Archives de catégorie : Appels à projets

Appel à projet : Salariés jetés, salariés reclassés ?

Appel à projet de recherche proposé par la CFTC dans le cadre de l’agence d’objectif Ires pour 2013

La litanie de plans sociaux (PSA, Continental, Nortel, Archos) de ces dernières années, corollaires de la crise ou non, ont montré l’urgence d’un reclassement adapté vis-à-vis de salariés « cassés » par ces drames sociaux et des années de labeur.

Les gouvernants et les partenaires sociaux parlent souvent de « flexisécurité », voire de « flexicurité » et de « sécurisation des parcours professionnels ». Derrière ce vocabulaire riche en euphémismes se trame une réalité plus sordide qui fait que les ex-salariés sont en fait très mal reclassés une fois le plan social terminé, le reclassement personnalisé connaissant de véritables dysfonctionnements. Or, pour la CFTC l’efficacité de telles mesures sur le terrain dépend avant tout de la capacité de l’ensemble des acteurs, privés et publics, à mobiliser leurs ressources et à coordonner leur action autour de ce dispositif par le biais d’un dialogue social effectif en amont en aval du plan social. C’est à cette condition peut-être que la conversion des salariés licenciés pourrait devenir une pratique ancrée dans le réel avant d’être un discours. Alors salariés jetés, salariés reclassés ?

Lire la suite : Appel_a_Projets_CFTC_ Salariesreclasses2013

Date limite d’envoi des dossiers : 22 février 2013

Appel d’offre : Participation in Learning of Low Educated Workers

The study will investigate how low-educated / low-skilled workers with a low socio-economic background think about education and continuous learning. The inquiry will be based on a collection of individual narratives that should bring out attitudes, aspirations and expectations towards learning. This research on low educated workers prone to the risk of unemployment and social exclusion intends to uncover the potential among individuals to re-engage in learning and become socially upwardly mobile. The results of the study will be used to inform Cedefop’s research agenda on the topic of how adult and work-based learning can help people to better manage careers and working-life transitions, to set the stage for future analyses, and to pave the way for policy recommendations.
This call has been published in the Supplement to the Official Journal of the European Union 2012/S 228-374347 of 27/11/2012.

Deadline of submitting tenders: 18/01/2013 (17h00 for hand-delivered tenders)

Appel à projet : Changing Nature of Employment in Europe

Marie Curie ITN- PEOPLE-2012- Research Training Programme “Changing Employment”

Call for 12 Marie Curie Early Stage Researchers (ESR) and Experienced Researchers (ER) in Changing Employment (48 months), a Marie Curie Initial Training Network funded by the European Commission (and subject to final approval by the Commission)

Europe is today facing several major challenges. These go beyond the future of the euro and the instability of the financial system to some of the underlying issues concerned with the work activities that underpin the European economy. How can Europe retain manufacturing and production as restructuring and relocation towards lower-wage costs economies gathers pace ? As demographic change lifts the proportions of older workers in society and in employment, how can Europe both maintain decent levels of pensions and provide decent jobs for younger workers ? As cross-border migration becomes ever easier how can migrant workers be fully integrated and accepted into the European labour market ? How can aspirations for decent jobs be squared with the nearly pan-European progression of precarious work ? Europe’s future depends in large part on the answers it can provide to these questions within the context of the vision of a competitive, technologically-innovative economy bolstered by a high road social model that was captured in the Europe 2020 strategy. (…)

Lire la suite : MAINMCAdvertCALLS

CLOSING DATE FOR APPLICATIONS: 10th December 2012

Appels à projets : Santé et société / Mondialisation, régulation, innovation

La Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord publie son appel à projets annuel, portant notamment sur les deux axes de recherche suivants :  Santé et société ; Mondialisation, régulation, innovation.

Depuis 2004, la Maison des sciences de l’Homme Paris Nord , Unité de Service et de Recherche n°3258 associant le CNRS et les universités Paris 8 et Paris 13, lance un appel annuel à projets sur des problématiques correspondant à ses axes et thèmes, sur la base des recommandations de son conseil scientifique, en fonction des programmes antérieurs et au vu des priorités de la recherche aux plans national et international. Conformément à ses missions, la Maison vise par cet appel à susciter et à accompagner des programmes d’un haut niveau scientifique répondant aux trois critères de l’interdisciplinarité, de l’interinstitutionnalité et de l’internationalité prescrits par la Charte du Réseau national des Maisons des sciences de l’Homme. Ainsi la MSH a-t-elle labellisé et soutenu à ce jour près de 300 programmes d’une durée de deux ans.

En savoir plus : appel-mshpn-2012

Date limite de réception des projets : 3 octobre 2012

 

Axe n°2 Santé et société

Coordinatrice : Dominique Memmi
dominique.memmi@csu.cnrs.fr 

Thème  1 : « Corps et sciences sociales »

Coordonnateur : Gilles Raveneau
gilles.raveneau@mae.u-paris10.fr

Ce thème est consacré au rapport que les sciences sociales entretiennent avec les corps et les sensorialités : l’histoire de ce rapport depuis la naissance des sciences sociales, les questions épistémologiques et méthodologiques qu’il soulève, les connotations idéologiques qui lui sont liées. Cette réflexion se développe depuis huit ans au séminaire pluriannuel « ‘Corps’ et sciences sociales » et a donné lieu à deux publications collectives ,  mais de nouvelles propositions de recherches seront les bienvenues pourvu qu’elles ne soient pas purement spéculatives et  mobilisent des corpus consistants.

Une attention particulière est par ailleurs portée ici aux affects liés au usages sociaux du corps et suscitant des réactions somatiques assez puissantes pour devenir socialement identifiables (dégoût, horreur, peur, pitié, etc.), secrétés notamment lors de certaines situations professionnelles (administration du cadavre, des déchets). Les recherches portant aussi sur  l’envers de ces affects  – leur neutralisation sociale – seront aussi les bienvenues. Les approches mobiliseront de préférence une perspective interdisciplinaire. Cette réflexion a déjà été entamée lors de trois réunions scientifiques organisées avec le concours de l’Association Française de sociologie (dont deux à l’occasion de ses Congrès), et a donné lieu à une première publication, mais elle ne demande qu’à être poursuivie.

Thème  2 : « Construction et diffusion des savoirs médicaux »

Coordinatrice : Elisabeth Belmas
elisabeth.belmas@wanadoo.fr

A une vision de l’édification des savoirs médicaux impliquant un double mouvement de progrès et d’accumulation, telle que l’histoire de la médecine l’a longtemps représentée, s’est substituée, sous l’influence des études sur la science, les techniques et les pratiques médicales, une lecture moins linéaire, plus attentive à des moments historiques et des configurations sociales dans lesquelles ces savoirs sur la santé et les maladies ont été produits. Mais tout autant que la production de connaissances, ce sont les usages sociaux et leurs conséquences que la recherche analyse aujourd’hui, tant les sciences biologiques et les pratiques cliniques ne sont plus séparables des enjeux de société dans lesquelles elles sont prises ou même auxquelles elles donnent lieu. La pertinence de la constitution d’une thématique autour de la construction et de la diffusion des savoirs médicaux peut ainsi être vue sous le double aspect, du lien entre présent et passé, et de l’interaction entre production, diffusion et utilisation des savoirs. Ce thème rassemble surtout des historiens.

Dans la continuité des appels précédents, nous proposons d’accueillir, cette année, deux types de travaux : ceux, d’une part, s’intéressant aux questions relatives à la santé des travailleurs et à la construction des systèmes d’assistance sanitaire ; ceux, d’autre part, concernant l’histoire de la psychiatrie, de la vieillesse et de la place des personnes âgées dans les sociétés.

Thème  3 : « Dire la santé mentale aujourd’hui »

Coordonnateurs :

Ce thème est consacré à l’étude des troubles du lien social (« déviances », « souffrances », « dépendances », « prise de risques ») et aux manières, socialement légitimes, de dire la santé mentale aujourd’hui. A partir d’une histoire épistémologique et critique, les programmes accueillis cherchent à penser la constitution d’un espace intellectuel, scientifique et professionnel autour de ces objets de recherche et leur construction en sciences sociales. Les travaux réalisés à ce jour donnent lieu au  séminaire « Anthropologie de la folie », co-organisé par la Maison des sciences de l’Homme Paris Nord, l’EHESS et l’ENS Lyon, au séminaire « Anthropologie critique de la santé mentale » co-organisé par la Maison des sciences de l’Homme Paris Nord et le CHS Sainte-Anne, ainsi qu’au programme de recherche « Les enjeux juridiques de la santé mentale ». Journées d’étude et numéros thématiques sur le thème des transgressions (pour La pensée médicale de Dominique Lecourt) sont en cours de réalisation.

A partir d’une approche empirique, circonscrite, mais résolument interdisciplinaire, une  attention particulière sera portée, dans la continuité des programmes de l’année dernière, aux pratiques qui traduisent, en les rendant visibles, de nouvelles préoccupations (par exemple les addictions, les troubles du comportement, la souffrance, le bien-être) ou, au contraire, délégitiment les préoccupations anciennes, qui constituent, par exemple, les objets de la psychiatrie classique, la clinique de la « folie » et la psychothérapie institutionnelle.

Thème 4 : « La biologisation du social : discours et pratiques »

Coordonnateurs :

Dépistage des enfants « surdoués » ou présentant des « troubles de comportement », respect des « biorythmes » dans le cadre scolaire, profilage biopsychologique de certaines catégories de délinquants, « racialisation » de la question migratoire, émergence de la neuropsychiatrie, du neuromarketing… : la biologisation des discours et des pratiques sociales est en pleine expansion, et les questions que cette expansion soulève concernent le domaine de la santé autant que ceux de l’éducation, de la sécurité, de l’économie et de la communication. L’objectif de ce thème est, à partir de ces questions, de faire ressortir la spécificité de la situation contemporaine et d’apprécier comment cette biologisation des activités sociales coexiste ou se combine avec d’autres discours et pratiques. Au cours des années antérieures, ce thème a notamment accueilli le séminaire « Processus sociaux de construction de l’identité. Naturalisation et biologisation du social », animé à l’EHESS et à la MSH Paris Nord par F. Muel-Dreyfus et D. Memmi, ainsi que les travaux d’A. Brossat sur  « la parole des migrants ».

Cette année, nos travaux mettront aussi l’accent sur les applications pratiques de ces pensers biologisant le social dans les domaines du droit, de la pédagogie, de l’expertise psychiatrique, et plus généralement, de l’administration des populations considérées comme « sensibles »

Thème  5 : « Corps et politique »

Coordonnateurs :

Ce thème vise à éclairer, à la lumière du passé, les profondes évolutions que la biopolitique – cette administration politique des corps et des populations – a connues depuis quatre décennies sur le plan des dispositifs tant techniques et politiques (délégation des décisions de vie et de mort aux agents sociaux, biométrie), que discursifs (émergence de la « bioéthique ») et idéologiques (re-sacralisation laïque de la vie, gouvernement des conduites corporelles) qui consacrent en le masquant un processus accéléré de politisation des savoirs et des questions biologiques, dans lequel les sciences sociales sont fortement engagées. S’inscrivent ici notamment les travaux menés en collaboration avec l’Association française de Sociologie (Réseau thématique 17 : « Gestion politique du corps et des populations »),

Notre objectif est d’inciter, cette année, des chercheurs relevant des sciences et de l’histoire du politique à se pencher de manière aussi systématique que possible sur les usages pratiques et symboliques du corps dans l’espace politique : mise en scène et symbolique du corps du chef, mise en scène de la mort infligée par les États et de la mort des puissants, auto-mutilation (suicide, grève de la faim) comme arme politique, dimension somatique curieusement pérenne de l’action manifestante, tatouages, caricatures et auto-dérision corporelles comme instrument d’expression etc. Toutes les analyses, de préférence empiriques, mettant l’accent sur les évolutions historiques des deux derniers siècles et jusqu’à aujourd’hui, seront les bienvenues. Cette réflexion sera aussi menée notamment au sein d’un séminaire « Corps et politique » (D.Memmi & E.Taïeb).

Thème n° 6 : « Espace, environnement et santé »

Coordonnateurs :

Considérant que les questions liées à l’environnement sont de plus en plus posées du point de vue de leurs conséquences pour la santé, mais qu’au-delà des dimensions pathogènes des transformations environnementales, il convient de rendre compte des formes contemporaines de production et d’utilisation de l’espace, de l’espace urbain comme de ses marges ou des espaces ruraux, les chercheurs relevant de ce thème associent étroitement les approches physiques des milieux et les approches sociales portant sur les populations qui les occupent ou les fréquentent. De cette association les travaux sur les risques (notamment sanitaires et épidémiologiques) réalisés au sein du thème au cours des années antérieures montrent clairement la nécessité.

Telle est donc à nouveau la priorité assignée aux projets appelés à s’inscrire dans ce thème cette année. Toutefois, deux questions nouvelles seront prises en compte en 2013 :

  • celle de l’accessibilité aux structures sanitaires et de maillage des « territoires de santé »
  • celles relatives à l’acceptabilité: acceptabilité par les publics d’initiatives visant à les traquer/tracer dans leurs déplacements par le biais de procédures informatiques, éventuellement à effectuer sur eux des prélèvements biologiques en vue de faire progresser la science ; acceptabilité en termes de coût/bénéfice, notamment par rapport à une vaccination qui peut avoir des effets secondaires.

Si, logiquement, la géographie est la discipline directement mobilisée dans ce thème, celui-ci y associe des sociologues, des historiens et des représentants d’autres disciplines des SHS et des sciences du vivant. À cet égard, les candidats pourront utilement se reporter, à titre d’exemple, au projet Expolyme, lauréat de l’appel à projets inter-MSH 2012, à l’initiative des chercheurs de ce thème, en relation avec une équipe de la MSH « Rhône-Alpes ».

Enfin, dans la perspective de l’installation de la MSH en ses nouveaux locaux, seront privilégiés des projets susceptibles de donner lieu à des partenariats avec les collectivités territoriales.

 

Axe n°3 Mondialisation, régulation, innovation

Coordonnateurs :

Centré sur les déterminants et les effets de la régulation des activités économiques et sociales dans le contexte de la globalisation, cet axe a vocation  à accueillir toute réflexion combinant dimensions théoriques et empiriques sur les conditions de formation des nouvelles régulations et de réglementation des activités économiques et sociales ainsi que sur leurs effets.

Cette année, le programme poursuit et étend celui qui a été engagé lors des deux années précédentes. L’accent est mis sur les points suivants :

Thème n°1 : « Analyse, mesure et évaluation du droit et de la réglementation »

Coordonnateur : Thierry Kirat
thierry.kirat@dauphine.fr

L’objectif de ce thème est de renforcer la compréhension de la place du phénomène juridique et réglementaire dans les transformations économiques et sociales qui s’opèrent dans le monde contemporain et leur régulation. Sa visée spécifique, d’ordre analytique et méthodologique, est donc de dépasser les limites des analyses monodisciplinaires. De fait, les analyses juridiques s’attachant exclusivement à l’étude et à la description des normes en vigueur ne débouchent ni sur l’étude de leur mise en œuvre ni sur leur évaluation ; quant aux analyses économiques, elles sont généralement peu disertes sur le contexte  juridique et réglementaire des objets analysés.

La priorité sera notamment mise sur les conditions d’observation empirique des effets économiques et sociaux des règles juridiques et des institutions qui leur sont liées à  différentes échelles : internationale, nationale, voire régionale. Une perspective  institutionnelle et appliquée en constituera le cadre de référence. Celle-ci se justifie par l’attention portée aux institutions et aux règles nécessaires au fonctionnement des marchés et, plus largement, aux processus économiques. Ainsi, les théories des variétés du capitalisme pourront être mises en rapport avec les systèmes et cultures juridiques nationaux. Les programmes retenus s’attacheront, de manière complémentaire, à situer juridiquement les objets d’études empiriques des chercheurs concernés (des droits de propriété intellectuelle à la « pension industry ») et à organiser une réflexion collective sur les méthodes appropriées à la prise en compte du phénomène juridique (des indicateurs de réglementation à la jurisprudence en passant par les méthodes quantitatives – analyses de données et économétrie).

Cette année, le thème souhaite accueillir des projets novateurs et/ou exploratoires sur les questions suivantes :

  • méthode du droit comparé et analyse économique des traditions juridiques
  • effets de l’héritage colonial sur la gouvernance et les institutions publiques d’une part, sur la croissance et la sortie de la pauvreté dans les PED
  • droit comparé de la régulation des marchés financiers et des sociétés cotées
  • droit et économie comparés des droits de propriété(application au foncier, aux actifs immatériels)

Thème n°2 : « Entreprises, institutions et organisations »

Coordonnateurs :

Ce thème accueille des chercheurs désireux d’avancer dans la compréhension des formes organisationnelles majeures qui structurent nos sociétés, en mariant différentes approches : théories des organisations et approches institutionnelles, mais aussi approches sociologiques et juridiques. Comme pour les années précédentes une importance particulière sera accordée à l’analyse des processus d’innovations technologiques, organisationnelles, institutionnelles et sociales, en centrant la perspective sur les dimensions systémiques de ces processus. Les points suivants sont proposés à la réflexion et à la recherche :

  • l’analyse des entreprises capitalistes en tant qu’organisations et institutions, intégrant la dimension d’intérêt public (ou de « responsabilité sociale des entreprises ») et le rôle des systèmes de représentation et d’évaluation, et plus particulièrement des systèmes comptables. Un intérêt particulier sera porté à l’analyse des formes légales et de leur évolution (droit des sociétés et droit des affaires, systèmes fiscaux, droit du travail…), le cas échéant en relation avec les recherches menées dans le thème n°1.
  • l’analyse des organisations publiques et organisations sans but lucratif. On cherchera notamment à explorer les réformes du secteur public et les transformations de son rôle dans le panorama européen et international, à partir de la LOLF, mais aussi les changements que celle-ci engendre sur le fonctionnement des universités et des autres organisations publiques.

Le dénominateur commun des programmes accueillis dans ce thème tient à qu’ils examineront les organisations simultanément en tant qu’« institutions », à ce titre, exprimant les systèmes de règles dans lesquelles elles opèrent, et en tant que productrices originales de règles, normes et conventions, à même de structurer la coordination entre acteurs.

Le thème accueillera préférentiellement les projets répondant à l’une ou l’autre des quatre questions suivantes :

  • A quoi servent les marchés financiers ? Comment fonctionnent-ils ?
  • Comment analyser les groupements d’entreprises, du point de la globalisation et des problèmes de fiscalité qu’ils posent ?
  • Quels modes d’organisation et modes de gouvernance des entreprises dans les industries de la culture ? Les projets pourront être également rattachés au thème 3 de l’axe 1
  • Quelles sont les nouvelles formes d’entreprise dont les activités sont « fondées sur la connaissance » ?

Thème n°3 : « Droits de propriété, droits de propriété intellectuelle et marchés »

Coordonnateurs :

Le  thème met l’accent sur la construction sociale des marchés, à la lumière des effets que les systèmes de propriété intellectuelle ont sur les conditions de la formation de ces marchés et de leur fonctionnement. Le thème accueillera également des recherches consacrées à l’analyse des conventions et accords librement consentis, sous la forme des « communs » intellectuels, permettant l’accès et le partage des informations, voire l’innovation co-construite ;

Les domaines d’application privilégiés sont les industries culturelles, d’un côté, celles de la pharmacie et de la santé, de l’autre.

  • S’agissant des industries culturelles, les programmes s’attacheront à la manière dont sont révisées, tout à la fois, les formes organisationnelles, les relations d’emploi, les modes de gouvernance, les formes des contrats, etc.

Parmi les questions prioritaires :  jusqu’à quel point la dématérialisation transforme-t-elle les modalités de la circulation des biens ?  Comment la numérisation transforme-t-elle le droit d’auteur ?  A quels nouveaux « business models » donne lieu la numérisation.  Au-delà des seules industries culturelles, ces questions pourront être appliquées à l’ensemble des industries pour lesquelles les droits de propriété intellectuelle jouent un rôle central.

  • S’agissant des services de santé et des médicaments, la montée en puissance des brevets, assurée notamment par la signature des ADPIC en 1994, les met désormais au cœur du marché des soins, suscitant, notamment au niveau international, la montée de nouvelles et fortes inégalités. Dans cet esprit, comment analyser et comprendre le rôle des « global health inititiaves », plus généralement  la montée de nouveaux acteurs en santé publique (dont au premier chef différents types d’ONG) qui viennent occuper des positions abandonnées (ou non occupées) par les systèmes de santé publique
  • Le rôle des brevets dans la constitution des marchés de la santé, y compris dans sa dimension internationale, et la concurrence que les spécialités brevetées entretiennent avec les génériques, constitue une autre des interrogations traitées dans ce thème.
  • Enfin cette année une attention toute particulière sera apportée à toute proposition permettant de comprendre et d’analyser les conditions de la formation d’un (ou de) marchés(s) spécifique(s) de la PI et des brevets. : méthodes d’évaluation des actifs intangibles que sont les titres de PI, identification des nouveaux acteurs gestionnaires et offreurs de titres de PI, nature des transactions auxquelles donne lieu la PI …

Les programmes de ce thème pourront, le cas échéant, s’affilier également au thème n°3 de l’axe 1.

Thème n°4 : « Finance, mondialisation et production des règles »

Coordonnateurs :

Ce thème accueillera des programmes portant, en particulier, sur la question de la production des règles internationales dans le contexte de la mondialisation financière, en vue d’améliorer notre compréhension des règles internationales qui influencent le fonctionnement de l’économie mondiale et d’analyser le comportement des acteurs et institutions qui participent à l’élaboration de ces règles ou qui ont une influence importante sur leur élaboration.

Différents types de règles feront l’objet des recherches : lois, directives, ou règles plus informelles (codes de bonne conduite). Les acteurs à prendre en compte incluront les entreprises et les acteurs financiers transnationaux, les autorités publiques (par exemple, les États, les Banques centrales et le Comité de Bâle pour les banques), les autorités privées (IASB pour les normes comptables internationales), les institutions internationales (OMC, BIT, FMI, UNESCO, OMS, etc.). Il sera nécessaire de distinguer les différents domaines où s’exercent ces règles, notamment : environnement, commerce international, droit du travail, droits de propriété, finance internationale.

Parmi les objectifs de ces programmes, figurera l’étude des conditions d’émergence de ces règles (leur caractère exogène ou endogène), les interactions entre ces règles (leur complémentarité et leur hiérarchie), l’impact de ces règles sur les stratégies des acteurs. De même, seront étudiées les situations caractérisées par l’absence de règles (cas des paradis fiscaux).

Les programmes accueillis par ce thème pourront également aborder la question d’une nouvelle hiérarchie des normes internationales, dans la perspective d’une réforme de la régulation de la mondialisation, par exemple, visant à subordonner les règles commerciales aux droits fondamentaux dans les domaines politique, social et environnemental.

Thème n°5 : « Flux, échanges et institutions »

Coordonnateurs :

Ce thème met en contact des chercheurs de différentes disciplines en SHS ayant en commun de travailler sur l’espace mondial en tant qu’espace structuré et traversé par des échanges multidimensionnels, matériels et immatériels, humains et économiques, sociaux, culturels, scientifiques, technologiques. Il s’agit en particulier d’étudier la dimension institutionnelle de ces échanges : comment naissent-ils et se développent-ils ? Quelles sont les dynamiques qui en sont à l’origine et qui accompagnent leur développement ? A quelles contraintes sont-ils soumis ? Comment des règles et institutions émergent-elles de ces échanges ou s’imposent-elles à eux de manière exogène ?

Les projets porteront principalement sur la région méditerranéenne. Cet espace d’échanges, parmi les plus anciens dans l’histoire des relations internationales, est en effet pris aujourd’hui dans une vaste dynamique de changement, ou plutôt des dynamiques, lesquelles s’inscrivent souvent dans des espaces plus larges que celui des pays riverains de la Méditerranée. Par exemple, l’on ne peut pas étudier les migrations transméditerranéennes sans inclure, d’une part, l’Afrique subsaharienne, d’autre part, l’ensemble du territoire européen et même au-delà. De la même manière, l’analyse des flux économiques et financiers doit intégrer l’environnement global de la mondialisation. Autre exemple, l’étude des relations entre les sociétés et, à un niveau micro, entre les individus, les entreprises, les organisations, nécessite de prendre en compte des contextes locaux et des trajectoires singulières. Ainsi caractérisé, ce thème englobe non seulement les échanges Nord-Sud – les plus visibles – mais également les autres orientations – Est-Ouest, Sud-Sud – que peuvent prendre ces relations.

Cette année, le thème du changement  – politique, économique, social, institutionnel –  sera privilégié, en liaison avec l’analyse des « révoltes arabes » et de leurs prolongements sous des formes différentes selon les pays et à la lumière de l’impact de la crise financière internationale au MENA. Enfin, l’ouverture vers d’autres régions, dans le cadre d’études comparatives entre pays ou groupes de pays, est toujours bienvenue. On pourra par exemple comparer les expériences de transition politique et/ou économique ou d’intégration régionale dans le MENA avec celles d’autres régions (en Asie, Afrique, Amérique Latine..), ou encore les trajectoires des économies pétrolières arabes avec celles d’autres régions du monde.

 

Appel à projet : L’éducation thérapeutique du patient

L’Institut de Recherche en Santé Publique – IReSP – a lancé en mai 2012 un appel à projets de recherche portant sur l’éducation thérapeutique du patient (ETP).

Cet appel à projets de recherche est financé par la Direction Générale de la Santé dans le cadre du Plan pour l’amélioration de la Qualité de Vie des personnes atteintes de Maladies Chroniques (PQVMC). Il vise à promouvoir la recherche sur l’ETP afin de développer les connaissances à la fois sur les questions fondamentales et opérationnelles qu’elle soulève.

Les projets sont attendus pour le 6 novembre 2012.

Le texte de l’appel à projets est téléchargeable sur le site de l’IReSP : http://iresp.net/index.php?goto=appel&rub=pec&prjId=24

Appel à projet : Santé et itinéraire professionnel : autour de l’enquête SIP 2006-2010

L’appel à projets « Santé et itinéraire professionnel : autour de l’enquête SIP 2006-2010 » a pour objectif de faire progresser la compréhension des interactions entre la santé des personnes et leur itinéraire professionnel, en favorisant l’appropriation par la communauté scientifique de l’enquête Santé et itinéraire professionnel (SIP).

Télécharger le document complet : AR SIP 2012

Cet appel à projets fait suite à deux autres appels arrivés à leur terme : un premier à caractère essentiellement méthodologique, a été lancé en juin 2007 et un second portant sur les résultats de la 1ère vague a été lancé en 2008. Cet appel à projets a pour vocation l’exploitation du potentiel que représente la dimension chronologique des données recueillies, et particulièrement l’approche prospective nouvellement disponible sur le panel, pour progresser dans l’analyse fine des corrélations, causalités et
interdépendances entre les diverses dimensions de la vie personnelle, professionnelle, familiale et de santé.

En complément de ces analyses quantitatives, les projets pourront comporter une approche qualitative sur un sous-échantillon de personnes interrogées dans le cadre de l’enquête SIP. Ces approches viseraient particulièrement à l’appréhension des stratégies, des marges de manœuvre et des ressources que les personnes ont pu ou non mobiliser pour faire face à des évènements de santé et/ou à des dégradations/ruptures de leur itinéraire professionnel. Elles permettraient ainsi de mieux comprendre comment elles ont pu maîtriser (ou non) la construction et la préservation de leur santé tout au long de leur vie, et particulièrement entre 2006 et 2010.

Enfin, un objectif complémentaire est d’approfondir les connaissances sur l’exposition aux facteurs  psychosociaux de risque au travail et ses effets sur la santé.

________________________________

Les projets doivent parvenir par courrier postal en dix exemplaires sous pli fermé pour le mercredi 10 octobre avant 12 heures.

Pour tout renseignement complémentaire concernant les travaux proposés, contacter :
Corinne Mette : 01 44 38 23 04 ; corinne.mette@travail.gouv.fr
Ou
Nicolas Dericcardis : 01 40 56 88 13 ; nicolas.dericcardis@sante.gouv.fr

Appel à projet : Risques du travail : autour de Sumer 2010

L’appel à projets « Risques du travail : autour de Sumer 2010 » vise à susciter des analyses secondaires de l’enquête Sumer 2010 (Surveillance médicale des expositions aux risques professionnels), complétées éventuellement de post-enquêtes qualitatives, à propos :

  • des risques du travail décrits par l’enquête Sumer ;
  • de la manière dont cette enquête décrit ces risques.

Il s’agit de faire progresser la connaissance sur des risques pour lesquels l’enquête Sumer 2010 apporte des éléments d’information originaux, ainsi que sur la méthodologie à laquelle recourt l’enquête pour les retracer.

Date limite de réception des projets : lundi 16 juillet 2012, à 12 heures.

En savoir plus : http://travail-emploi.gouv.fr/etudes-recherche-statistiques-de,76/etudes-et-recherche,77/appels-a-projets,312/appels-a-projets-ouverts-aux,951/2012-risques-du-travail-autour-de,14429.html

Télécharger l’appel à projet : texte APR Sumer-Vdef

Actualité : Lancement de l’Agenda européen pour l’éducation des adultes

Le nouvel Agenda européen pour l’éducation des adultes de l’Union européenne a été lancé officiellement par la Commissaire européenne Mme Androulla Vassiliou à Bruxelles le 28 février 2012. Il vise essentiellement à fournir aux adultes à faibles qualifications  des possibilités  de bénéficier d’une seconde chance à travers le renforcement de leurs compétences de base, telles que l’écriture, le calcul et le savoir numérique.

L’Agenda estime que d’ici 2020 les systèmes d’éducation des adultes devront faire face à une forte demande d’accès à des opportunités d’apprentissage tout au long de la vie de qualité et à une importance croissante du rôle des autorités locales, des employeurs, des partenaires sociaux, de la société civile et des organisations culturelles. (…)

Source : Unesco Institute for Lifelong Learning