Des toxiques invisibles. Sociologie d’une affaire sanitaire oubliée, J.-N. Jouzel.

Note de lecture de LECOEUR Guillaume. « Des toxiques invisibles. Sociologie d’une affaire sanitaire oubliée, J.-N. Jouzel ». In Sociologie du travail, vol. 56, n° 1, jan.-mars 2014, pp. 157-160.

Jean-Noël Jouzel pose, dans cet ouvrage tiré de sa thèse, le problème de la mise en invisibilité du lien entre la santé et le travail. En s’appuyant sur une enquête qui mobilise à la fois des sources orales et des sources écrites, l’ouvrage montre que les acteurs étudiés — cabinets d’avocats, journalistes, experts, syndicats, consommateurs — appartiennent à des « mouvements sociaux [qui favorisent] la production de l’ignorance » (conclusion, p. 223). Cette thèse présente l’originalité de centrer le regard, non sur la manière dont le lien entre le travail et la santé est rendu visible par les acteurs de ces mouvements, mais sur les mécanismes qui les conduisent à le rendre invisible. (…)

Lire la suite : http://dx.doi.org/10.1016/j.soctra.2013.12.006

Guillaume LECOEUR est doctorant au Laboratoire LISE (Cnam-CNRS)