Archives de catégorie : Analyse de l’activité

Journée d’étude : L’expérience, les apprentissages et leurs contextes : approches épistémologiques et méthodologiques

Journée d’étude organisée par Le Laboratoire REV / CIRCEFT, le 20 janvier 2012 à Créteil.

PROGRAMME :

9H-9H30 Accueil

9H30 Introduction de la journéen par Hélène Bezille (REV/CIRCEFT UPEC), Les apprentissages et leurs contextes : approches épistémologiques et méthodologiques

  • 10H-11H Philippe Sarremejane (REV/CIRCEFT UPEC) Approche comparative des modélisations de l’enseignement/apprentissage.
  • 11H30-12H30 Tony Froissart, (CEREP/Université de Reims-Champagne-Ardenne)  L’éducation non formelle,  les mondes extrascolaires de la formation et les processus de professionnalisation » : exemples de recherches et questionnements méthodologiques

12H30-14H Déjeuner libre

  • 14H-15H  Daniel Niclot et Stéphane Brau-Antony (CEREP/Université de Reims-Champagne-Ardenne) Savoirs d’expérience et professionnalisation des enseignants dans les recherches menées par le CEREP : à propos des méthodologies de l’analyse de l’activité
  • 15H15-16H30  Veronique Fortun (REV/CIRCEFT UPEC): Mener une recherche impliquée sur les apprentissages informels : un double défi

17H Clôture de la journée

 

Lieu : Créteil (94000) (80 avenue Général de Gaulle (Salle 308, Métro ligne 8, direction Créteil, station Créteil l’Échat))

Source : http://calenda.revues.org/nouvelle22374.html

 

 

 

Soutenance de thèse : “Créer la coopération ? Les dynamiques de partenariat sur le pôle de compétitivité du plateau de Saclay”

Soutenance de thèse de Dima Younès (CSO) à Sciences Po, le 13 décembre 2011 (à 9h30) :

“Créer la coopération ? Les dynamiques de partenariat sur le pôle de compétitivité du plateau de Saclay”

Composition du jury :

Arnaldo Bagnasco, Professeur à l’université de Turin.

Michel Grossetti, Directeur de recherche au CNRS, Laboratoire interdisciplinaire Solidarités Sociétés Territoire (Université Toulouse Le Mirail/CNRS) – Rapporteur.

Catherine Paradeise, Professeur des universités à l’Université Paris-Est.

Denis Segrestin, Professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Paris, Centre de sociologie des organisations (Sciences Po-CNRS) – Directeur de thèse.

Thierry Weil, Professeur à l’Ecole des Mines Paris Tech, Centre d’économie industrielle (Mines ParisTech).

Pierre-Paul Zalio, Professeur à l’Ecole normale supérieure de Cachan – Rapporteur.

 

Parution : La construction des inégalités scolaires. Au cœur des pratiques et des dispositifs d’enseignement

Jean-Yves Rochex et Jacques Crinon (dir.). La construction des inégalités scolaires. Au cœur des pratiques et des dispositifs d’enseignement. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2011, 214 p. ISBN : 978-2-7535-1718-9

Quatrième de couverture : Croisant les regards et les questionnements didactiques et sociologiques, pénétrant au cœur des pratiques et des dispositifs d’enseignement, cet ouvrage montre en quoi la production des inégalités scolaires s’alimente à plusieurs sources : les situations et processus que seuls les élèves familiers de l’univers scolaire sont à même de mettre en œuvre, mais aussi des modes d’aide et d’adaptation aux caractéristiques (réelles ou supposées) des élèves qui peuvent au contraire entériner et  renforcer ces inégalités.

Voir le sommaire : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2758

Journée d’études : La fabrique institutionelle de l’asile

Journée d’études organisée par l’institut d’ethnologie de l’université de Neuchâtel et le laboratoire Migrinter (CNRS/Université de Poitiers, à Neuchâtel le 16 déc. 2011 :

Cette journée d’étude se propose ainsi d’appréhender le monde institutionnel de l’asile de l’intérieur, en interrogeant les pratiques, les vécus et les représentations des experts qui le constituent. Qui sont-ils et pourquoi s’engagent-ils dans ce type de métier ? Quelles catégories, discours et savoir experts mobilisent-ils pour penser leur action et la légitimer ? A quels dilemmes sont-ils confrontés dans leurs pratiques quotidiennes et quelles techniques, plus ou moins bricolées, mettent-ils en place pour les résoudre ? Les interventions aborderont ces questions, à partir d’une perspective ethnographique et historique, en se penchant autant sur le processus de détermination du statut de réfugié que sur celui, plus large, de la recherche de « solutions durables ».

Programme :

Session 1 La fabrique des réfugiés dans le temps

Discutant : Etienne Piguet (Institut de géographie, Université de Neuchâtel)

  • 9h15 Jérôle Elie (Graduate Institute, Genève) La fabrique de l’asile à travers l’histoire : le roôle du Haut Commissariat des Nations-Unies aux réfugiés.
  • 09h45 Karen Akoka (Migrinter, Université de Poitiers) Des « vrais » réfugiés aux « faux » demandeurs d’asile : apports d’une socio-histoire des pratiques des agents de l’OFPRA

Session 2 Experts et « savoirs-experts » de l’asile

Discutante : Denise Efionayi (Forum suisse pour les Migrations,Neuchâtel)

  • 11h00 David Bozzini (Institut d’ethnologie de Neuchâtel et African studies Center, Leiden) Normes de production et circulation des informations sur les pays d’origine en Suisse.
  • 11h30 Marion Fresia (Institut d’ethnologie Université de Neuchâtel) « Nous sommes un mélange de cow boy, de nones et de diplomates » : trajectoires et identités professionnelles des experts du HCR.

Session 3 Juger l’asile : effets de lieux et dilemmes moraux

Discutante : Marie-Claire Caloz Tschopp (Institut d’études politiques, Université de Lausanne)

  • 13h45 Johanna Probst (Université de Strasbourg et Universität Marburg) Doutes et certitudes des officiers de l’asile en Allemagne.
  • 14h15 Estelle d’Halluin (Centre nantais de sociologie, Université de Nantes) Associations et institutions dans le jugement de l’asile en France : effets de lieux et pratiques de justice locale.
  • 14h45 Andreas Von Kanel & Mirjam Brunner (Institut d’ethnologie, Neuchâtel) La construction sociale de la crédibilité : la fabrique du statut de réfugié au sein de deux représentations du HCR en Afrique du Nord.

Session 4 La construction sociale des « solutions durables »

Discutante : Ellen Hertz (Institut d’ethnologie, Neuchâtel)

  • 16h00 Kristin Sandvick (Peace Institute, Oslo) The Quest for Credible Resettlement Claims: Navigating Collective Identity and Personal Encounters in Kampala, Uganda”
  • 16h30 Guilia Scalettaris (Centre d’études africaines, Ecole des hautes études en sciences sociales) Repatriation to Afghanistan: the institutional production of voluntariness

Source : http://calenda.revues.org/nouvelle21946.html

Les SHS en écoles d’ingénieurs

Prochain colloque Ingenium : LES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES DANS LES ECOLES D’INGENIEURS, le 1er décembre 2011 au Cnam Paris, Amphi A Fabry Perot, de 9h à 17h :

Le réseau INGENIUM, hébergé à la MRPP, rassemble des enseignants et chercheurs dans les disciplines des Sciences de l’Homme et de la Société au sein des institutions de formation d’ingénieurs. Il se donne pour mission de répondre aux besoins nouveaux apparus avec le développement de la recherche en SHS dans les institutions de formation professionnelle supérieure, notamment de rassembler les chercheurs autour des nouveaux objets de recherche qui les concernent et de constituer une structure de référence dans le domaine. Organisé en association en juin 2006, le réseau a pour vocation d’accueillir tous les enseignants et chercheurs qui souhaitent s’y investir pour des collaborations de recherche, en France et à l’étranger. Le réseau constitue une organisation indépendante, à l’écart de toute influence idéologique ou commerciale.

Consulter le programme et s’inscrire au colloque : http://www.cnam-crf.org/mrpp/partenaires/reseaux/ingenium/

Soutenance de thèse : “Prévenir ou produire. Autonomie et subordination dans la médecine du travail (1970-2010)”

Soutenance de thèse de Pascal Marichalar, intitulée “Prévenir ou produire. Autonomie et subordination dans la médecine du travail (1970-2010)”, le mercredi 7 déc. 2011, à l’ENS, campus Jourdan :

Ce travail étudie l’autonomie professionnelle des médecins du travail en France entre 1970 et 2010. Il explore le sens de l’injonction indigène et règlementaire d’indépendance, alors que ces médecins sont liés aux employeurs par un contrat de travail, c’est-à-dire une relation de subordination. Ce-faisant, il offre un éclairage sur la faillite du système français de prévention des atteintes professionnelles à la santé. La combinaison du dépouillement d’archives inédites et d’une enquête ethnographique multi-sites auprès de praticiens en activité met en évidence les variations de la problématique de l’autonomie selon le contexte d’exercice (forme du service, nature des interlocuteurs). La coexistence apparente de l’autonomie et de la subordination passe toujours par la distinction pratique entre un côté « médical » de l’activité (sur lequel les praticiens disposent en droit d’une indépendance totale), et un côté « administratif » (sur lequel la subordination est légitime). Or, l’enquête montre que cette distinction est le produit instable d’une négociation permanente entre les médecins et leur entourage (autres composantes du service ou de l’entreprise, autres médecins…). Plus encore, la définition même du métier, c’est-à-dire l’ensemble des tâches qui peuvent être exercées de manière légitime au nom de la médecine du travail, apparaît elle aussi comme le résultat précaire de négociations permanentes dans chaque service. La question de l’autonomie se joue non seulement dans le contrôle sur le travail, mais également dans le processus de définition de ce dernier. Cette thèse montre ainsi les limites de la définition classique de l’autonomie professionnelle comme contrôle sur les activités de routine lorsque la nature du travail qu’il y a à faire n’est pas donnée d’avance, mais est l’objet de conflits. Elle donne également à voir la tension entre dépendances légitimes et illégitimes, subordination consentie et abus de pouvoir, qui est au cœur de la relation salariale.

Lire la suite : http://www.cmh.ens.fr/hoparticle.php?id_art=332

Apprentissages interprétatifs : Interprétation en action et construction de l’expérience

Parution de l’ouvrage d’André Zeitler, préf. de Jean-Marie Barbier, aux éditions L’Harmattan, 2011, 278 p.

Sans nous en apercevoir, nous donnons constamment un sens à notre environnement pour agir. Une activité interprétative est au cœur de l’action. Nous utilisons pour cela des “habitudes d’interprétations”, qui sont autant de ressources issues de notre expérience passée. Par quels processus les opérateurs interprètent-ils leurs environnements? Comment se développent les capacités à les interpréter ? Quelles sont les conditions du développement des capacités interprétatives ?

Voir la présentation sur le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=34746

Vers une archéologie du développement professionnel

Parution de la thèse de doctorat en sciences de l’éducation de Claude Anceny, Université Paul Valéry, Montpellier III, sous la dir. de Richard Etienne, 2010

Cette thèse de doctorat a pour cadre la formation initiale des enseignants des premier et second degrés dans le sud de la France dans les années 2000. Continuer la lecture de Vers une archéologie du développement professionnel