Houda Laroussi, Le prêt sur gage au Crédit municipal de Paris. Clientèle et mondes sociaux

MADOUI Mohamed. « Houda Laroussi, Le prêt sur gage au Crédit municipal de Paris. Clientèle et mondes sociaux. Karthala, 2012, 284 p. (Hommes et Sociétés) ». In Vie sociale, n° 4, 2012, pp. 203-205

Auteure d’un ouvrage paru il y a trois ans sur le microcrédit et le lien social en Tunisie, Houda Laroussi nous conduit au cœur du Marais sur les traces de la clientèle du prêt sur gage au Crédit municipal de Paris (CMP). Adoptant une approche socio-anthropologique et toujours avec la même rigueur scientifique, elle nous livre une analyse fouillée des usagers de cette vieille institution « Le Mont-de-piété » où se côtoient désormais pauvres et riches, salariés et chômeurs, femmes et hommes, français et étrangers de tous âges et de toutes religions. À la différence des nombreuses études sur l’histoire ou la vocation sociale du CMP, H. Laroussi met en évidence la dimension socioculturelle de la relation aux clients et de leurs rapports aux biens mis en gage. C’est en définitive la relation du gage des objets de valeur comme fait social qui est ici centrale. Car au-delà de la radiographie de la clientèle et de la diversité des statuts sociaux des populations fréquentant le CMP, c’est la relation à l’objet gagé et à l’argent et à ses significations sociales que l’auteure a voulu analyser en distinguant les différents aspects du crédit : le « crédit actif » qui est remboursé et le « crédit passif » qui ne l’est jamais. L’intérêt de l’enquête de H. Laroussi, comme l’a rappelé Jean-Louis Laville qui a signé la préface de l’ouvrage, est de souligner la spécificité d’un crédit qui échappe à la logique marchande et qui met en évidence le caractère hybride des frontières entre l’économique et le social.

Lire la suite : http://www.cedias.org/article/notes-lecture-14