Le travail à la loupe : « Savoirs d’enquête » entre demande publique et expertise scientifique (France, années 1970-aujourd’hui)

Appel à articles des Cahiers d’histoire du Cnam

Coordination : Bilel OSMANE (CEET, Cnam) et Ferruccio RICCIARDI (Lise, Cnam-CNRS)

Date limite d’envoi des propositions : 31 mai 2022

Ce numéro des Cahiers d’histoire du Cnam entend interroger les processus de fabrication des « savoirs d’enquête » en s’intéressant aux multiples initiatives ayant contribué à renouveler les modes d’observation du travail et de l’emploi en France depuis les années 1970, ce qui par ailleurs constitue une singularité dans le panorama de la statistique du travail à l’échelle européenne (Paoli & Merllié, 2001). Il s’agira de retracer non seulement la phase d’élaboration de certaines de ces enquêtes, mais aussi et surtout la phase de mise en œuvre et de production des données, tout en essayant de rendre compte des modalités d’objectivation et d’analyse des réalités étudiées, en termes notamment de mise à l’épreuve de catégories cognitives forgées à l’intersection du travail de théorisation et de la pratique de terrain. En même temps, il sera question de mieux comprendre le contexte dans lequel ces savoirs et pratiques d’enquête s’inscrivent, en essayant d’interroger aussi les rapports de force à l’œuvre entre institutions et acteurs, la sociologie des acteurs et leurs trajectoires professionnelles, les controverses scientifiques et l’émergence/changement de paradigmes, l’influence du politique dans la définition des enjeux scientifiques, etc.

Nous souhaitons mettre en avant des contributions autour des trois pistes d’investigation ici suggérées :

  1. La « boite noire » des enquêtes : quels savoirs, pratiques et outils spécifiques sont-ils déployés dans ces enquêtes ?
  2. les protagonistes des enquêtes : qui sont les acteurs (statisticiens, économistes, experts, etc.) impliqués dans ces initiatives et dans quelles institutions opèrent-ils ?
  3. les débats et les controverses autour des enquêtes : quels sont les débats que ces enquêtes suscitent d’un point de vue aussi bien scientifique que de l’action publique ?

Loin d’envisager un portrait exhaustif de cette histoire collective, ce numéro vise donc à tirer quelques ficelles pour mieux appréhender les mécanismes (institutionnels, sociaux, politiques, scientifiques) qui ont présidé à l’élaboration, la mise en œuvre et la validation de savoirs essentiellement empiriques, aux prises avec les exigences souvent en contraste des commanditaires étatiques et des chercheurs et savants impliqués.

En savoir plus : https://chc.hypotheses.org/293