Conciliation(s)

Appel à contribution pour la revue Initio.

Date limite de réception des propositions : 15 novembre 2017

En savoir plus : http://calenda.org/413448

Le prochain numéro de la revue Initio, qui s’intéresse à la formation et à la vie au travail, portera sur la question des conciliations, variées et multiples, entre éducation, formation, emploi, famille, vie privée. Ce prochain numéro se propose ainsi d’investiguer les nombreux enjeux, individuels, sociétaux, politiques ou encore économiques, en lien avec ces différentes conciliations.

Les mutations survenues au sein des systèmes éducatifs et du marché du travail ont conduit à repenser le lien entre formation et emploi au-delà de la seule transition entre deux séquences de vie relativement distinctes (Paul et Rose, 2008). En effet, de plus en plus, les individus sont amenés à investir l’un et l’autre de ces deux espaces, éducatif et professionnel, en menant de front plusieurs activités. La question de la conciliation formation-travail s’est ainsi logiquement imposée, que ce soit au travers du développement des formations « hybrides » telles que les formations en alternance (qui combinent formation en entreprise et formation académique), de l’essor de la formation continue ou de la formation tout au long de la vie (Huart, 2016), ou encore du salariat étudiant aujourd’hui bien ancré dans l’enseignement supérieur français par exemple (Béduwé & Giret, 2016). En outre vient s’ajouter la conciliation avec la vie privée, et pour certains, avec la vie familiale ou encore la vie associative.
Dès lors, ces conciliations peuvent amener les individus à assumer plusieurs statuts et rôles, de manière alternée ou simultanée, en vue de répondre à des attentes, qui respectivement aux rôles et statuts endossés, peuvent s’avérer différentes voire contradictoires (Stoetzel, 1978). Ainsi, la conciliation s’entend principalement sous le prisme d’un conflit à régler, à l’action de rendre compatible ce qui s’oppose, de rechercher des accords ou des solutions en vue de contenter les diverses parties. Elle semble le plus souvent retranscrire un rapport de force entre des rôles et des statuts, voire des identités, entrant en tension. Ajoutons que ces tensions peuvent transparaitre au sein d’une seule et même activité professionnelle. C’est par exemple le cas des directeurs d’établissement ou encore des enseignants-chercheurs qui expriment parfois la tension résidant entre responsabilités administratives et responsabilités pédagogiques (Royal, 2008; Musselin, 2008), et auxquelles s’ajoute l’exigence de la performance scientifique pour les seconds.

Lire la suite : http://calenda.org/413448