À l’école du salariat. Les étudiants et leurs « petits boulots », Vanessa Pinto

Note de lecture de SARFATI François. « Vanessa Pinto, À l’école du salariat. Les étudiants et leurs « petits boulots », Paris, PUF, coll. Le lien social, 2014, 350 p. ». In La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 1er mai 2014.

Fruit d’une pratique ethnographique réflexive articulée avec justesse aux données d’enquêtes statistiques, l’ouvrage de Vanessa Pinto « vise à explorer les différentes dimensions, à un moment historique donné, de cette phase biographique faite d’expériences, voire d’expérimentations, du lien salarial de subordination et, au-delà, de la relation entre “titres” et “postes” », (p. 3). De construction classique, À l’école du salariat est composé de trois parties. La première est constituée d’une revue de littérature et d’exploration des données disponibles. Elle définit l’objet et ses contours. La deuxième propose une analyse du salariat étudiant en deux segments : un pôle culturel fait d’emplois dans le secteur de l’animation et un pôle commercial regroupant des téléopérateurs et des équipiers de fast food. La dernière partie de l’ouvrage dresse un tableau des usages sociaux de l’emploi étudiant en trois idéaux-types structurés par le rapport au temps et son inscription dans les trajectoires des individus : « un présent qui n’engage à rien », « un avenir inscrit dans le présent », « un présent sans avenir ». (…)

Lire la suite : http://nrt.revues.org/1820

François SARFATI est chercheur au Centre d’études de l’emploi et membre associé du laboratoire LISE (CNAM-CNRS)