ou engagé dans le travail qu’il conduit avec ou auprès des personnes qui l’ont sollicité. La troisième partie « Méthodes et outils : la participation dans la dynamique de l’intervention » est centrée sur la manière dont l’intervenant garde la maîtrise de son organisation dans le processus de transformation du travail. La conclusion, d’Yves Clot, confirmant l’intérêt de cette mise en perspective historique, conceptuelle et méthodologique ouvre des perspectives de travail pour poursuivre et développer les réflexions sur les liens entre la recherche et l’agir, le travail de laboratoire et l’intervention. S’adressant à des chercheurs, des professionnels ou des étudiants, cet ouvrage leur offre l’opportunité d’approfondir et d’élargir, à partir d’exemples de pratiques, leurs réflexions sur la diversité des concepts, des attitudes, et des méthodologies d’intervention dans le champ du travail, de la formation et de l’orientation professionnelle.