Archives de catégorie : Manifestations scientifiques

Evaluation en éducation : Qui évalue et sur quels fondements?

Journée d’étude nationale organisée par la Société française de l’évaluation le 1er décembre 2011 :

Cette journée s’intéresse à l’évaluation des politiques et des programmes éducatifs au niveau national et local. Comme dans d’autres champs, les acteurs de l’évaluation sont multiples et divers : Inspecteurs, Consultants/Experts, Chercheurs… Tout évaluateur mobilise, de manière implicite ou explicite, des éléments de référence et des savoirs qui orientent ses analyses et ses jugements. Cette journée part de l’hypothèse qu’en fonction de leurs statuts, postures, formations et expériences, des évaluateurs ne réaliseront pas la même évaluation, mobilisant une expertise et une connaissance différentes. Cette pluralité de regards possibles sur le champ éducatif interroge l’épistémologie de l’évaluation, mais aussi son institutionnalisation dans le domaine éducatif. Le propos de la journée consistera à mettre en discussion des évaluateurs de statuts différents (fonctionnaires, chercheurs, consultants) pour confronter leurs regards sur les programmes éducatifs et leur vision de l’évaluation en éducation.

Lire la suite et télécharger le programme : PROGRAMME JN SFE 1-12-2011 -VF-

Soutenance de thèse : “Prévenir ou produire. Autonomie et subordination dans la médecine du travail (1970-2010)”

Soutenance de thèse de Pascal Marichalar, intitulée “Prévenir ou produire. Autonomie et subordination dans la médecine du travail (1970-2010)”, le mercredi 7 déc. 2011, à l’ENS, campus Jourdan :

Ce travail étudie l’autonomie professionnelle des médecins du travail en France entre 1970 et 2010. Il explore le sens de l’injonction indigène et règlementaire d’indépendance, alors que ces médecins sont liés aux employeurs par un contrat de travail, c’est-à-dire une relation de subordination. Ce-faisant, il offre un éclairage sur la faillite du système français de prévention des atteintes professionnelles à la santé. La combinaison du dépouillement d’archives inédites et d’une enquête ethnographique multi-sites auprès de praticiens en activité met en évidence les variations de la problématique de l’autonomie selon le contexte d’exercice (forme du service, nature des interlocuteurs). La coexistence apparente de l’autonomie et de la subordination passe toujours par la distinction pratique entre un côté « médical » de l’activité (sur lequel les praticiens disposent en droit d’une indépendance totale), et un côté « administratif » (sur lequel la subordination est légitime). Or, l’enquête montre que cette distinction est le produit instable d’une négociation permanente entre les médecins et leur entourage (autres composantes du service ou de l’entreprise, autres médecins…). Plus encore, la définition même du métier, c’est-à-dire l’ensemble des tâches qui peuvent être exercées de manière légitime au nom de la médecine du travail, apparaît elle aussi comme le résultat précaire de négociations permanentes dans chaque service. La question de l’autonomie se joue non seulement dans le contrôle sur le travail, mais également dans le processus de définition de ce dernier. Cette thèse montre ainsi les limites de la définition classique de l’autonomie professionnelle comme contrôle sur les activités de routine lorsque la nature du travail qu’il y a à faire n’est pas donnée d’avance, mais est l’objet de conflits. Elle donne également à voir la tension entre dépendances légitimes et illégitimes, subordination consentie et abus de pouvoir, qui est au cœur de la relation salariale.

Lire la suite : http://www.cmh.ens.fr/hoparticle.php?id_art=332

Les souffrances sociales à la Martinique et leurs modes de gestion

Soutenance de thèse de Véronique Rochais, EHESS, le 31 octobre 2011 :

À la Martinique, département d’outre-mer fondé sur une organisation socio-raciale inégalitaire héritée du système colonial esclavagiste, les tensions et les inégalités entre les milieux sociaux pèsent encore lourdement. D’une part, la domination sociale et économique des anciens colons, les békés, perdure dans le temps et, d’autre part, le passé esclavagiste non assumé par une frange de la population martiniquaise descendante d’esclaves africains génère encore des frustrations, de la souffrance et un besoin de reconnaissance identitaire. À cette souffrance historique s’imbrique une autre souffrance dite sociale, en raison du contexte socio-économique dans lequel les inégalités sociales et les écarts entre les classes ne cessent de se creuser.

Les circuits courts entre marché et réseaux

Journée d’études proposée par l’EHESS, Centre Norbert Elias  –  La Vieille Charité, 2 rue de la Charié, Marseille :

  1. Les circuits courts et la notion de local. Comment est définie la notion de « local » dans les circuits courts ? Quelles sont les limites géographiques ou sociales du local ? On interrogera ainsi le lien entre la notion de « local » et les représentations de la qualité. Une attention particulière sera portée à la relation entre circuits courts et collectivités locales, en s’interrogeant sur les politiques en faveur des circuits courts.
  2. Solidarité et confiance dans les circuits courts. Quel rôle jouent-elles dans les liens qui s’établissent entre producteurs et consommateurs ? Quelles représentations de l’échange ont les différents acteurs impliqués et quelles pratiques d’échange sont mises en place ?
  3. Equité sociale, réseaux et normalisation. Les circuits courts, et les AMAP en particulier, contribuent-ils à produire une plus grande équité entre producteurs et consommateurs ? Quelle influence peuvent avoir les circuits courts sur l’ensemble du système agroalimentaire à l’échelle territoriale locale ou plus large ? Nous aborderons également les formes de normalisation autour de ce que doit être une « bonne » agriculture, une « bonne » alimentation et une « bonne » organisation des échanges entre producteurs et consommateurs.

Lire la suite : http://actualites.ehess.fr/nouvelle4620.html