Archives de catégorie : Justice sociale

Migrations, pluralisation, ethnicisation des sociétés contemporaines

Dossier thématique de la revue Sociologie(S) coordonné par Anna Krasteva, Andrea Rea et Laurence Roulleau-Berger, mis en ligne le 18 octobre 2011 :

La question migratoire constitue un enjeu scientifique majeur pour penser simultanément l’ethnicisation et la pluralisation des sociétés contemporaines. En effet, d’une part l’ethnicisation signifie la multiplication de situations de domination sociale, de racismes différenciés et de violences physiques ou symboliques, situations auxquelles les migrants(es) « font face » sur différents modes en développant des stratégies de contournement, de résistance, de lutte. D’autre part, dans leurs mobilités et leurs circulations, les migrants(es) s’inscrivent sur des modes pluriels dans des espaces sociaux et économiques à légitimité différenciée qui construisent des processus hiérarchisés de mondialisation « par le haut » et « par le bas ». Ces processus donnent à voir comment de nouveaux types d’agencements se créent à partir de dispositifs sociaux, politiques, économiques, religieux dispersés, participent au développement d’économies-monde productrices de différentes formes de travail matériel et immatériel.

Lire la suite : http://sociologies.revues.org/index3691.html

 

Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France

Note de lecture de Frédérique Giraud, « Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 octobre 2011 :

Savez-vous ce que gagne un grand patron ? Le P-DG d’une grande société française ? Ces questions posées par Philippe Steiner donnent le ton de l’essai qu’il publie chez Zones. Son titre, Les rémunérations obscènes, suffisait déjà à en signaler la teneur. Le terme « obscène » est emprunté par l’auteur à Barack Obama dans son « Discours sur l’état de l’Union » du 14 janvier 2010, dans lequel il fustigeait par ce terme les bonus du monde de la finance. Celui-ci a été volontairement choisi par Philippe Steiner pour la « part de violence verbale » (p. 8) qu’il renferme. Les rémunérations obscènes c’est un peu le « Livre noir des inégalités de salaire et de revenu », un état des lieux argumenté et détaillé de l’augmentation des hauts, très hauts revenus que connaît la France depuis ces dernières années. Le dernier chapitre « L’emballement inégalitaire » dresse un état des lieux des inégalités en s’appuyant notamment sur les travaux de Thomas Piketty et de Camille Landais. Si sur le long terme les inégalités de revenu et de patrimoine diminuent, les très hauts revenus (premier centile de revenus) n’en finissent pas d’augmenter. La part des revenus concentrée dans les mains du 1 % des plus riches augmente.

Lire la suite : http://lectures.revues.org/6563

Catégories et représentations de classes des groupes sociaux au Nord et au Sud

Appel à communication pour la Quatrième journée d’étude de l’AJPB : Le travail politique des entrepreneurs d’identité :

Dans les pays du Nord, les sociétés structurées par des représentations de classe fortes connaissent au moins un effritement, sinon une reconfiguration en profondeur des catégories utilisées pour délimiter des groupes sociaux de classe au cours du xx esiècle. Tant la flexibilisation du marché du travail que la transformation des organisations politiques et sociales ou les évolutions des travaux statistiques,font que les représentations de classe structurent moins qu’auparavant le champ politique (Dubet, 1987; Castel, 1995; Muchielli, 1999; Dubar, 2000; Michelat, Simon,2004; Mauger, 2006; Pierru, Spire, 2008).

La catégorie de classe connaît également un reflux important dans le champ académique, face à un certain nombre de paradigmes qui ont postulé : la fin du mouvement ouvrier et du salariat comme sujet politique au profit des Nouveaux Mouvements Sociaux (Touraine et al.,1984) ; la fin de la prééminence de la catégorie de classe au profit d’autres déterminants identitaires (le genre, la génération, l’appartenance ethnique, territoriale, etc.) ; la nécessité de renouveler les analyses du monde social, selon des modalités différentes chez les courants postmodernes ou les partisans du linguistic turn, à l’opposé d’une analyse centrée sur les structures sociales. Ainsi, à partir des années 1990, nombreux sont ceux qui prônent l’abandon d’analyses en termes de classe.

Lire la suite : http://calenda.revues.org/nouvelle21136.html

 

L’économie sociale et solidaire : une réponse à la crise ? Capitalisme, territoires et démocratie

Parution de l’ouvrage de Jean-François Draperi, publié aux éditions Dunod, 2011, 288 p. :

Une économie moins inégalitaire et moins destructrice, qui renforcerait le lien social mis en péril par la concurrence économique exacerbée, est-elle possible ? Pour concevoir une alternative crédible au capitalisme, il est nécessaire de produire une théorie générale distincte de ce qu’il est convenu d’appeler le libéralisme, articulée autour de trois questions : les conditions et les formes de l’échange réciproque ; les relations entre les collectifs d’économie sociale et solidaire et les autres formes d’économie ; le projet contemporain de l’économie sociale et solidaire. Cet ouvrage n’a pas l’ambition de produire cette théorie, mais de mesurer les limites de l’économie sociale et solidaire, présenter des pistes pour une critique du capitalisme, puis inviter à une mise en question radicale en proposant des voies de réflexion et d’action générale.

Voir la présentation sur le site de l’éditeur : http://www.dunod.com/sciences-sociales-humaines/action-sociale-et-medico-sociale/politiques-et-dispositifs/leconomie-sociale-et-solidaire-une

Economie sociale et solidaire : Pour une justice sociale mondiale ?

Appel à auteur pour un hors-série de la revue le Sociographe :

Ce serait une gageure de dire que les principes de l’économie sociale et solidaire se développent au-delà des réseaux militants pour inspirer les systèmes capitalistes. Mais aujourd’hui, la suprématie de l’économique et du financier sur les échiquiers national, européen et mondial, interroge l’économie humaine qui pourrait émerger et la défloraison possible des valeurs associées. Si l’économie sociale compense, complète, conteste les politiques de l’État-providence et celles des systèmes socio-économiques, elle se confronte aujourd’hui à une autre forme de gouvernance. Le sentiment s’installe que l’économique régule le social en faisant appel au politique. « Nous assistons à un changement de paradigme au travers du passage de l’État-providence à la société-providence, au sein de laquelle l’État n’est plus qu’un investisseur social » (1). Comment penser une justice sociale à la fois régionale, nationale, européenne et mondiale ? Comment inscrire durablement des actions entrepreneuriales socialement responsables sur des territoires locaux ? Le territoire demeure-t-il une opportunité pour le champ de l’économie sociale ?

Lire la suite de l’appel : Sociographe_appel_Eco_HS5

Les souffrances sociales à la Martinique et leurs modes de gestion

Soutenance de thèse de Véronique Rochais, EHESS, le 31 octobre 2011 :

À la Martinique, département d’outre-mer fondé sur une organisation socio-raciale inégalitaire héritée du système colonial esclavagiste, les tensions et les inégalités entre les milieux sociaux pèsent encore lourdement. D’une part, la domination sociale et économique des anciens colons, les békés, perdure dans le temps et, d’autre part, le passé esclavagiste non assumé par une frange de la population martiniquaise descendante d’esclaves africains génère encore des frustrations, de la souffrance et un besoin de reconnaissance identitaire. À cette souffrance historique s’imbrique une autre souffrance dite sociale, en raison du contexte socio-économique dans lequel les inégalités sociales et les écarts entre les classes ne cessent de se creuser.

Les conceptions contemporaines de la domination

Séminaire Sophiapol 2011-2012, 1ère séance, 18 octobre 2011, Paris Ouest :

La sociologie, l’économie et la philosophie contemporaine se sont partagé l’analyse des phénomènes de domination et en ont proposé des approches variées. La théorie marxienne a surtout insisté sur la forme économique de la domination de classe en localisant celle-ci dans l’accaparement des moyens de production et la capacité à faire de l’ensemble des sous-systèmes sociaux des conditions de reproduction du processus d’accumulation. La sociologie de Max Weber a procédé à un classement des principales formes d’exercice de la domination en les distribuant sur les formes d’articulation de la classe et du statut ; l’approche sociologique des néo­machiavéliens comme Mosca, Pareto ou Michels a tenté de construire le concept de domination (Pareto) à partir d’une théorie des élites sociales et de leur circulation qui recourt à des stratégies de justification réductibles à des rationalisations de leur position sociale fondées sur des logiques de «dérivation» pseudo argumentatives à partir des « résidus » affectifs. De son côté, la sociologie critique -celle de Bourdieu par exemple- a moins tant recouru à une classification des formes de domination et au vocabulaire de la justification qu’elle n’a mis l’accent sur l’incorporation des formes d’obéissance liée à l’inégale distribution des statuts, des différents capitaux sociaux et à leurs effets structurants sur les habitus, construisant les concepts de pouvoir et de violence symbolique qui expriment l’essentiel des phénomènes de domination.

Lire la suite : http://sophiapol.hypotheses.org/5472