Archives de catégorie : LISE. Laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique

Autoformation, quête de sens, altérité : des relations en questions

Séminaires de réflexion organisé dans le cadre des Journées du Groupe de recherche sur l’autoformation (Graf), par le Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (Lise-Cnam-Cnrs), autour des axes suivants :

  1. Qu’est-ce que se former ? Autoformation, subjectivation, connaissance et conscience de soi, formation du sujet éthique.
  2. Qu’est-ce que devenir un être humain ? Dimension existentielle, quête de sens, dimension spirituelle et exercices spirituels.
  3. Comment inventer de nouveaux modes de vie viables dans un contexte mondialisé ? Enjeux d’émergence d’une identité terrienne, d’une anthropo-éthique et d’une éco-éthique, mise en coprésence et en dialogue des traditions culturelles et spirituelles.
Les 18 et 19 novembre 2011 au Cnam, amphi Fabry-Perot.

http://culture.cnam.fr/agenda/novembre/autoformation-quete-de-sens-alterite-des-relations-en-questions-433800.kjsp

Antoine Pennaforte obtient le prix de la « meilleure communication jeune chercheur »

Antoine Pennaforte, responsable de la filière Liences au sein du département MIP, a obtenu le prix de la « meilleure communication jeune chercheur » lors du 22ème Congrès de l’AGRH (Association francophone de GRH).

La communication proposée a pour thème : « La relation dialectique d’alternance : l’impact de la formation en alternance sur l’implication  organisationnelle et le turnover dans le monde des services ».

Le congrès de l’AGDRH se tenait cette année à Marrakech du 26 au 28 octobre.

Le développement de l’implication organisationnelle par la formation en alternance, un impact durable sur le turnover dans le monde des services

Parution de l’article d’Antoine Pennaforte. « Le développement de l’implication organisationnelle par la formation en alternance, un impact durable sur le turnover dans le monde des services ». In @GRH, 1/2011, n°1, p. 39-72.

Art de converser chez les platoniciens, mouvement raisonné de l’être, de l’objet, de l’histoire, la dialectique diffuse, avec les penseurs de l’époque industrielle, un intérêt pour la relation raisonnée entre deux éléments. Penser et agir, agir avec raison, bel idéal comportemental ? Non. L’action raisonnée prend sens dans la vie de l’homme, notamment dans son rapport à l’organisation. L’individu peut s’inscrire dans une relation dialectique – rapport raisonné et équilibré entre l’individu et l’organisation –, où les intérêts d’agir pour l’un et l’autre seraient raisonnés. 2 En présence d’un aléa organisationnel récurrent, la quête d’une relation dialectique durable entre l’individu et l’organisation s’impose. Au fil de ce papier qui investit le terrain des exploitations de Veolia Transport, le problème organisationnel observé est le turnover, attitude consciente et délibérée de quitter l’organisation (Tett et Meyer, 1993 ; Egan et al., 2004). Il est ici combattu par une stratégie de développement des compétences, dont le fer de lance demeure la formation en alternance, modalité de formation susceptible d’agir favorablement sur le lien individu-organisation. (…)

Lire la suite : https://www.cairn.info/revue-@grh-2011-1-page-39.htm

 

Le cycle « le travail c’est la santé » se poursuit

Projection-débat autour du film Orange amère, le samedi 19 novembre 2011, de 15h à 17h30 au cinéma Jean-Painlevé

Cette enquête minutieuse au coeur du groupe France Télécom – Orange, en plein désarroi à la suite des mutations conduites sans ménagement, a été réalisée du bureau du nouveau directeur Continuer la lecture de Le cycle « le travail c’est la santé » se poursuit

Les partenariats de recherche : dossier thématique de la revue SociologieS

Dossier préparé par Anne Gillet et Diane-Gabrielle Tremblay. 

Sommaire : 

L’éducation populaire au tournant du 21e siècle

Colloque organisé par le Centre interdisciplinaire culture, éducation, formation, travail (EA 4384), l’UFR Sciences de l’éducation et sciences sociales – Sciences et techniques des activités physiques et sportives (SESS-STAPS) et l’Institut universitaire de technologie (IUT) de Sénart Fontainebleau, Département Carrières sociales. à Créteil les 16, 17 et 18 novembre 2011 :

Il y a dix ans, un ouvrage collectif avait dressé un bilan des transformations de l’éducation populaire au tournant des années 1970 et souligné les mutations opérées à la faveur de sa reconnaissance par l’État. L’introduction y affirmait que les associations s’étaient trouvées « instrumentalisées » et que l’éducation populaire s’était « dépolitisée » car son projet originel et global avait « disparu » au profit d’actions segmentées (animation, action culturelle et éducation permanente). Le présent colloque voudrait rouvrir ces interrogations au regard des évolutions sociétales qui ont suivi ce premier tournant. La scolarisation croissante, le chômage de masse et spécialement celui des jeunes, la « nouvelle » pauvreté et les travailleurs pauvres ont-ils constitué un nouveau terreau propre à la réaffirmation du projet initial ? Les « métamorphoses de la question sociale » n’ont-elles pas affecté le monde de l’éducation populaire ? À partir des années 1980 et 1990, de nouvelles associations sont venues s’adjoindre aux grandes associations « historiques » et de grandes associations d’autres secteurs (en particulier humanitaire) ont réclamé leur affiliation. Ce renouveau, redoublé par le succès de nombreuses universités populaires, ne renverse-t-il pas la tendance à la « dépolitisation » ? Quels sont les principaux objectifs énoncés aujourd’hui par les acteurs de l’éducation populaire ? S’agit-il de favoriser une promotion individuelle (l’épanouissement) ou collective (l’émancipation, la formation des citoyens) ? La confiance en la pédagogie est-elle toujours perçue comme le moyen privilégié pour conduire l’individu, le citoyen ou le prolétaire sur la voie de sa propre émancipation ? Alors que l’action de l’État s’est passablement transformée avec, notamment, les deux décentralisations, le passage du subventionnement au conventionnement et, plus récemment, les nouvelles règles de gestion de l’argent public, quels ont été les effets de ces transformations sur l’éducation populaire ? sur ses objectifs ? ses agents ? ses publics ? Pour traiter ces questions, ce colloque, réunissant des conférences et des tables rondes de spécialistes, des présentations de résultats de recherches récentes et des récits d’expériences, s’intéressera tour à tour aux thématiques de l’engagement, du travail bénévole, des politiques d’éducation populaire, des pratiques, des publics et enfin, des relations professionnelles dans l’éducation populaire.

Télécharger le programme : Colloque_Educ_pop_Créteil_Programme