Politique de l’association : engagement public et économie solidaire

Publication de la note de lecture de Daniel Cefaï, « Politique de l’association : engagement public et économie solidaire « , SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 18 octobre 2011 :

Jean-Louis Laville est de longue date l’expert le plus en vue sur l’économie solidaire en France. Avec Politique de l’association, le lecteur se voit projeté dans un exercice de théorie normative, nourri d’une longue traversée d’enquêtes empiriques et d’expérimentations concrètes. Une traversée historique, qui réancre le fait associatif dans la longue durée et y voit le fruit de cette révolution économique et politique qu’Alexis de Tocqueville qualifiait de « révolution démocratique ». Jean-Louis Laville y explore quelques-uns des rapports ambigus de l’« associationnisme » – le projet qu’il endosse – avec l’histoire du capitalisme et de la démocratie. Il affectionne particulièrement le « moment 1848 », cette phase de bouillonnement associationniste où l’« autogouvernement des citoyens associés » (Chanial & Laville, 2006 ; Laville, 2005) s’est exprimé avec force, rompant avec une époque de forte surveillance et répression policière, alors que les élans vers l’association n’étaient pas encore contraints par les formes, encore à venir, de la coopérative et de la mutuelle, du syndicat et du parti. Jean-Louis Laville rappelle ce « trésor perdu » et ancre ainsi l’idéal normatif dans des faits historiques qui, s’ils paraissent lointains aux plus jeunes générations, étaient encore vivants sous la plume d’Henri Desroche, quand il perpétuait le souvenir des utopies ouvrières, du projet coopératif ou de l’économie sociale (Desroche, 1976, 1981, 1983), dans la conjoncture des années 1970, alors que la foi autogestionnaire animait une partie de la gauche française.

Lire la suite : http://sociologies.revues.org/index3590.html

La dynamique inachevée de l’égalité entre les sexes

Parution de l’article de Catherine Marry et Fanny Le Mancq , « La dynamique inachevée de l’égalité entre les sexes  », in Galland Olivier, Lemel Yannick, 2011, La société française, un bilan sociologique des évolutions depuis l’après-guerre, Armand Colin, Paris, oct. 2011, p. 69-94.

Sur le long XXe siècle les avancées vers l’égalité entre les sexes sont remarquables. Les lois favorisant l’émancipation des femmes sont particulièrement nombreuses dans les années 1965-1970. La meilleure réussite scolaire des filles et la féminisation rapide de professions supérieures longtemps réservées aux hommes sont des éléments décisifs des transformations de la place des femmes dans la société française. Cette dynamique se heurte toutefois à des résistances diverses. A la fin des années 2000, qu’il s’agisse des salaires ou des responsabilités professionnelles, des mandats électifs ou des charges parentales, les hommes l’emportent encore sur les femmes. En termes de santé comme de sanctions pénales les femmes paraissent mieux protégées. Des recherches récentes mettent aussi en question leurs avantages dans ces domaines.

Voir la présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur : http://www.armand-colin.com/livre/380860/la-societe-francaise.php

Pratiques de recherche sur des univers professionnels : Enquêtes, analyse des données, écriture sociologique

Séminaire de recherche proposé par le Centre de sociologie européenne, EHESS, à partir du 29 février 2012 :

En s’appuyant sur des enquêtes de terrain réalisées dans des milieux variés (police, prison, armée, journalisme, école, etc.), ce séminaire cernera les difficultés spécifiques aux recherches sociologiques menées dans des univers professionnels différents. Comment le sociologue pénètre-t-il un milieu professionnel et s’immerge-t-il dans un univers parfois très éloigné du sien ou au contraire très proche ? Pourquoi et de quelles manières doit-il réunir des données à la fois sur les pratiques et les discours des agents ainsi que sur leurs trajectoires biographiques ? Comment, par l’analyse relationnelle, peut-il comprendre les logiques propres à chaque milieu enquêté ? Et finalement quelles sont les techniques d’écriture de la recherche ?

Lire la suite : http://cse.ehess.fr/document.php?id=1314

Partenariat de recherche en Hautes écoles spécialisées Santé Travail social de Suisse occidentale

Parution de l’article de Laurence Seferdjeli et Kim Stroumza, « Partenariat de recherche en Hautes écoles spécialisées Santé Travail social de Suisse occidentale », SociologieS [En ligne] , Dossiers , Les partenariats de recherche , mis en ligne le 18 octobre 2011 :

Au cœur des nouvelles politiques de la recherche tournée vers l’innovation, les Hautes écoles spécialisées suisses, récemment portées au niveau universitaire, ont pour mandat la recherche appliquée et le développement. Si la valorisation scientifique des travaux réalisés sous ce régime est visible dans les supports habituels, il n’en va pas de même de l’activité partenariale elle-même et des processus qui participent à sa constitution. L’analyse des narrations des protagonistes des partenariats permet de mettre en visibilité les phénomènes qui font la spécificité de cette activité, que les modèles de la diffusion sont impuissants à saisir. Prise entre pratique ordinaire, activité professionnelle et activité scientifique, soumise à la temporalité du processus, l’activité partenariale interroge la conception même du savoir qui sous-tend les modèles de recherche appliquée.

Lire la suite : http://sociologies.revues.org/index3622.html

Migrations, pluralisation, ethnicisation des sociétés contemporaines

Dossier thématique de la revue Sociologie(S) coordonné par Anna Krasteva, Andrea Rea et Laurence Roulleau-Berger, mis en ligne le 18 octobre 2011 :

La question migratoire constitue un enjeu scientifique majeur pour penser simultanément l’ethnicisation et la pluralisation des sociétés contemporaines. En effet, d’une part l’ethnicisation signifie la multiplication de situations de domination sociale, de racismes différenciés et de violences physiques ou symboliques, situations auxquelles les migrants(es) « font face » sur différents modes en développant des stratégies de contournement, de résistance, de lutte. D’autre part, dans leurs mobilités et leurs circulations, les migrants(es) s’inscrivent sur des modes pluriels dans des espaces sociaux et économiques à légitimité différenciée qui construisent des processus hiérarchisés de mondialisation « par le haut » et « par le bas ». Ces processus donnent à voir comment de nouveaux types d’agencements se créent à partir de dispositifs sociaux, politiques, économiques, religieux dispersés, participent au développement d’économies-monde productrices de différentes formes de travail matériel et immatériel.

Lire la suite : http://sociologies.revues.org/index3691.html

 

Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France

Note de lecture de Frédérique Giraud, « Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 octobre 2011 :

Savez-vous ce que gagne un grand patron ? Le P-DG d’une grande société française ? Ces questions posées par Philippe Steiner donnent le ton de l’essai qu’il publie chez Zones. Son titre, Les rémunérations obscènes, suffisait déjà à en signaler la teneur. Le terme « obscène » est emprunté par l’auteur à Barack Obama dans son « Discours sur l’état de l’Union » du 14 janvier 2010, dans lequel il fustigeait par ce terme les bonus du monde de la finance. Celui-ci a été volontairement choisi par Philippe Steiner pour la « part de violence verbale » (p. 8) qu’il renferme. Les rémunérations obscènes c’est un peu le « Livre noir des inégalités de salaire et de revenu », un état des lieux argumenté et détaillé de l’augmentation des hauts, très hauts revenus que connaît la France depuis ces dernières années. Le dernier chapitre « L’emballement inégalitaire » dresse un état des lieux des inégalités en s’appuyant notamment sur les travaux de Thomas Piketty et de Camille Landais. Si sur le long terme les inégalités de revenu et de patrimoine diminuent, les très hauts revenus (premier centile de revenus) n’en finissent pas d’augmenter. La part des revenus concentrée dans les mains du 1 % des plus riches augmente.

Lire la suite : http://lectures.revues.org/6563

Enseigner en prison : le paradoxe de la liberté pédagogique dans un univers clos

Parution de l’ouvrage de Michel Febrer, Enseigner en prison, Le paradoxe de la liberté pédagogique dans un univers clos, Paris, L’Harmattan, coll. « Savoir et Formation », 2011, 344 p. ISBN : 978-2-296-55522-8.

Les conditions d’exercice de l’enseignement en prison témoignent d’une spécificité pénitentiaire en matière d’enseignement et contribuent à l’émergence de l’idée paradoxale de liberté pédagogique dans un univers clos. Non-maîtrise du temps, flux permanent d’entrants et de sortants sont autant de traits qui caractérisent l’enseignement en prison. Pourquoi ne pas envisager celui-ci comme un défi pédagogique singulier et comme un possible laboratoire d’analyse pour la pédagogie ?

Voir la présentation sur le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=35018

Catégories et représentations de classes des groupes sociaux au Nord et au Sud

Appel à communication pour la Quatrième journée d’étude de l’AJPB : Le travail politique des entrepreneurs d’identité :

Dans les pays du Nord, les sociétés structurées par des représentations de classe fortes connaissent au moins un effritement, sinon une reconfiguration en profondeur des catégories utilisées pour délimiter des groupes sociaux de classe au cours du xx esiècle. Tant la flexibilisation du marché du travail que la transformation des organisations politiques et sociales ou les évolutions des travaux statistiques,font que les représentations de classe structurent moins qu’auparavant le champ politique (Dubet, 1987; Castel, 1995; Muchielli, 1999; Dubar, 2000; Michelat, Simon,2004; Mauger, 2006; Pierru, Spire, 2008).

La catégorie de classe connaît également un reflux important dans le champ académique, face à un certain nombre de paradigmes qui ont postulé : la fin du mouvement ouvrier et du salariat comme sujet politique au profit des Nouveaux Mouvements Sociaux (Touraine et al.,1984) ; la fin de la prééminence de la catégorie de classe au profit d’autres déterminants identitaires (le genre, la génération, l’appartenance ethnique, territoriale, etc.) ; la nécessité de renouveler les analyses du monde social, selon des modalités différentes chez les courants postmodernes ou les partisans du linguistic turn, à l’opposé d’une analyse centrée sur les structures sociales. Ainsi, à partir des années 1990, nombreux sont ceux qui prônent l’abandon d’analyses en termes de classe.

Lire la suite : http://calenda.revues.org/nouvelle21136.html

 

Le mouvement d’orientation professionnelle en France. Entre l’école et le marché du travail (1900-1940). Aux origines de la profession de conseiller d’orientation

MARTIN Jérôme. Le mouvement d’orientation professionnelle en France. Entre l’école et le marché du travail (1900-1940). Aux origines de la profession de conseiller d’orientation. Thèse de doctorat en Histoire, civilisations, art (mondes modernes et contemporains), Université Paris Sorbonne, 2011 :

Entre les années 1900 et les années 1940, la notion d’orientation professionnelle est construite à la confluence de trois champs : des patronages et des associations laïcs se préoccupent du placement des adolescents à la fin de l’école primaire ; des responsables éducatifs s’inquiètent de nombre limité d’apprentis ; enfin, les premiers psychologues proposent l’utilisation de tests pour l’affectation de la main-d’œuvre. Les années 1920 sont marquées par la création de nombreux offices. Soutenu par des milieux sociaux et professionnels très différents, le mouvement d’orientation professionnelle se professionnalise progressivement, en partie grâce à la création de l’Institut national d’orientation professionnelle (INOP) et d’associations professionnelles. Les années 1930 constituent un tournant. La montée du chômage et les besoins en main-d’œuvre qualifiée nécessitent une réorganisation du dispositif.

http://www.inrp.fr/vst/Recherches/DetailThese.php?these=1290