Archives de catégorie : Insertion

Parution : Les jeunes dans la crise

Parution du n° 133 de la Chronique de l’IRES, nov. 2011, disponible en ligne :


Espagne. Chômage, vies précaires et action collective
Antonio SANTOS ORTEGA et Paz MARTIN MARTIN

Annexes
Antoine MATH

Former, certifier, insérer Effets et paradoxes de l’injonction à la professionnalisation des diplômes

Fabienne MAILLARD (dir.). Former, certifier, insérer. Effets et paradoxes de l’injonction à la professionnalisation des diplômes. Rennes : PUR, 2012, 254 p.

Obligatoirement « professionnel », le diplôme doit désormais préparer à l’emploi, garantir la possession de compétences professionnelles spécifiques, assurer l’insertion professionnelle. Continuer la lecture de Former, certifier, insérer Effets et paradoxes de l’injonction à la professionnalisation des diplômes

Parution : Les jeunes et le travail, évolution des contextes

Chroniques du travail, n° 1, décembre 2011, “Les jeunes et le travail”.

Présentation des éditeurs :

Le numéro 1 de Chroniques du Travail, nouvelle formule de la revue de l’IRT vient d’être publié. Nous nous proposons d’y analyser la question épineuse du rapport des jeunes au travail. A partir du repérage d’un certain nombre d’évolutions des contextes du travail, nous posons les bases d’une interrogation que nous tenterons de poursuivre lors du Colloque sur le même thème que nous organisons les 4 et 5 octobre 2012, dans l’hémicycle du Conseil Régional à Marseille. Le numéro 2 de la revue rendra compte de ce colloque dans le courant du second semestre 2012.

Télécharger le sommaire en ligne : http://www.univmed.fr/filedepot_download/2097/7665

A lire : Over- and Underqualification of Migrant Workers. Evidence from WageIndicator Survey Data

Kea Tijdens and Maarten van Klaveren. “Over- and Underqualification of Migrant Workers. Evidence from WageIndicator Survey Data”. AIAS Working Papers, juillet 2011, n° 110.

Are overeducation and undereducation more common for migrants compared to domestic workers? If so, is overeducation and undereducation similar across migrants from various home countries and across various host countries? This paper aims at unravelling the incidence of skill mismatch of domestic and migrant workers employed in 13 countries of the European Union, namely Belgium, Denmark, Finland, France, Italy, the Netherlands, the Czech Republic, Hungary, Poland, Slovakia, Spain, Sweden, and the United Kingdom. Here migrants are defined as workers not born in the country where they are currently living. They originate from more than 200 countries, thereby reflecting a heterogeneous group, ranging from migrants for economic reasons and refugees, to expats, intercultural married, and others. Concerning overeducation, most of the literature points to explanations related to job allocation frictions. The theoretical explanations for overeducation all refer to job allocation frictions. They apply to workers in general at first job entry, to particular groups of workers at fi rst job entry such as re-entering housewives or workers who have experienced unemployment spells and involuntary quits, to workers accepting a lower-level job if the probability of promotion is higher, to imperfect information from the employer’s side associated with a lack of transparency of diplomas or of transferability of credentials, to poor abilities of individual workers, and to labour market discrimination. (…)

Télécharger le document : http://www.uva-aias.net/cpages/download_publication_document/1467

Appel à communication : Parcours, désorientations, réorientations : des trajectoires scolaires aux mobilités professionnelles

Colloque du Réseau Sociologie de l’éducation et de la Formation (RT4), Association française de sociologie

Laboratoire LLS – Université de Savoie – Chambéry, 24-25 mai 2012

Le renouvellement des réflexions sur la mesure de la mobilité sociale et des soubassements qu’en constituent les parcours de formation initiale s’est jusqu’ici beaucoup centré sur les comparaisons inter-temporelles et intergénérationnelles, en alimentant le débat sur la notion de « déclassement » des enfants d’origine populaire et de classes moyennes. La thèse et sa controverse en sont bien connues : si le diplôme demeure la meilleure garantie d’emploi et de mobilité sociale, si la scolarisation s’est considérablement allongée pour toutes les catégories socioprofessionnelles, les générations nées au mi-temps des années 1960 se positionnent au-dessous de l’échelon social qu’occupaient leurs parents (Beaud 2003, Chauvel 2006, Duru-Bellat 2006, Peugny 2009). Force est de constater cependant que la massification scolaire a largement facilité l’ascension de ces catégories intermédiaires, et que le ressenti de descension sociale apparaît supérieur au phénomène objectif de déclassement (Maurin 2009).

Lors de cette journée d’étude, nous souhaiterions creuser la question des parcours et des trajectoires, non pas en empruntant la comparaison intergénérationnelle (qu’elle saisisse la probabilité des parcours individuels ou le devenir rétrospectif de cohortes), mais en abordant sous plusieurs autres angles l’hétérogénéité des mobilités ou au contraire la prégnance de trajectoires qui finissent par dessiner des « voies », sous l’influence de variables et de conjonctures diverses. (…)

Lire la suite de l’appel : http://calenda.revues.org/nouvelle22070.html

 

Journée d’étude : Les enjeux sociaux de la réinsertion des chômeurs en situation d’exclusion en France et en Allemagne

Journée d’étude organisée par le Centre d’Information et de Recherche sur l’Allemagne Contemporaine (CIRAC), le Deutsch-Französisches Institut de Ludwigsburg (DFI), en coopération avec la Maison Heinrich Heine et avec le soutien du Centre Interdisciplinaire d’Etudes et de Recherches sur l’Allemagne (CIERA) et de l’Université de Cergy-Pontoise

Le lundi 13 février 2012, de 9h30 à 17h00

 En France comme en Allemagne, les dispositifs d’aide aux personnes durablement privées d’emploi et de revenu d’activité ont fait l’objet d’une réforme ces dernières années, avec pour ambition d’inciter les bénéficiaires à rechercher activement d’emploi. Le Revenu de Solidarité Active ou RSA a été généralisé en France en juin 2009, à l’issue d’une phase expérimentale réalisée dans 34 départements. Fusionnant le Revenu Minimum d’Insertion (RMI) et l’Allocation de Parent Isolé (API), cette prestation répond à un double objectif : faire baisser la pauvreté et faire en sorte que le retour à l’emploi soit attractif financièrement. Il s’agit par ailleurs de combiner cette incitation financière avec des dispositifs d’accompagnement à la reprise d’emploi. Mesure-phare de l’Agenda 2010 du gouvernement Schröder, la réforme Hartz IV du dispositif d’aide aux chômeurs de longue durée a aligné le montant de base de l’assistance-chômage (ALG II) sur celui de l’aide sociale. Elle a vocation à encourager les allocataires à rechercher activement un emploi, au moyen notamment d’une politique suivie d’aide à la requalification et à la réinsertion de la part des services de l’emploi. (…)

Lieu : Maison Heinrich Heine, Cité Internationale Universitaire de Paris, 27C bd Jourdan, 75014 Paris

Consulter le programme : Programme_JE_0212_fr 

Source : Céreq

 

Appel à communication : Les Jeunes et le Travail

Appel à communication pour le colloque interdisciplinaire “Les jeunes et le travail”, organisé conjointement par l’IRT et le LEST.

Marseille, les 4 et 5 octobre 2012.

L’objet de ce Colloque est d’éclairer la question du rapport au travail des jeunes. Il poursuit un double objectif : (1) réunir et mettre en dialogue les éclairages diversifiés que peuvent produire les différentes disciplines des sciences humaines (sociologie, économie, gestion, droit…) ; (2) fournir aux acteurs en charge du dialogue social dans l’entreprise (représentants du personnel, inspecteurs du travail, experts, acteurs publics…) les connaissances nécessaires à l’action et à la décision. En effet, nous parviennent très souvent des interrogations de la part de salariés plus âgés, lors des stages organisés à l’Institut Régional du Travail, sur le comportement au travail de leurs jeunes collègues, comportements qu’ils ne comprennent pas et qu’ils critiquent souvent vivement. Ces critiques de salariés plus expérimentés contre les nouveaux entrants ne sont pas une nouveauté ; elles renvoient à des modifications croisées des conditions de travail et d’emploi et à des modifications quant aux caractéristiques des nouveaux entrants. (…)

Lire la suite : Appel à Communication VD – Colloque 2012 Les Jeunes et le Travail (IRT LEST)

Deadline : 20 février 2012

 

A lire : Impact de la peur sur les représentations sociales du travail et du chômage, chez de jeunes adultes en recherche d’emploi

Mise en ligne de l’article de JeremyMethivier, « Impact de la peur sur les représentations sociales du travail et du chômage, chez de jeunes adultes en recherche d’emploi », Bulletin de psychologie 3/2010 (Numéro 507), pp. 183-189.

Cette recherche se situe dans la perspective structuraliste du noyau, pour envisager l’étude des représentations sociales. Cette étude des représentations sociales du travail et du chômage, auprès de 127 jeunes adultes (20 ans et 6 mois en moyenne), en recherche d’emploi, montre l’existence d’un impact des émotions, comme la peur, dans la structuration et l’organisation des représentations sociales. Le niveau de peur est évalué par l’intermédiaire des niveaux d’anxiété, de dépression, d’agoraphobie et de phobie sociale. La peur influence l’importance de certains items des représentations du travail et du chômage. De plus, selon le niveau de peur, le noyau de la représentation du travail diffère. Cette étude constate également l’absence de structuration de la représentation sociale du chômage.

Accéder à l’article : www.cairn.info/revue-bulletin-de-psychologie-2010-3-page-183.htm.