Appel à article : Nouvelles figures de l’exploitation et mobilisations des travailleuses et travailleurs informels au Sud et au Nord

Revue Sociologie et sociétés

La mondialisation des activités de production et de financement, la tertiarisation de l’économie et les nouvelles logiques de gestion de la main-d’oeuvre, ont modifié les conditions de lutte des travailleuses et travailleurs, notamment à cause du déclin des bastions industriels traditionnels d’implantation syndicale au profit du développement de petites entreprises dans les services, de la fragmentation des relations d’emploi et du brouillage de la responsabilité d’employeur (avec la multiplication de la sous-traitance en cascade, du travail précaire et à domicile, de l’auto-emploi). Ces mutations sont allées de pair avec la précarisation de l’emploi et la recrudescence du travail informel, au Sud comme au Nord d’ailleurs.

Ces métamorphoses de la question sociale (Castel, 1995) et l’effritement de la société salariale, qui s’était développée y compris dans les régions industrialisées du Sud Global, ont contribué à montrer les limites des stratégies traditionnelles suivies par les syndicats pour lutter contre les inégalités. Ces stratégies consistaient essentiellement à réclamer le partage des gains de productivité et le développement des États-providence ou régimes-providence (Wood and Gough, 2006). Elles n’ont plus guère de prise face aux mutations en cours. Au Nord comme au Sud, de nouvelles figures de l’exploitation émergent. Les frontières entre travail atypique et travail informel se brouillent, notamment par l’informalisation des relations de travail, tandis que les formes traditionnelles du travail informel se recomposent pour accueillir de nouvelles activités, recomposant les divisions du travail entre classes, sexes, et groupes de population « racialisés ». (…)

Lire la suite : soc_societes_y._c._22_jan

Date limite de soumission des propositions : 23 février 2014