Archives de catégorie : LISE

Le développement de l’implication organisationnelle par la formation en alternance, un impact durable sur le turnover dans le monde des services

Parution de l’article d’Antoine Pennaforte. « Le développement de l’implication organisationnelle par la formation en alternance, un impact durable sur le turnover dans le monde des services ». In @GRH, 1/2011, n°1, p. 39-72.

Art de converser chez les platoniciens, mouvement raisonné de l’être, de l’objet, de l’histoire, la dialectique diffuse, avec les penseurs de l’époque industrielle, un intérêt pour la relation raisonnée entre deux éléments. Penser et agir, agir avec raison, bel idéal comportemental ? Non. L’action raisonnée prend sens dans la vie de l’homme, notamment dans son rapport à l’organisation. L’individu peut s’inscrire dans une relation dialectique – rapport raisonné et équilibré entre l’individu et l’organisation –, où les intérêts d’agir pour l’un et l’autre seraient raisonnés. 2 En présence d’un aléa organisationnel récurrent, la quête d’une relation dialectique durable entre l’individu et l’organisation s’impose. Au fil de ce papier qui investit le terrain des exploitations de Veolia Transport, le problème organisationnel observé est le turnover, attitude consciente et délibérée de quitter l’organisation (Tett et Meyer, 1993 ; Egan et al., 2004). Il est ici combattu par une stratégie de développement des compétences, dont le fer de lance demeure la formation en alternance, modalité de formation susceptible d’agir favorablement sur le lien individu-organisation. (…)

Lire la suite : https://www.cairn.info/revue-@grh-2011-1-page-39.htm

 

Le cycle « le travail c’est la santé » se poursuit

Projection-débat autour du film Orange amère, le samedi 19 novembre 2011, de 15h à 17h30 au cinéma Jean-Painlevé

Cette enquête minutieuse au coeur du groupe France Télécom – Orange, en plein désarroi à la suite des mutations conduites sans ménagement, a été réalisée du bureau du nouveau directeur Continuer la lecture de Le cycle « le travail c’est la santé » se poursuit

Les partenariats de recherche : dossier thématique de la revue SociologieS

Dossier préparé par Anne Gillet et Diane-Gabrielle Tremblay. 

Sommaire : 

L’éducation populaire au tournant du 21e siècle

Colloque organisé par le Centre interdisciplinaire culture, éducation, formation, travail (EA 4384), l’UFR Sciences de l’éducation et sciences sociales – Sciences et techniques des activités physiques et sportives (SESS-STAPS) et l’Institut universitaire de technologie (IUT) de Sénart Fontainebleau, Département Carrières sociales. à Créteil les 16, 17 et 18 novembre 2011 :

Il y a dix ans, un ouvrage collectif avait dressé un bilan des transformations de l’éducation populaire au tournant des années 1970 et souligné les mutations opérées à la faveur de sa reconnaissance par l’État. L’introduction y affirmait que les associations s’étaient trouvées « instrumentalisées » et que l’éducation populaire s’était « dépolitisée » car son projet originel et global avait « disparu » au profit d’actions segmentées (animation, action culturelle et éducation permanente). Le présent colloque voudrait rouvrir ces interrogations au regard des évolutions sociétales qui ont suivi ce premier tournant. La scolarisation croissante, le chômage de masse et spécialement celui des jeunes, la « nouvelle » pauvreté et les travailleurs pauvres ont-ils constitué un nouveau terreau propre à la réaffirmation du projet initial ? Les « métamorphoses de la question sociale » n’ont-elles pas affecté le monde de l’éducation populaire ? À partir des années 1980 et 1990, de nouvelles associations sont venues s’adjoindre aux grandes associations « historiques » et de grandes associations d’autres secteurs (en particulier humanitaire) ont réclamé leur affiliation. Ce renouveau, redoublé par le succès de nombreuses universités populaires, ne renverse-t-il pas la tendance à la « dépolitisation » ? Quels sont les principaux objectifs énoncés aujourd’hui par les acteurs de l’éducation populaire ? S’agit-il de favoriser une promotion individuelle (l’épanouissement) ou collective (l’émancipation, la formation des citoyens) ? La confiance en la pédagogie est-elle toujours perçue comme le moyen privilégié pour conduire l’individu, le citoyen ou le prolétaire sur la voie de sa propre émancipation ? Alors que l’action de l’État s’est passablement transformée avec, notamment, les deux décentralisations, le passage du subventionnement au conventionnement et, plus récemment, les nouvelles règles de gestion de l’argent public, quels ont été les effets de ces transformations sur l’éducation populaire ? sur ses objectifs ? ses agents ? ses publics ? Pour traiter ces questions, ce colloque, réunissant des conférences et des tables rondes de spécialistes, des présentations de résultats de recherches récentes et des récits d’expériences, s’intéressera tour à tour aux thématiques de l’engagement, du travail bénévole, des politiques d’éducation populaire, des pratiques, des publics et enfin, des relations professionnelles dans l’éducation populaire.

Télécharger le programme : Colloque_Educ_pop_Créteil_Programme

 

De nouvelles organisations du travail conciliant égalité femme/homme et performance des entreprises

Séminaire proposé par le Conseil d’Analyse Stratégique, le 4 novembre 2011 à Paris :

Les partenaires sociaux se sont saisis de la problématique de l’égalité femme/homme au travail. Ce dialogue social entérine le rôle clé des outils d’articulation entre vie personnelle et vie professionnelle dans l’entreprise. Encore faudrait-il s’entendre sur les termes : offrir un temps partiel aux femmes pour qu’elles prennent soin de leurs jeunes enfants, est-ce favoriser cette articulation ou les assigner à un rôle ? Il y a aujourd’hui consensus sur le fait qu’il convient au contraire d’élargir aux hommes les pratiques de conciliation, et d’en développer de nouvelles formes susceptibles de modifier globalement l’organisation du travail pour les femmes et les hommes. L’évolution des structures familiales (essor des couples bi-actifs et des familles monoparentales, implication des pères) favorisent-elles ces mutations ? Et quid de l’organisation du travail ? Avec le développement des horaires atypiques, la recherche de flexibilité pour l’entreprise a souvent été préjudiciable à l’articulation travail/famille des salariés. A contrario, le travail flexible pourrait-il ouvrir de nouvelles opportunités d’articulation entre vie professionnelle et vie privée ?

Lire la suite : http://www.strategie.gouv.fr/content/seminaire-de-nouvelles-organisations-du-travail-conciliant-egalite-femmehomme-et-performance

Politique de l’association : engagement public et économie solidaire

Publication de la note de lecture de Daniel Cefaï, « Politique de l’association : engagement public et économie solidaire « , SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 18 octobre 2011 :

Jean-Louis Laville est de longue date l’expert le plus en vue sur l’économie solidaire en France. Avec Politique de l’association, le lecteur se voit projeté dans un exercice de théorie normative, nourri d’une longue traversée d’enquêtes empiriques et d’expérimentations concrètes. Une traversée historique, qui réancre le fait associatif dans la longue durée et y voit le fruit de cette révolution économique et politique qu’Alexis de Tocqueville qualifiait de « révolution démocratique ». Jean-Louis Laville y explore quelques-uns des rapports ambigus de l’« associationnisme » – le projet qu’il endosse – avec l’histoire du capitalisme et de la démocratie. Il affectionne particulièrement le « moment 1848 », cette phase de bouillonnement associationniste où l’« autogouvernement des citoyens associés » (Chanial & Laville, 2006 ; Laville, 2005) s’est exprimé avec force, rompant avec une époque de forte surveillance et répression policière, alors que les élans vers l’association n’étaient pas encore contraints par les formes, encore à venir, de la coopérative et de la mutuelle, du syndicat et du parti. Jean-Louis Laville rappelle ce « trésor perdu » et ancre ainsi l’idéal normatif dans des faits historiques qui, s’ils paraissent lointains aux plus jeunes générations, étaient encore vivants sous la plume d’Henri Desroche, quand il perpétuait le souvenir des utopies ouvrières, du projet coopératif ou de l’économie sociale (Desroche, 1976, 1981, 1983), dans la conjoncture des années 1970, alors que la foi autogestionnaire animait une partie de la gauche française.

Lire la suite : http://sociologies.revues.org/index3590.html