Parution : Transmission, mémoire et reconnaissance

Nathalie Burnay (éd.). Fribourg : Academic Press Fribourg, 2011, 195 p.  coll. « res socialis ».
 
La transmission est mémoire. Celle-ci permet l’inscription du nom dans l’histoire familiale, dans la longue chaîne de la vie, mais aussi au sein d’un collectif. L’histoire d’un peuple se laisse à voir à travers l‘épaisseur de ses souvenirs, des mythes et des légendes racontées, mais aussi à travers sa capacité à refonder le collectif. Comment dès lors faire mémoire lorsque l’exil, la rupture ou le conflit viennent rompre la possibilité de son expression, de son vécu ? La transmission se fait également reconnaissance. Ainsi, si la construction de soi se faisait hier sur une prise de distance par rapport à un modèle normatif puissant, cohérent, stable et institutionnalisé, les expériences de vie d’aujourd’hui s’éloignent des standards normatifs prédéfinis. L’enjeu de la transmission s’en voit alors profondément bouleversé. Dans ce sens, la cohérence identitaire serait un nouvel enjeu des formes de transmission : pouvoir transmettre, c’est aussi pouvoir se dire !