Tous les articles par Rédaction

La violence au travail

Parution de l’ouvrage de Marnix Dressen et Jean-Pierre Durand (coord.), Octarès, 2011, 394 p. :

La violence au travail occupe le devant de la scène médiatique depuis plusieurs décennies à travers ses conséquences : développement des troubles psycho-sociaux, multiplication des suicides au travail. Une équipe de sociologues démontent les mécanismes et montrent les fondements de cette violence dans une diversité de situations de travail. Cet ouvrage porte aussi sur les conditions d’émergence des violences au travail qui, trop souvent, ne rencontrent pas d’obstacles à leur épanouissement. Au-delà des violences physiques contre des personnes ou des harcèlements, les auteurs traitent essentiellement des violences nées des conditions de travail, des violences symboliques et des violences morales ou psychologiques.

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur : http://www.octares.com/boutique_fiche.asp?IdProd=188

Les souffrances sociales à la Martinique et leurs modes de gestion

Soutenance de thèse de Véronique Rochais, EHESS, le 31 octobre 2011 :

À la Martinique, département d’outre-mer fondé sur une organisation socio-raciale inégalitaire héritée du système colonial esclavagiste, les tensions et les inégalités entre les milieux sociaux pèsent encore lourdement. D’une part, la domination sociale et économique des anciens colons, les békés, perdure dans le temps et, d’autre part, le passé esclavagiste non assumé par une frange de la population martiniquaise descendante d’esclaves africains génère encore des frustrations, de la souffrance et un besoin de reconnaissance identitaire. À cette souffrance historique s’imbrique une autre souffrance dite sociale, en raison du contexte socio-économique dans lequel les inégalités sociales et les écarts entre les classes ne cessent de se creuser.

Les circuits courts entre marché et réseaux

Journée d’études proposée par l’EHESS, Centre Norbert Elias  –  La Vieille Charité, 2 rue de la Charié, Marseille :

  1. Les circuits courts et la notion de local. Comment est définie la notion de « local » dans les circuits courts ? Quelles sont les limites géographiques ou sociales du local ? On interrogera ainsi le lien entre la notion de « local » et les représentations de la qualité. Une attention particulière sera portée à la relation entre circuits courts et collectivités locales, en s’interrogeant sur les politiques en faveur des circuits courts.
  2. Solidarité et confiance dans les circuits courts. Quel rôle jouent-elles dans les liens qui s’établissent entre producteurs et consommateurs ? Quelles représentations de l’échange ont les différents acteurs impliqués et quelles pratiques d’échange sont mises en place ?
  3. Equité sociale, réseaux et normalisation. Les circuits courts, et les AMAP en particulier, contribuent-ils à produire une plus grande équité entre producteurs et consommateurs ? Quelle influence peuvent avoir les circuits courts sur l’ensemble du système agroalimentaire à l’échelle territoriale locale ou plus large ? Nous aborderons également les formes de normalisation autour de ce que doit être une « bonne » agriculture, une « bonne » alimentation et une « bonne » organisation des échanges entre producteurs et consommateurs.

Lire la suite : http://actualites.ehess.fr/nouvelle4620.html

Aborder la question des jeunes vulnérables en Afrique

Le Forum africain sur l’alphabétisation et les compétences de base pour les jeunes vulnérables s’est tenu du 26 au 29 septembre 2011 à Bamako, au Mali. Il a rassemblé 70 participants issus des pays suivants : Burkina Faso, Ghana, Libéria, Mali, Niger, Nigéria, Sénégal et Sierra Leone. Ce Forum avait été conjointement organisé par l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie et le bureau multi pays de l’UNESCO à Bamako, avec l’appui de l’Agence canadienne de développement international (ACDI). Des directeurs des bureaux d’alphabétisation et d’autres représentants des gouvernements, de la société civile et des jeunes vulnérables ont pu non seulement y examiner les politiques nationales mises en place pour promouvoir l’accès des jeunes à l’alphabétisation et aux compétences de base mais aussi partager les pratiques innovantes en vigueur pour répondre aux besoins spécifiques de ces jeunes. Un des points forts de la rencontre a résidé dans la présentation par l’UIL et l’ACDI de leur recherche sur les stratégies à déployer pour atteindre les jeunes vulnérables. L’UNESCO a renouvelé son engagement vis-à-vis de la jeunesse à travers la participation active de 17 jeunes aux débats sur les politiques et programmes. Lors de la clôture de la rencontre, chaque équipe nationale avait élaboré un plan d’action sur la meilleure façon de mettre en œuvre des programmes ciblant les jeunes vulnérables.

http://uil.unesco.org/fr/accueil/news-target/addressing-vulnerable-youth-in-afric/51f21f7b11188ceda4fdccd265e76610/

La théorie de Pierre Bourdieu et ses usages sociologiques

Parution de l’ouvrage de Sidonie Naulin, Anne Jourdain, La théorie de Pierre Bourdieu et ses usages sociologiques, Armand Collin, 2011, 128 p.,coll. 128 :

De tous les sociologues français du XXe siècle, Pierre Bourdieu (1930-2002) est sans doute aujourd’hui le plus connu et le plus controversé. Son œuvre foisonnante a durablement marqué le champ intellectuel en France et dans le monde. À l’origine d’une nouvelle théorie du monde social qui s’appuie sur des concepts clés tels que l’habitus, la violence symbolique ou le champ, Pierre Bourdieu s’attache à mettre au jour la réalité des rapports sociaux pour mieux la dénoncer.  Cet ouvrage présente trois dimensions centrales de l’œuvre de Pierre Bourdieu : sa réflexion épistémologique sur le métier de sociologue, l’élaboration de ses principaux concepts d’analyse à travers l’étude de domaines particuliers (école et culture) et enfin sa théorie de l’espace social. Dans chacun des chapitres, sont présentés des travaux d’auteurs qui ont poursuivi la réflexion de Pierre Bourdieu ou qui s’en sont inspirés.  C’est en s’intéressant aux apports et aspects critiques de la sociologie de Pierre Bourdieu que peuvent être saisies l’importance et la nature de son influence intellectuelle aujourd’hui.

Voir la présentation sur le site de l’éditeur : http://www.armand-colin.com/livre/354025/la-theorie-de-pierre-bourdieu-et-ses-usages-sociologiques.php

Le Même et l’Autre comme objets de management : perspectives sur le lien entre éthique et identité à partir du cas des pratiques de connaissance client (KYC)

Intervention de Mar Peretz le mercredi 7 décembre 2011 dans le cadre du séminaire de l’Association d’Études Sociales de la Finance (SSFA-AESF) :

Le séminaire de recherche de l’Association d’Études Sociales de la Finance (AESF-­‐SSFA) est un lieu où sont discutées des études scientifiques interdisciplinaires sur le monde de la finance. Le séminaire a lieu les mercredi de 18h à 20h, au Centre Maurice Halbwachs (ENS, 48 bd Jourdan, Paris 14ème), dans la salle de réunion (bâtiment B, 2ème étage).

Consulter le programme : http://ssfa.free.fr/hoprubrique.php?id_rub=31

Les conceptions contemporaines de la domination

Séminaire Sophiapol 2011-2012, 1ère séance, 18 octobre 2011, Paris Ouest :

La sociologie, l’économie et la philosophie contemporaine se sont partagé l’analyse des phénomènes de domination et en ont proposé des approches variées. La théorie marxienne a surtout insisté sur la forme économique de la domination de classe en localisant celle-ci dans l’accaparement des moyens de production et la capacité à faire de l’ensemble des sous-systèmes sociaux des conditions de reproduction du processus d’accumulation. La sociologie de Max Weber a procédé à un classement des principales formes d’exercice de la domination en les distribuant sur les formes d’articulation de la classe et du statut ; l’approche sociologique des néo­machiavéliens comme Mosca, Pareto ou Michels a tenté de construire le concept de domination (Pareto) à partir d’une théorie des élites sociales et de leur circulation qui recourt à des stratégies de justification réductibles à des rationalisations de leur position sociale fondées sur des logiques de «dérivation» pseudo argumentatives à partir des « résidus » affectifs. De son côté, la sociologie critique -celle de Bourdieu par exemple- a moins tant recouru à une classification des formes de domination et au vocabulaire de la justification qu’elle n’a mis l’accent sur l’incorporation des formes d’obéissance liée à l’inégale distribution des statuts, des différents capitaux sociaux et à leurs effets structurants sur les habitus, construisant les concepts de pouvoir et de violence symbolique qui expriment l’essentiel des phénomènes de domination.

Lire la suite : http://sophiapol.hypotheses.org/5472