Archives de catégorie : Notes de lecture

Note de lecture : Melting shops. Une histoire des commerçants étrangers en France. C. Zalc.

MADOUI Mohamed. « Melting shops. Une histoire des commerçants étrangers en France. C. Zalc. Perrin, Paris (2010). 330 pp. », in Sociologie du travail, vol. 55, n° 1, jan.-mars 2013, pp. 106-108.

Le livre de Claire Zalc, historienne, chercheur à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (CNRS-ENS) met en évidence le rôle des immigrants dans le commerce en exploitant des archives du xixe et xxe siècles. Alors que la petite entreprise est souvent considérée comme un moyen de promotion sociale, elle nous donne à voir ici la diversité des modalités d’entrée des immigrés dans le monde de la petite boutique et dresse pour le lecteur les portraits de nombreux commerc¸ants étrangers réunis par le même désir d’indépendance et de liberté. Ce travail s’est adossé à un questionnement très clair : l’installation à son compte est-elle motivée par la quête d’une plus grande liberté économique ou, au contraire, est-ce le produit des contextes économique, politique et juridique qui fait de la petite entreprise l’un des seuls univers encore accessibles aux étrangers ? (…)

Lire la suite : http://www.sciencedirect.com/science/journal/00380296

Mohamed MADOUI est membre du LISE (Cnam-CNRS)

Houda Laroussi, Le prêt sur gage au Crédit municipal de Paris. Clientèle et mondes sociaux

MADOUI Mohamed. « Houda Laroussi, Le prêt sur gage au Crédit municipal de Paris. Clientèle et mondes sociaux. Karthala, 2012, 284 p. (Hommes et Sociétés) ». In Vie sociale, n° 4, 2012, pp. 203-205

Auteure d’un ouvrage paru il y a trois ans sur le microcrédit et le lien social en Tunisie, Houda Laroussi nous conduit au cœur du Marais sur les traces de la clientèle du prêt sur gage au Crédit municipal de Paris (CMP). Continuer la lecture de Houda Laroussi, Le prêt sur gage au Crédit municipal de Paris. Clientèle et mondes sociaux

Note de lecture : Y. Bérard, R. Crespin (eds.)., Aux frontières de l’expertise. Dialogues entre savoirs et pouvoirs

Léa LIMA. « Y. Bérard, R. Crespin, Editors, Aux frontières de l’expertise. Dialogues entre savoirs et pouvoirs (2010) Presses universitaires de Rennes, Rennes 277 p. », in Sociologie du travail, vol. 54, n° 4, oct.-déc. 2012, pp. 552-553.

Commele rappellent dans leur introductionYann Bérard et Renaud Crespin, les coordonnateurs de cet ouvrage, les travaux sur l’expertise et les experts se multiplient en Francecommeà l’étranger. Le parti-pris ici est, contrairement à ce qu’une mauvaise compréhension du titre pourrait laisser penser, non pas d’interroger les marges de l’expertise mais de pénétrer au coeur de sa fabrication comme objet-frontière. Toutes les contributions participent peu ou prou à la compréhension des manières de faire jouer (ou pas) des savoirs comme savoirs experts, c’est-à-dire comme savoirs engagés dans la chose publique. Elles le font néanmoins à partir de postures et d’outillages théoriques assez hétérogènes ; l’ancrage empirique très sensible se traduit aussi par un éventail très large de domaines d’expertise représentés.(…)

Lire la suite : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0038029612001112

Léa LIMA est membre du LISE (Cnam-CNRS)

Note de lecture : Yann Maury (dir.), Les coopératives d’habitants. Méthodes, pratiques et formes d’un autre habitat populaire

Note de lecture de François Granier. « Yann Maury, ENTPE & Université de Lyon (dir.), Les coopératives d’habitants. Méthodes, pratiques et formes d’un autre habitat populaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 02 janvier 2013

Les médias nous ont depuis longtemps fait connaître l’explosion des favelas latino américains, des slums asiatiques, des bidonvilles africains… qui couvrent les faubourgs des mégapoles du Sud. Du coup, nous ne pouvons ignorer les conséquences dramatiques de ce phénomène qui touche au niveau mondial près d’un habitant sur dix. Simultanément, mais beaucoup plus silencieusement, dans les villes du Nord, un processus de ségrégation sociale se met en marche. Il est identifié au tournant des années soixante par Ruth Glass, sociologue britannique, attentive à la reconstruction des quartiers du centre de Londres1. Elle observe le départ des familles populaires au profit de classes moyennes et supérieures et dénomme ce processus : « gentrification ». Celui-ci a depuis gagné la très grande majorité du cœur des villes et a nourri la division sociale des espaces urbains. Il impose aux citoyens les plus modestes de résider dans des quartiers toujours plus éloignés et souvent sans âme. (…)

Lire la suite : http://lectures.revues.org/10240

François Granier est chercheur-associé (CNRS – LISE) Laboratoire Interdisciplinaire pour la Sociologie Economique

Note de lecture : Nicolas Belorgey, L’hôpital sous pression. Enquête sur le « nouveau management public »

Note de lecture de Jean-Luc Metzger, « Nicolas Belorgey, L’hôpital sous pression. Enquête sur le « nouveau management public » », in La nouvelle revue du travail [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012.

En France, depuis plusieurs décennies, comme dans de nombreux autres pays « développés », les experts médiatiques et les conseillers en communication, les hommes et les femmes politiques de gouvernement nous le répètent à l’envie : la question prioritaire n’est ni de réduire les inégalités d’accès aux services publics ni d’augmenter la participation des citoyens à leur évolution, mais de maîtriser l’augmentation des dépenses, à défaut de pouvoir les réduire. Le virage gestionnaire de l’action publique s’est cristallisé, au moins au niveau du discours et dans les intentions affichées, sur les principes et les outils du New Public Management (NPM), dont les vertus, supposées universelles, sous couvert d’une meilleure performance, visent à réduire les effectifs et la masse salariale de la fonction publique.

Cependant, si telles sont les intentions très générales des pouvoirs publics de gauche comme de droite, toute la question est de savoir si, concrètement, ces principes et ces outils sont réellement mis en œuvre, par quelles catégories d’acteurs, avec l’aide de quels types d’auxiliaires et dans quelle mesure ils entraînent une amélioration de l’efficacité et de la performance des organismes publics. (…)

Lire la suite : http://nrt.revues.org/421

Note de lecture : « Informatisation et changements organisationnels dans les entreprises », Réseaux 28|162, juin-juillet 2010

Note de lecture de Jean-Luc Metzger, « Collectif, « Informatisation et changements organisationnels dans les entreprises », Réseaux 28 | 162, juin-juillet 2010 », in La nouvelle revue du travail [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012.

Le numéro 162 de la revue Réseaux comporte un dossier de près de 300 pages consacré à l’analyse des résultats de plusieurs enquêtes quantitatives sur les transformations récentes des systèmes techniques et organisationnels dans les entreprises françaises. Coordonné par Nathalie Greenan, Danièle Guillemot et Yusuf Kocoglu, contenant des contributions de cinq autres chercheurs, majoritairement du Centre de l’Étude de l’Emploi, il constitue une référence pour objectiver et compléter les études qualitatives portant sur les évolutions contemporaines du travail en France.

La première qualité de ce dossier est de présenter de façon très détaillée, très « technique » et de discuter pas à pas toutes les caractéristiques de l’enquête sur « Changements organisationnels et informatisation » (COI-TIC). Les spécialistes des études quantitatives y trouveront tous les éléments leur permettant de vérifier la pertinence des choix opérés par les auteurs : en plus du chapitre de présentation et d’une annexe, riches en tableaux et encadrés, chaque article comprend au moins une section consacrée à une discussion méthodologique serrée. (…)

Lire la suite : http://nrt.revues.org/442

Caroline Datchary, La Dispersion au travail

Guillaume Lecoeur. « Caroline Datchary, La Dispersion au travail », in La nouvelle revue du travail [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012.

Impression de ne pas pouvoir faire totalement son travail, insatisfaction, Trouble Musculo- Squelettique, mais aussi sentiment d’efficacité, d’excitation et parfois de plénitude. Continuer la lecture de Caroline Datchary, La Dispersion au travail

ONG et cie. Mobiliser les gens, mobiliser l’argent

RODET Diane. Note de lecture sur « Ong et cie. Mobiliser les gens, mobiliser l’argent, S. Lefèvre. Puf, Paris (2011). 226 pp. ».  In Sociologie du travail, vol. 54, n° 3, juil.-sept. 2012, pp. 401-402

Comment comprendre le recours croissant des ONG aux techniques du marketing direct ? C’est à cette question que s’attache l’ouvrage de Sylvain Lefèvre, issu d’une thèse de science politique. Continuer la lecture de ONG et cie. Mobiliser les gens, mobiliser l’argent