Archives de catégorie : Insertion

Journée d’étude : Paul Willis, L’école des ouvriers. Enjeux et postérité d’un classique des sciences sociales

Journées d’étude en présence de l’auteur, le 31 janvier et le 1er février 2012 à Paris.

Organisateurs : Sylvain Laurens (GRESCO-Université de Limoges), Cédric Lomba (CSU-CRESPPA, CNRS-Université Paris 8), Julian Mischi (CESAER-INRA)

 

PROGRAMME :

Mardi 31 janvier 2012

  • Table ronde 1 (9h30-12h30) : Les cultural studies

Avec Eric Darras (LASSP – Sciences Po Toulouse), Philippe Olivera, Paul Pasquali (EHESS-ENS – CMH), Erik Neveu (CRAPE – IEP Rennes)

  • Table-ronde 2 (14h-18h) : La méthode ethnographique

Avec Paul Willis (Princeton University), Wilfried Lignier (EHESS-ENS – CMH), Nicolas Renahy (INRA – CESAER), Thibault Cizeau (INRA – CESAER), Sylvain Bordiec (CRESPPA-CSU)

Mercredi 1er février 2012

  • Table-ronde 3 (9h-12h30) : L’école (imposition et contestation de l’ordre scolaire)

Avec Ludivine Balland (LASSP – Sciences Po Toulouse), Ugo Palheta (GRESCO), Audrey Mariette (CSU-CRESPPA – Paris 8), Daniel Thin (CMW-MEPS –Lyon 2), Géraldine André (FRS-FNRS –ULG)

  • Table-ronde 4 (14h-18h) : Classes populaires et destins sociaux (la préparation au travail manuel)

Avec Gilles Moreau (GRESCO – Université de Poitiers), Jean-Luc Deshayes (2L2S GREE – Université de Lorraine), Gérard Mauger (CNRS – CESSP), Cyrille Rougier (GRESCO – Université de Limoges), Sylvain Laurens (GRESCO – Université de Limoges) et Julian Mischi (INRA –CESAER).

 

Lieu : 59-61, rue Pouchet – Paris 17e

Source : http://www.csu.cnrs.fr/JE-31janvier2012-Willis.pdf

 

 

Table ronde : Les jeunes dans la crise

Rencontre organisée dans le cadre des entretiens de l’IRES, le 19 janvier 2012 de 9h à 12h30 :

Le numéro spécial 2011 de La Chronique internationale de l’Ires (n° 133 à paraître) est consacré aux jeunes dans la crise. La dégradation de leurs situations a un air de déjà vu. Cependant, les effets de la  » Grande récession  » débutée en 2008 et de ses suites semblent être beaucoup plus profonds et durables que ceux des précédents creux conjoncturels. Cette crise globale pénalise particulièrement les jeunes sur le marché du travail et risque de peser durablement sur leurs parcours professionnels.
Lieu : Bourse du travail de Paris
Salle Hénaff – Annexe Varlin
29, Boulevard du Temple (3ème)
Horaire : 9 heures – 12 heures 30
Métro: République

Programme détaillé :

8h45 Accueil des participants

9h00 Ouverture des Entretiens de l’Ires
Jean-Paul Bouchet, Président de l’Ires

9h15 Présentation du numéro spécial de La Chronique internationale
Frédéric Lerais, Directeur général de l’Ires

9h30 1ère table ronde:  » Quatre pays, quatre situations des jeunes dans la crise «  animée par Raymond Torrès, Directeur de l’Institut international d’études sociales (OIT)

  • Allemagne – Odile Chagny, Centre d’études & prospective – Groupe Alpha
  • Danemark – Christèle Meilland, Ires
  • Espagne – Paz Martin Martin, Universidad de Valencia
  • Etats-Unis – Estelle Sommeiller, Ires

10h30 Débat

11h00 2nde table ronde:  » Trois questions à des syndicalistes sur la jeunesse dans la crise « animée par Raymond Torrès, Directeur de l’Institut international d’études sociales (OIT) 

  • Intervenants syndicaux :
Thiebault Weber, Secrétaire confédéral, Membre de la Commission des jeunes CFDT Gaëlle Frautat, Membre de la Commission jeunes CFTC
Stéphane Lardy, Secrétaire confédéral CGT-FO, chargé de l’emploi, de l’assurance chômage et de la formation professionnelle
Marie-Françoise Leflon, Secrétaire nationale CFE-CGC à l’emploi   CGT (représentant en instance d’être désigné) Patrick Gonthier, Secrétaire général UNSA Education

12h00 Débat

12h30 Conclusion Philippe Pochet, Directeur général de l’Institut syndical européen (ETUI)

 

 

Source : http://www.ires-fr.org/rencontres-debats/les-entretiens-de-lires/465-les-entretiens-de-lires-jeudi-19-janvier-2012#

Conférence : 2012. Actualité et urgence de la formation professionnelle continue

Matinée d’échange sur l’actualité de la formation professionnelle organisée le mardi 24 janvier 2012, de 10 à 12 h, autour de la formation professionnelle.

Vincent Merle, titulaire de la chaire « Travail, emploi, acquisitions professionnelles », animera la discussion autour des analyses et des propositions que présenteront :

Raymond Vatier, auteur de « La formation continue : utopie en 1971, urgence en 2012 » (éditions Management et société, novembre 2011) ;

Yves Urieta, rapporteur devant le Conseil économique, social et environnemental, de l’avis « Quarante ans de formation professionnelle : bilan et perspectives » (décembre 2011).

 

Au Conservatoire national des arts et métiers
(amphithéâtre Abbé Grégoire)
292 rue Saint-Martin, 75003 Paris

A lire : Être sans diplôme aujourd’hui en France : quelles caractéristiques, quel parcours et quel destin ?

Parution en ligne de l’article de Rachid Bouhia, Manon Garrouste, Alexandre Lebrère, Layla Ricroch et Thibaut de Saint Pol. In Economie et statistique, n° 443, déc. 2011 :

Cet article vise à étudier la population des personnes sortant sans diplôme du système éducatif français et plus particulièrement à décrire leur parcours scolaire et leur insertion sur le marché du travail, à partir des données de l’enquête Formation et Qualification Professionnelle 2003 de l’Insee. La mise en œuvre d’une méthode d’appariement optimal sur le calendrier scolaire recueilli lors de l’enquête permet d’établir une typologie des différentes trajectoires menant à une sortie sans diplôme. Les difficultés scolaires précoces, qui se manifestent par des redoublements à l’école primaire, apparaissent comme un facteur particulièrement déterminant de la sortie sans diplôme du système scolaire. Mais les orientations au cours du secondaire jouent également un grand rôle, opposant les élèves qui effectuent leur scolarité au collège puis au lycée général à ceux qui connaissent une orientation rapide vers des filières professionnelles, avec des fins d’études très rapides ou des études plus longues en CAP ou BEP. Toutefois, les différentes trajectoires ne se distinguent pas uniquement par les caractéristiques scolaires des élèves, mais aussi par leurs profils socioéconomiques. Ainsi, les personnes ayant les caractéristiques sociales les plus favorables à la réussite scolaire présentent des trajectoires plus classiques et redoublent plus tardivement. Les effets de l’hétérogénéité des origines sociales semblent donc persister malgré la caractéristique commune d’être non-diplômé. Cette hétérogénéité a des conséquences sur l’insertion dans le marché du travail. Le fait d’avoir une qualification est un facteur favorisant l’insertion, même lorsque la formation n’est pas validée par l’obtention d’un diplôme. Même si les filières professionnalisantes, comme les CAP, semblent avoir un effet protecteur, ce sont les personnes qui ont suivi les trajectoires scolaires les plus classiques qui ont le taux de chômage le plus faible.

Télécharger l’article en ligne : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ES443B.pdf

 

A lire : Quel avenir pour le CAP ?

Le certificat d’aptitudes professionnelles (CAP) est aujourd’hui centenaire : article et bibliographie du Céreq à lire en ligne, décembre 2011 : 

Le certificat d’aptitudes professionnelles (CAP) est aujourd’hui centenaire.

Si ses effectifs sont en baisse depuis la fin des années 70, la réforme de la voie professionnelle pourrait lui redonner de la vigueur.

– En 2009, la réforme de la voie professionnelle instaure la mise en œuvre généralisée du bac pro en trois ans, avec pour corollaire la suppression du BEP. Cette date marque une rupture dans l’analyse de l’évolution du CAP. Ce diplôme devient désormais l’unique diplôme de niveau V accessible après la classe de 3è. A ce titre, il semble avoir encore un bel avenir devant lui.

– Avec 195 spécialités en 2010, le CAP reste le premier diplôme en nombre de spécialités dans l’offre des diplômes du ministère de l’Education nationale, même si ce nombre diminue depuis le début des années 70, notamment du côté du secteur industriel.

– Entre 1979 et 2009, le volume des effectifs en dernière année de formation a quasiment diminué de moitié. Le CAP ne représente plus que 16% des effectifs en dernière année de formation contre 49% en 1979.

Lire la suite : http://www.cereq.fr/index.php/articles/Quel-avenir-pour-le-CAP

 

Transformations des mobilités étudiantes Sud-Nord : approches démographiques et sociologiques

Appel à contribution pour un numéro des Cahiers québécois de démographie à paraître sur le thème : transformations des mobilités étudiantes Sud-Nord : approches démographiques et sociologiques :

Si la mobilité internationale des étudiants et son ancrage dans des réseaux transnationaux est un phénomène ancien, sa forme et ses modalités connaissent un infléchissement nouveau. Le projet du numéro est de faire dialoguer des démographes et des sociologues sur la mesure du phénomène et sur sa nouveauté. L’étude des déterminants des mobilités étudiantes Sud-Nord et des stratégies auxquelles elles peuvent correspondre, tant de la part des individus que de leur environnement familial ou encore des États, sera privilégiée. À titre indicatif, les contributions pourront mettre l’accent sur un des axes suivants : migrations pour études et insertion professionnelle au retour ; politiques d’immigration choisie : logiques d’action et enjeux géopolitiques ; inégalités sociales, discriminations et mobilisations.

Lire la suite : http://calenda.revues.org/nouvelle21725.html

Appel à contribution : l’insertion professionnelle des jeunes entre champs des possibles et impasse(s)

Appel à contributions pour le n° 2 de la Revue internationale d’ethnographie : l’insertion professionnelle des jeunes entre champs des possibles et impasse(s), à paraître fin 2012 :

L’insertion professionnelle des jeunes se trouve à l’intersection de choix individuels plus ou moins contraints et de logiques institutionnelles. Cette entrée dans la vie professionnelle semble depuis quelques décennies problématique et les mouvements des indignés en Europe comme les révoltes des pays arabes montrent, quels que soient les contextes culturels, le malaise d’une génération à qui peu d’opportunités sont données. La génération espagnole qualifiée de « mileurista » est emblématique de cette insertion ralentie, voire différée. La jeunesse, qu’elle soit diplômée ou non, est soumise dans son ensemble à des difficultés de primo-insertion qui entraîne des situations de précarité. Un rapport de l’Organisation Internationale du Travail d’août 2010 évoquait au regard du niveau de chômage des jeunes le risque d’une « génération perdue ». Stages à répétition, petits boulots, sentiment de déqualification semblent aller de mise avec une injonction à poursuivre plus longtemps ses études. Dans le même temps, différents collectifs de jeunes ont montré que ceux-ci élaborent des représentations et des actions spécifiques. Qualifiée de génération Y, celle-ci démontre également qu’elle est une génération D comme débrouille…

Deadline : 30 janvier 2012

Lire la suite : http://calenda.revues.org/nouvelle21579.html

 

 

Colloque les jeunes et la retraite

Colloque annuel du 6 décembre 2011, « Les jeunes et la retraite », organisé par le Conseil d’orientation des retraites, avec le soutien du CAS : 

u moment où des réformes en matière de retraite ont été engagées afin de faire face aux déséquilibres financiers liés au vieillissement de la population, de plus en plus de jeunes s’interrogent sur les systèmes collectifs de retraite en répartition, qui visent pourtant à assurer « l’équité intergénérationnelle », et expriment des doutes sur leur capacité à leur fournir demain une retraite suffisante. Diverses évolutions, telles que l’allongement des études, la précarisation de l’emploi ou le coût du logement, auxquelles s’ajoutent les effets de la crise économique actuelle, difficiles à prévoir à ce stade, contribuent à alimenter ces interrogations. Afin d’éclairer le débat public, le Conseil d’orientation des retraites a choisi cette année de consacrer son colloque annuel à la situation des jeunes générations ainsi qu’à leurs attentes vis-à-vis du système de retraite. Des experts dresseront un état des lieux de la situation des jeunes, en France comme à l’étranger : quelle est leur place dans la société ? Comment se situent-ils sur le marché du travail ainsi qu’en termes de niveau de vie et de droits à la retraite ? Les débats se poursuivront par une réflexion prospective sur les retraites futures des jeunes générations, puis par une table ronde sur la notion « d’équité intergénérationnelle », qui rassemblera des représentants d’organisations de la jeunesse. Enfin, sur la base des échanges qui auront lieu, quelques pistes de réflexion seront esquissées pour l’avenir.

Télécharger le programme : colloquejeunesretraite

L’alternance en questions

Conférence de consensus organisée par l’Institut Jacotot pour la formation professionnelle

Dijon, le 7 décembre 2011 et Paris, le 17 janvier 2012

Aujourd’hui l’alternance semble faire l’unanimité en termes de pratique de formation. Les politiques, les chercheurs et les praticiens mettent en évidence son intérêt mais des interrogations demeurent sur plusieurs points : Continuer la lecture de L’alternance en questions