Archives de catégorie : Justice sociale

“Entre Roubaix et Neuilly-sur-Seine, le terme « inégalités » n’a pas du tout le même sens”

“Entre Roubaix et Neuilly-sur-Seine, le terme « inégalités » n’a pas du tout le même sens.” Entretien avec Hervé Guéry du Compas. Propos recueillis par Louis Maurin. Observatoire des inégalités, 2 novembre 2011 :

Comment expliquer qu’au palmarès des inégalités on retrouve côte à côte Roubaix et Paris ?

La question de l’instrument de mesure est essentielle. L’indice de Gini est un outil performant mais qui ne tient pas compte du type de distribution des revenus sur le territoire concerné. Un même indice peut signifier une répartition très différente des revenus. Entre Roubaix et Paris, voire Neuilly-sur-Seine, il n’est pas besoin d’être un spécialiste pour comprendre que le terme « inégalités » n’a pas du tout le même sens. A Neuilly, nous avons une inégalité de revenus avec très peu (s’ils existent !) de ménages à faible niveau de vie. Les inégalités se mesurent entre ménages aisés, si l’on compare à la distribution des revenus nationale. A Roubaix, nous observons un même résultat, mais avec des niveaux de vie qui sont très faibles au regard de la situation nationale.

Lire la suite : http://www.inegalites.fr/spip.php?article1503

Quand les écarts de revenus furent enfin plafonnés

Publication de l’article de Jean Gadrey, “Quand les écarts de revenus furent enfin plafonnés”, La Vie des idées, 28 octobre 2011 :

En ce début de XXIIe siècle, plus personne ne conteste la nécessité de plafonner les écarts de revenus pour garantir la cohésion sociale et préserver l’environnement. Il y a un siècle, pourtant, cette idée semblait encore utopique. C’est avec la grande crise de 2008-2015, et les inégalités sans précédent qui la provoquèrent et l’accompagnèrent, que ce projet finit par s’imposer.

Lire la suite : http://www.laviedesidees.fr/Quand-les-ecarts-de-revenus-furent.html

Space, social justice and the right to the city

Conférence de David Harvey, 21 novembre 2011, Université Paris Ouest Nanterre

La conférence se tiendra en anglais et sera ponctuée de temps de traduction.

Conférence organisée avec l’aide de l’Ecole doctorale 395 « Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent », l’UMR LAVUE 7218 et l’EA 375 GECKO.

 A noter : A la prochaine séance du séminaire  “Les conceptions contemporaines de la domination”, mardi 8 novembre 2011, Thierry Labica présentera une communication consacrée à David Harvey intitulée : «David Harvey : sur la ‘restauration du pouvoir de classe’, entre domination et exploitation.”

Date: Lundi 21 novembre 2011, 14h à 17h

Sourcehttp://sophiapol.hypotheses.org/5840

Enclaves nomades – Habitat et travail mobiles

Parution de l’ouvrage d’Arnaud Le Marchand, Enclaves nomades – Habitat et travail mobiles, éd. du Croquant, coll. Terra, sept. 2011 :  

Depuis la fin des années quatre-vingt en Europe : squats, foyers, tentes, caravanes, fourgons, etc. réapparaissent de plus en plus fréquemment. Or l’habitat précaire et mobile est une pratique de groupes professionnels : marchands et industriels forains, travailleurs des transports, salariés du bâtiment et de l’industrie, voire du secteur tertiaire… personnes sans-emploi. Ces formes de logements occupent des espaces reliés à des fonctions, elles ne sont pas « hors jeu ». Ce monde du travail et de l’habitat mobile ou précaire permet de saisir certains aspects des changements économiques en cours. Il est en outre impliqué dans les migrations, le tourisme et les fuites hors du salariat. L’examen de divers fonds d’archives permet de retrouver le monde de l’habitat mobile ou de passage au cours du xixe et du xxe siècles. Il s’articule à des organisations de l’intermittence sur les ports, il est impliqué dans des processus d’innovations via les foires. Les nouvelles formes d’orga­nisation de la production industrielle expliquent son renouvellement. Il s’agit d’un monde transverse à différentes sphères de la circulation et de la production. On peut ainsi esquisser des liens entre les mutations du travail « post-fordistes » et les changements de la ville contemporaine. L’habitat « non-ordinaire » n’est pas une scorie, mais au contraire une production actuelle qui recherche sa légitimité entre spatialisation de la question sociale et discours radicaux.  

Voir la présentation sur le site de l’éditeur : http://atheles.org/editionsducroquant/terra/enclavesnomades/index.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand les femmes revisitent l’économie : pour un autre développement

Journée d’études organisée par le Centre d’enseignement, de documentation et de recherches pour les études féministes (CEDREF), Université Paris Diderot – Paris 7, le 4 novembre 2011 :

9h00 : Accueil des participant-e-s

9h15 : Introduction à la journée. Jules Falquet (CEDREF-CSPRP-Université Paris Diderot)

Session 1 (9h30-11h) : Interroger les « grandes évidences » de l’économie. Séance présidée par Dominique Fougeyrollas (IRISES, CNRS-Paris Dauphine)

• Hélène Périvier (OSCE-Sciences Po) : « Les féministes dans l’histoire de la pensée économique »

• Fatiha Talahite (Centre d’Économie de Paris Nord-Paris 13 Nord CNRS) : « Emploi des femmes et développement : de la “participation à l’activité économique” au “travail décent” »

11h-11h30 : pause

Session 2 (11h30-13 h) : Les femmes des classes populaires des Suds, entre initiative et exploitation. Séance présidée par Helena Hirata (GTM, CNRS)

• Christine Verschuur (Responsable du Pôle Genre et Développement – IHEID Genève) : les femmes dans mouvements populaires urbains en Amérique latine : féministes ou instrumentalisées ?

• Isabelle Guérin (UMR Développement et sociétés – IRD-Paris 1 Panthéon Sorbonne) : « Les mirages et les effets insoupçonnés du micro-crédit. L’Inde et au-delà »

Session 3 (14h30- 17h) : Economie solidaire et développement : quelques approches concrètes. Séance présidée par Séverine Lemière (Matisse, Université Paris 5)

• Madeleine Hersent (Agence pour le développement de l’économie locale (ADEL) – Paris) : « Initiatives de femmes migrantes en Economie Sociale et Solidaire en France »

• Magalie Saussey (LEREPS – Toulouse 1) : « L’économie solidaire en Afrique de l’Ouest : phénomène de mode ou stratégie alternative ? »

15h30-16h : pause

• Nathalie Lapeyre (SAGESSE CERTOP-CNRS – Toulouse Le Mirail) : « Quand les rapports sociaux de sexe interrogent les pratiques écologistes décroissantes »

• Carine Pionetti (Chercheure-consultante en Genre et développement) : « Quel positionnement pour les femmes, piliers des agricultures du Sud, sur les marchés agricoles ? (Palestine, Mali et Bangladesh) »

 

http://www.cedref.univ-paris7.fr/Vendredi-4-novembre-2011-journee-d

Campus Javelot – métro Olympiades
Université Paris 7-Denis Diderot
Dalle des Olympiades,
Immeuble Montreal
59 rue Nationale
75013 Paris
Amphi 50

L’apprentissage, vecteur d’insertion et d’égalité des chances… Qu’en disent les chercheurs ?

Colloque international organisé par le CUFR Jean-François Champollion. Axe de recherche thématique Psychologie et Sociologie de l’Education et de l’Insertion. Master 2 Psychologie de l’accompagnement professionnel : approches cliniques et sociales, à Albi, les 1er et 2 décembre 2011 :

L’alternance et tout particulièrement l’apprentissage suscitent aujourd’hui un engouement important et sont présentés comme des dispositifs permettant de lutter contre le chômage des jeunes tout en favorisant l’égalité des chances. Alors que l’apprentissage fait l’objet d’un intérêt accru, tant des pouvoirs publics que du monde patronal et des médias, les apports de la communauté scientifique sur cette question sont largement passés sous silence. Force est de constater que l’idée selon laquelle le rapprochement entre l’école et l’entreprise favorise l’insertion professionnelle est devenue une telle évidence qu’il ne s’agit plus de la discuter. Pour autant, quels sont les acquis de la recherche scientifique en la matière ? Ce colloque pluridisciplinaire international vise à dresser un bilan des possibilités offertes par l’apprentissage en matière d’insertion professionnelle et d’égalité des chances (en fonction du genre, des origines sociales, scolaires et ethniques…). Il a également pour objectif de réunir les chercheurs spécialistes du «monde apprenti» et par delà de rendre visible tant un champ de recherche que des contributions permettant de discuter les « performances » de l’apprentissage. Il ne s’agit pas ici de désavouer ce mode de formation mais bien plutôt de réfléchir aux conditions devant être réunies pour que les jeunesses populaires (dont les filles et les jeunes issus de l’immigration bien peu représentés au sein de l’apprentissage) puissent accéder à une qualification valorisée et valorisante ouvrant à une véritable promotion professionnelle.

http://www.cereq.fr/index.php/agenda/L-APPRENTISSAGE-VECTEUR-D-INSERTION-ET-D-EGALITE-DES-CHANCES-QU-EN-DISENT-LES-CHERCHEURS

Migrations, pluralisation, ethnicisation des sociétés contemporaines

Dossier thématique de la revue Sociologie(S) coordonné par Anna Krasteva, Andrea Rea et Laurence Roulleau-Berger, mis en ligne le 18 octobre 2011 :

La question migratoire constitue un enjeu scientifique majeur pour penser simultanément l’ethnicisation et la pluralisation des sociétés contemporaines. En effet, d’une part l’ethnicisation signifie la multiplication de situations de domination sociale, de racismes différenciés et de violences physiques ou symboliques, situations auxquelles les migrants(es) « font face » sur différents modes en développant des stratégies de contournement, de résistance, de lutte. D’autre part, dans leurs mobilités et leurs circulations, les migrants(es) s’inscrivent sur des modes pluriels dans des espaces sociaux et économiques à légitimité différenciée qui construisent des processus hiérarchisés de mondialisation « par le haut » et « par le bas ». Ces processus donnent à voir comment de nouveaux types d’agencements se créent à partir de dispositifs sociaux, politiques, économiques, religieux dispersés, participent au développement d’économies-monde productrices de différentes formes de travail matériel et immatériel.

Lire la suite : http://sociologies.revues.org/index3691.html

 

Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France

Note de lecture de Frédérique Giraud, « Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 octobre 2011 :

Savez-vous ce que gagne un grand patron ? Le P-DG d’une grande société française ? Ces questions posées par Philippe Steiner donnent le ton de l’essai qu’il publie chez Zones. Son titre, Les rémunérations obscènes, suffisait déjà à en signaler la teneur. Le terme « obscène » est emprunté par l’auteur à Barack Obama dans son « Discours sur l’état de l’Union » du 14 janvier 2010, dans lequel il fustigeait par ce terme les bonus du monde de la finance. Celui-ci a été volontairement choisi par Philippe Steiner pour la « part de violence verbale » (p. 8) qu’il renferme. Les rémunérations obscènes c’est un peu le « Livre noir des inégalités de salaire et de revenu », un état des lieux argumenté et détaillé de l’augmentation des hauts, très hauts revenus que connaît la France depuis ces dernières années. Le dernier chapitre « L’emballement inégalitaire » dresse un état des lieux des inégalités en s’appuyant notamment sur les travaux de Thomas Piketty et de Camille Landais. Si sur le long terme les inégalités de revenu et de patrimoine diminuent, les très hauts revenus (premier centile de revenus) n’en finissent pas d’augmenter. La part des revenus concentrée dans les mains du 1 % des plus riches augmente.

Lire la suite : http://lectures.revues.org/6563

Catégories et représentations de classes des groupes sociaux au Nord et au Sud

Appel à communication pour la Quatrième journée d’étude de l’AJPB : Le travail politique des entrepreneurs d’identité :

Dans les pays du Nord, les sociétés structurées par des représentations de classe fortes connaissent au moins un effritement, sinon une reconfiguration en profondeur des catégories utilisées pour délimiter des groupes sociaux de classe au cours du xx esiècle. Tant la flexibilisation du marché du travail que la transformation des organisations politiques et sociales ou les évolutions des travaux statistiques,font que les représentations de classe structurent moins qu’auparavant le champ politique (Dubet, 1987; Castel, 1995; Muchielli, 1999; Dubar, 2000; Michelat, Simon,2004; Mauger, 2006; Pierru, Spire, 2008).

La catégorie de classe connaît également un reflux important dans le champ académique, face à un certain nombre de paradigmes qui ont postulé : la fin du mouvement ouvrier et du salariat comme sujet politique au profit des Nouveaux Mouvements Sociaux (Touraine et al.,1984) ; la fin de la prééminence de la catégorie de classe au profit d’autres déterminants identitaires (le genre, la génération, l’appartenance ethnique, territoriale, etc.) ; la nécessité de renouveler les analyses du monde social, selon des modalités différentes chez les courants postmodernes ou les partisans du linguistic turn, à l’opposé d’une analyse centrée sur les structures sociales. Ainsi, à partir des années 1990, nombreux sont ceux qui prônent l’abandon d’analyses en termes de classe.

Lire la suite : http://calenda.revues.org/nouvelle21136.html