Être étudiant ou chercheur étranger

Regards critiques sur des parcours académiques en Europe
Dans le cadre de l’Atelier doctoral « Décentrement culturel et circulation des savoirs : expériences périphériques »

Le jeudi 13 décembre 2018 à Paris

Avec l’intervention d’Hicham JAMID, doctorant au LISE (Cnam-CNRS) et à & ORMES (Université Ibn Zohr d’Agadir) sur La politique française d’accueil des étudiants étrangers :  entre le désir d’attractivité et l’obsession du contrôle :

En France, les étudiants étrangers ne constituent pas une catégorie homogène. Dans cette communication, nous n’appréhendons que les trajectoires et les expériences de ceux issus des pays hors Union Européenne. C’est-à-dire ceux qui sont soumis aux procédures de demande de visa « étudiant » et à l’issue de leur formation, sont contraints d’engager une démarche administrative de « changement de statut » s’ils souhaitent travailler et séjourner légalement en France. Pour l’année 2017, ce sont plus de 78 000 premiers permis de séjour qui ont été délivrés pour « raisons liées à l’éducation ». Si ces étudiants étrangers sont souvent considérés comme des candidats « désirables » à l’immigration en France, il n’en demeure pas moins qu’ils sont traités comme tout étranger, soupçonné en permanence de devenir ultérieurement en situation juridique irrégulière.

Ainsi, il s’agit dans cette communication de montrer comment et dans quelle mesure le statut juridique de ces étudiants étrangers configure-t-il leurs projets migratoires et professionnels une fois leur diplôme obtenu. Quelles contraintes rencontrent-ils pour pouvoir prétendre à un permis de travail leur permettant une insertion professionnelle en France et quelles stratégies mettent-ils en œuvre pour y faire face ?

En savoir plus sur le séminaire : https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/2420/

Crédit photographique : Globus by sommerhitz (cc by 2.0)