L’apprentissage, vecteur d’insertion et d’égalité des chances… Qu’en disent les chercheurs ?

Colloque international organisé par le CUFR Jean-François Champollion. Axe de recherche thématique Psychologie et Sociologie de l’Education et de l’Insertion. Master 2 Psychologie de l’accompagnement professionnel : approches cliniques et sociales, à Albi, les 1er et 2 décembre 2011 :

L’alternance et tout particulièrement l’apprentissage suscitent aujourd’hui un engouement important et sont présentés comme des dispositifs permettant de lutter contre le chômage des jeunes tout en favorisant l’égalité des chances. Alors que l’apprentissage fait l’objet d’un intérêt accru, tant des pouvoirs publics que du monde patronal et des médias, les apports de la communauté scientifique sur cette question sont largement passés sous silence. Force est de constater que l’idée selon laquelle le rapprochement entre l’école et l’entreprise favorise l’insertion professionnelle est devenue une telle évidence qu’il ne s’agit plus de la discuter. Pour autant, quels sont les acquis de la recherche scientifique en la matière ? Ce colloque pluridisciplinaire international vise à dresser un bilan des possibilités offertes par l’apprentissage en matière d’insertion professionnelle et d’égalité des chances (en fonction du genre, des origines sociales, scolaires et ethniques…). Il a également pour objectif de réunir les chercheurs spécialistes du «monde apprenti» et par delà de rendre visible tant un champ de recherche que des contributions permettant de discuter les « performances » de l’apprentissage. Il ne s’agit pas ici de désavouer ce mode de formation mais bien plutôt de réfléchir aux conditions devant être réunies pour que les jeunesses populaires (dont les filles et les jeunes issus de l’immigration bien peu représentés au sein de l’apprentissage) puissent accéder à une qualification valorisée et valorisante ouvrant à une véritable promotion professionnelle.

http://www.cereq.fr/index.php/agenda/L-APPRENTISSAGE-VECTEUR-D-INSERTION-ET-D-EGALITE-DES-CHANCES-QU-EN-DISENT-LES-CHERCHEURS