Recruter, les enjeux de la sélection

Revue française de socio-économie

Dans un contexte de forte sélectivité du marché du travail, alimentée par un chômage massif, la diversification des recrutements est considérée comme une réponse pertinente à la question des inégalités face à l’emploi. Cet enjeu de diversification trouve sa justification institutionnelle dans les préconisations politiques inspirées de la stratégie de Lisbonne, ainsi que dans la stratégie pour l’emploi de l’OCDE de 2006, qui militent pour l’accroissement des taux d’emploi, en particulier des femmes et des seniors.

Ce mouvement autour de la « diversité », qui repose pour l’essentiel sur des principes de « soft law », a été largement relayé par des rhétoriques managériales. La promotion de la diversité n’a pas manqué d’euphémiser un certain nombre de problèmes inhérents au fonctionnement du marché du travail. Elle conduit en particulier, au nom d’une approche globale et « positive », à effacer les pratiques discriminatoires à l’embauche et à occulter les enjeux de la sélection en termes d’exclusion. En effet, recruter c’est sélectionner au risque de discriminer, quand la sélection s’appuie sur des critères illégitimes au regard du droit du travail, mais également au risque d’exclure, quand elle est fondée sur des critères non prohibés – comme le diplôme – mais mobilisés de manière systématique, reléguant des catégories entières de demandeurs d’emploi dans des « trappes à inemployabilité ». (…)

Lire la suite : http://rfse.univ-lille1.fr/spip.php?article124

Date limite d’envoi des articles : 31 octobre 2012