Sécurité sociale et écologie

Journée d’étude organisée par le Laboratoire du changement social

Le lundi 30 mai 2016 à l’Université Paris Diderot

Avec la participation de Samuel ZARKA, doctorant au laboratoire LISE sur À la recherche des « emplois verts ». Développement durable et salaire : le cas du bâtiment. 

Dans la débâcle économique présente, nous héritons des luttes de classes passées d’un trésor : les institutions de la sécurité sociale (maladie, retraite, chômage, famille). En France, nous fêtons les soixante dix ans de l’ordonnance du 4 octobre 1945 prévoyant la création d’un réseau coordonné de caisses et la loi du 22 mai 1946 posant le principe de la généralisation de la sécurité sociale à l’ensemble de la population.

Loin d’être marginalisées comme on le dit parfois, ces institutions pèsent pour près du quart de la valeur économique, dans les principaux pays d’Europe de l’Ouest (Source : OECD / Social Security Expenditures Database). Elles sont d’une importance cruciale pour qui ne possède pas des moyens suffisants pour se prémunir contre les accidents de la vie. Bien que la tendance à l’étatisation – en particulier pour la famille et la santé – soit manifeste, la sécurité sociale pourrait assurer, sans recours à l’Etat, un bien public dont chacun et chacune peut jouir, sans avoir rien à vendre. Elles reconnaissent une valeur économique non capitaliste à des personnes et à leur travail : le travail des soignants, des chômeurs, des retraités, des parents…

Consulter le programme : http://www.lcsp.univ-paris-diderot.fr/Securite-sociale-et-ecologie-au