Archives de catégorie : Justice sociale

Economie sociale et solidaire : Pour une justice sociale mondiale ?

Appel à auteur pour un hors-série de la revue le Sociographe :

Ce serait une gageure de dire que les principes de l’économie sociale et solidaire se développent au-delà des réseaux militants pour inspirer les systèmes capitalistes. Mais aujourd’hui, la suprématie de l’économique et du financier sur les échiquiers national, européen et mondial, interroge l’économie humaine qui pourrait émerger et la défloraison possible des valeurs associées. Si l’économie sociale compense, complète, conteste les politiques de l’État-providence et celles des systèmes socio-économiques, elle se confronte aujourd’hui à une autre forme de gouvernance. Le sentiment s’installe que l’économique régule le social en faisant appel au politique. « Nous assistons à un changement de paradigme au travers du passage de l’État-providence à la société-providence, au sein de laquelle l’État n’est plus qu’un investisseur social » (1). Comment penser une justice sociale à la fois régionale, nationale, européenne et mondiale ? Comment inscrire durablement des actions entrepreneuriales socialement responsables sur des territoires locaux ? Le territoire demeure-t-il une opportunité pour le champ de l’économie sociale ?

Lire la suite de l’appel : Sociographe_appel_Eco_HS5

Les souffrances sociales à la Martinique et leurs modes de gestion

Soutenance de thèse de Véronique Rochais, EHESS, le 31 octobre 2011 :

À la Martinique, département d’outre-mer fondé sur une organisation socio-raciale inégalitaire héritée du système colonial esclavagiste, les tensions et les inégalités entre les milieux sociaux pèsent encore lourdement. D’une part, la domination sociale et économique des anciens colons, les békés, perdure dans le temps et, d’autre part, le passé esclavagiste non assumé par une frange de la population martiniquaise descendante d’esclaves africains génère encore des frustrations, de la souffrance et un besoin de reconnaissance identitaire. À cette souffrance historique s’imbrique une autre souffrance dite sociale, en raison du contexte socio-économique dans lequel les inégalités sociales et les écarts entre les classes ne cessent de se creuser.

Les conceptions contemporaines de la domination

Séminaire Sophiapol 2011-2012, 1ère séance, 18 octobre 2011, Paris Ouest :

La sociologie, l’économie et la philosophie contemporaine se sont partagé l’analyse des phénomènes de domination et en ont proposé des approches variées. La théorie marxienne a surtout insisté sur la forme économique de la domination de classe en localisant celle-ci dans l’accaparement des moyens de production et la capacité à faire de l’ensemble des sous-systèmes sociaux des conditions de reproduction du processus d’accumulation. La sociologie de Max Weber a procédé à un classement des principales formes d’exercice de la domination en les distribuant sur les formes d’articulation de la classe et du statut ; l’approche sociologique des néo­machiavéliens comme Mosca, Pareto ou Michels a tenté de construire le concept de domination (Pareto) à partir d’une théorie des élites sociales et de leur circulation qui recourt à des stratégies de justification réductibles à des rationalisations de leur position sociale fondées sur des logiques de «dérivation» pseudo argumentatives à partir des « résidus » affectifs. De son côté, la sociologie critique -celle de Bourdieu par exemple- a moins tant recouru à une classification des formes de domination et au vocabulaire de la justification qu’elle n’a mis l’accent sur l’incorporation des formes d’obéissance liée à l’inégale distribution des statuts, des différents capitaux sociaux et à leurs effets structurants sur les habitus, construisant les concepts de pouvoir et de violence symbolique qui expriment l’essentiel des phénomènes de domination.

Lire la suite : http://sophiapol.hypotheses.org/5472