Appel à communication : Les discours organisationnels sous toutes leurs formes

Dans le cadre du 82ème congrès de l’ACFAS |  15 et 16 mai 2014, Université Concordia, Montréal

Dans les dernières décennies, l’analyse des discours, des conversations ou du langage dans les organisations a nourri de nombreux travaux en sociologie, en management, en linguistique, en sciences politiques et en communication (Drew et Heritage, 1992; Boje, 1991; Boden, 1994; Boutet, 1995;  Borzeix et Frankel, 2001; Bargiela-Chiappini, 2009; Robichaud et Cooren, 2013; etc.). Les chercheurs ont été amenés à réfléchir au rapport intime qui se nouait entre le langage et les organisations (Alvesson et Deetz, 1996; Piette et Rouleau, 2009). Beaucoup d’entre eux ont les discours (sous toutes leurs formes) comme problématique et/ou méthodologie de recherche et insistent sur leur rôle dans la compréhension des phénomènes organisationnels (Keenoy et al.,1997; Oswick et al., 1997, Iedema et Wodak, 1999; Mumby, 2004, etc.). Or le mot discours est parfois utilisé avec différentes acceptions, ce qui génère une certaine confusion (Jian et al., 2008). Alvesson et Karrëman (2000) suggèrent alors de distinguer le « discours » (petit ‘d’) et le « Discours » (grand ‘D’). Le discours (petit ‘d’) renvoie plus spécifiquement aux conversations et textes produits au cours d’une interaction (Taylor et Van Every, 2000; Cooren et al., 2007). Les chercheurs sont ici plus sensibles aux détails du langage et au « talk-in-interaction » dans des contextes spécifiques (prise décision collective, réunion de travail, situations de crise, etc.). Les méthodes sémiotique, narratologique, ethnométhodologique, sociolinguistique ou pragmatique sont mobilisées pour étudier les processus discursifs et les interactions s’accomplissant au sein des organisations. On voit émerger tout un ensemble de travaux abordant l’organisation comme une métaphore discursive – qui met en récits des évènements organisationnels pour leur donner du sens (Czarniawska, 1998) – ou comme un système narratif (Boje, 1991). Pour d’autres chercheurs, l’observation des interactions est privilégiée pour saisir les phénomènes organisationnels. Par exemple, en étudiant la dynamique des réunions de travail, Boden (1994) a pu montrer qu’il est possible d’appréhender les structures en action, tel qu’elles sont réalisées dans et parl’interaction. Par contre, le « Discours » (grand ‘D’) réfère à une vision foulcadienne du discours et les travaux (relevant d’approches critiques) s’inscrivent souvent dans une analyse des relations de domination et de contrôle. D’ailleurs dans les années 1990, la mondialisation, l’implantation des technologies de l’information et de la communication, la montée de l’économie tertiaire, le développement des multinationales, etc. redonnent – d’une certaine manière – leur place aux théories critiques, féministes et post-modernes (Mumby, 1993; Alvesson et Deetz 1996; Mumby et Stohl, 1991; etc.). Ce sont donc les discours produits par les organisations qui vont intéresser les chercheurs. Les discours de la responsabilité sociale, les discours sur l’informatisation du secteur de la santé, les discours managériaux, etc., autant de registres ou répertoires à analyser (Whetherell, 1998). (…)

Lire la suite : 271178

Date limite de soumission des propositions : 31 janvier 2014