Programme Jeunes Chercheuses Jeunes Chercheurs (JCJC)

Ouverture du programme JCJC 2012 :

Le programme « Jeunes Chercheuses et Jeunes Chercheurs » a pour but de soutenir les projets de jeunes chercheurs ou enseignants-chercheurs, de façon à favoriser leur prise de responsabilité, leur permettre de développer de façon autonome une thématique propre et leur donner la possibilité d’exprimer rapidement leur capacité de recherche exploratoire et d’innovation.

Ce programme concerne l’ensemble des champs de recherche, toutes disciplines confondues. Il s’agit d’identifier et de soutenir des projets scientifiques originaux portés par des jeunes chercheurs ou enseignants-chercheurs ayant un emploi permanent et éventuellement d’aider ces jeunes à former des équipes autonomes ou visant à le devenir.

Chaque proposition de projet est portée par un coordinateur qui pourra constituer une équipe afin d’atteindre les objectifs scientifiques définis dans la proposition. En cas de sélection du projet, seul l’organisme de recherche désigné par le coordinateur recevra l’aide de l’ANR.

La proposition de projet de recherche devra présenter des caractères d’originalité et de nouveauté par rapport aux axes de recherche du laboratoire auquel appartient le coordinateur. La sélection, fondée sur la qualité scientifique, privilégiera ces deux critères. Sont exclus du champ de cet appel à projets, les projets portant principalement sur la constitution de bases de données ou d’infrastructures de recherche.

Lire la suite : http://www.agence-nationale-recherche.fr/programmes-de-recherche/appel-detail/programme-jeunes-chercheuses-jeunes-chercheurs-jcjc-2012/

 

L’apprentissage, vecteur d’insertion et d’égalité des chances… Qu’en disent les chercheurs ?

Colloque international organisé par le CUFR Jean-François Champollion. Axe de recherche thématique Psychologie et Sociologie de l’Education et de l’Insertion. Master 2 Psychologie de l’accompagnement professionnel : approches cliniques et sociales, à Albi, les 1er et 2 décembre 2011 :

L’alternance et tout particulièrement l’apprentissage suscitent aujourd’hui un engouement important et sont présentés comme des dispositifs permettant de lutter contre le chômage des jeunes tout en favorisant l’égalité des chances. Alors que l’apprentissage fait l’objet d’un intérêt accru, tant des pouvoirs publics que du monde patronal et des médias, les apports de la communauté scientifique sur cette question sont largement passés sous silence. Force est de constater que l’idée selon laquelle le rapprochement entre l’école et l’entreprise favorise l’insertion professionnelle est devenue une telle évidence qu’il ne s’agit plus de la discuter. Pour autant, quels sont les acquis de la recherche scientifique en la matière ? Ce colloque pluridisciplinaire international vise à dresser un bilan des possibilités offertes par l’apprentissage en matière d’insertion professionnelle et d’égalité des chances (en fonction du genre, des origines sociales, scolaires et ethniques…). Il a également pour objectif de réunir les chercheurs spécialistes du «monde apprenti» et par delà de rendre visible tant un champ de recherche que des contributions permettant de discuter les « performances » de l’apprentissage. Il ne s’agit pas ici de désavouer ce mode de formation mais bien plutôt de réfléchir aux conditions devant être réunies pour que les jeunesses populaires (dont les filles et les jeunes issus de l’immigration bien peu représentés au sein de l’apprentissage) puissent accéder à une qualification valorisée et valorisante ouvrant à une véritable promotion professionnelle.

http://www.cereq.fr/index.php/agenda/L-APPRENTISSAGE-VECTEUR-D-INSERTION-ET-D-EGALITE-DES-CHANCES-QU-EN-DISENT-LES-CHERCHEURS

Lifelong Learning Programme Infodays 2012: Presentations now online

Mise en ligne des présentations issues du Lifelong Learning Programme Infodays 2012 le 19 octobre 2011 : 

 The objective of the Infodays is to give useful information on the priorities of the 2012 call and what’s new to the programme, as well as practical advice on the preparation and submission of proposals, and on the management of grants. And of course, to offer you the possibility to speak to the key players from the Lifelong Learning Programme, and with other participants organising projects.

Télécharger les présentations : http://www.elearningpapers.eu/en/news/lifelong-learning-programme-infodays-2012-presentations-now-online

Politique de l’association : engagement public et économie solidaire

Publication de la note de lecture de Daniel Cefaï, « Politique de l’association : engagement public et économie solidaire « , SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 18 octobre 2011 :

Jean-Louis Laville est de longue date l’expert le plus en vue sur l’économie solidaire en France. Avec Politique de l’association, le lecteur se voit projeté dans un exercice de théorie normative, nourri d’une longue traversée d’enquêtes empiriques et d’expérimentations concrètes. Une traversée historique, qui réancre le fait associatif dans la longue durée et y voit le fruit de cette révolution économique et politique qu’Alexis de Tocqueville qualifiait de « révolution démocratique ». Jean-Louis Laville y explore quelques-uns des rapports ambigus de l’« associationnisme » – le projet qu’il endosse – avec l’histoire du capitalisme et de la démocratie. Il affectionne particulièrement le « moment 1848 », cette phase de bouillonnement associationniste où l’« autogouvernement des citoyens associés » (Chanial & Laville, 2006 ; Laville, 2005) s’est exprimé avec force, rompant avec une époque de forte surveillance et répression policière, alors que les élans vers l’association n’étaient pas encore contraints par les formes, encore à venir, de la coopérative et de la mutuelle, du syndicat et du parti. Jean-Louis Laville rappelle ce « trésor perdu » et ancre ainsi l’idéal normatif dans des faits historiques qui, s’ils paraissent lointains aux plus jeunes générations, étaient encore vivants sous la plume d’Henri Desroche, quand il perpétuait le souvenir des utopies ouvrières, du projet coopératif ou de l’économie sociale (Desroche, 1976, 1981, 1983), dans la conjoncture des années 1970, alors que la foi autogestionnaire animait une partie de la gauche française.

Lire la suite : http://sociologies.revues.org/index3590.html

La dynamique inachevée de l’égalité entre les sexes

Parution de l’article de Catherine Marry et Fanny Le Mancq , « La dynamique inachevée de l’égalité entre les sexes  », in Galland Olivier, Lemel Yannick, 2011, La société française, un bilan sociologique des évolutions depuis l’après-guerre, Armand Colin, Paris, oct. 2011, p. 69-94.

Sur le long XXe siècle les avancées vers l’égalité entre les sexes sont remarquables. Les lois favorisant l’émancipation des femmes sont particulièrement nombreuses dans les années 1965-1970. La meilleure réussite scolaire des filles et la féminisation rapide de professions supérieures longtemps réservées aux hommes sont des éléments décisifs des transformations de la place des femmes dans la société française. Cette dynamique se heurte toutefois à des résistances diverses. A la fin des années 2000, qu’il s’agisse des salaires ou des responsabilités professionnelles, des mandats électifs ou des charges parentales, les hommes l’emportent encore sur les femmes. En termes de santé comme de sanctions pénales les femmes paraissent mieux protégées. Des recherches récentes mettent aussi en question leurs avantages dans ces domaines.

Voir la présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur : http://www.armand-colin.com/livre/380860/la-societe-francaise.php

Pratiques de recherche sur des univers professionnels : Enquêtes, analyse des données, écriture sociologique

Séminaire de recherche proposé par le Centre de sociologie européenne, EHESS, à partir du 29 février 2012 :

En s’appuyant sur des enquêtes de terrain réalisées dans des milieux variés (police, prison, armée, journalisme, école, etc.), ce séminaire cernera les difficultés spécifiques aux recherches sociologiques menées dans des univers professionnels différents. Comment le sociologue pénètre-t-il un milieu professionnel et s’immerge-t-il dans un univers parfois très éloigné du sien ou au contraire très proche ? Pourquoi et de quelles manières doit-il réunir des données à la fois sur les pratiques et les discours des agents ainsi que sur leurs trajectoires biographiques ? Comment, par l’analyse relationnelle, peut-il comprendre les logiques propres à chaque milieu enquêté ? Et finalement quelles sont les techniques d’écriture de la recherche ?

Lire la suite : http://cse.ehess.fr/document.php?id=1314

Partenariat de recherche en Hautes écoles spécialisées Santé Travail social de Suisse occidentale

Parution de l’article de Laurence Seferdjeli et Kim Stroumza, « Partenariat de recherche en Hautes écoles spécialisées Santé Travail social de Suisse occidentale », SociologieS [En ligne] , Dossiers , Les partenariats de recherche , mis en ligne le 18 octobre 2011 :

Au cœur des nouvelles politiques de la recherche tournée vers l’innovation, les Hautes écoles spécialisées suisses, récemment portées au niveau universitaire, ont pour mandat la recherche appliquée et le développement. Si la valorisation scientifique des travaux réalisés sous ce régime est visible dans les supports habituels, il n’en va pas de même de l’activité partenariale elle-même et des processus qui participent à sa constitution. L’analyse des narrations des protagonistes des partenariats permet de mettre en visibilité les phénomènes qui font la spécificité de cette activité, que les modèles de la diffusion sont impuissants à saisir. Prise entre pratique ordinaire, activité professionnelle et activité scientifique, soumise à la temporalité du processus, l’activité partenariale interroge la conception même du savoir qui sous-tend les modèles de recherche appliquée.

Lire la suite : http://sociologies.revues.org/index3622.html

Migrations, pluralisation, ethnicisation des sociétés contemporaines

Dossier thématique de la revue Sociologie(S) coordonné par Anna Krasteva, Andrea Rea et Laurence Roulleau-Berger, mis en ligne le 18 octobre 2011 :

La question migratoire constitue un enjeu scientifique majeur pour penser simultanément l’ethnicisation et la pluralisation des sociétés contemporaines. En effet, d’une part l’ethnicisation signifie la multiplication de situations de domination sociale, de racismes différenciés et de violences physiques ou symboliques, situations auxquelles les migrants(es) « font face » sur différents modes en développant des stratégies de contournement, de résistance, de lutte. D’autre part, dans leurs mobilités et leurs circulations, les migrants(es) s’inscrivent sur des modes pluriels dans des espaces sociaux et économiques à légitimité différenciée qui construisent des processus hiérarchisés de mondialisation « par le haut » et « par le bas ». Ces processus donnent à voir comment de nouveaux types d’agencements se créent à partir de dispositifs sociaux, politiques, économiques, religieux dispersés, participent au développement d’économies-monde productrices de différentes formes de travail matériel et immatériel.

Lire la suite : http://sociologies.revues.org/index3691.html

 

Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France

Note de lecture de Frédérique Giraud, « Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 octobre 2011 :

Savez-vous ce que gagne un grand patron ? Le P-DG d’une grande société française ? Ces questions posées par Philippe Steiner donnent le ton de l’essai qu’il publie chez Zones. Son titre, Les rémunérations obscènes, suffisait déjà à en signaler la teneur. Le terme « obscène » est emprunté par l’auteur à Barack Obama dans son « Discours sur l’état de l’Union » du 14 janvier 2010, dans lequel il fustigeait par ce terme les bonus du monde de la finance. Celui-ci a été volontairement choisi par Philippe Steiner pour la « part de violence verbale » (p. 8) qu’il renferme. Les rémunérations obscènes c’est un peu le « Livre noir des inégalités de salaire et de revenu », un état des lieux argumenté et détaillé de l’augmentation des hauts, très hauts revenus que connaît la France depuis ces dernières années. Le dernier chapitre « L’emballement inégalitaire » dresse un état des lieux des inégalités en s’appuyant notamment sur les travaux de Thomas Piketty et de Camille Landais. Si sur le long terme les inégalités de revenu et de patrimoine diminuent, les très hauts revenus (premier centile de revenus) n’en finissent pas d’augmenter. La part des revenus concentrée dans les mains du 1 % des plus riches augmente.

Lire la suite : http://lectures.revues.org/6563