« Entreprises pressées, salariés sous pression : faites une pause ! »

Journée de débat organisée par l’Executive master sociologie de l’entreprise et stratégie de changement de Sciences Po, le jeudi 5 janvier 2012 :

Il est temps de faire une pause. Une pause pour interpeller les politiques d’entreprises marquées par l’urgence et la course à la performance. Une pause pour partager des réflexions, des savoirs et des pratiques qui permettent de repenser le lien social dans l’entreprise et d’élaborer des alternatives aux recettes de gestion et de management qui dominent le travail contemporain.A l’occasion des 20 ans de l’Executive master Sociologie de l’entreprise et stratégie de changement de Sciences Po, venez débattre de ces alternatives possibles. Une quinzaine d’ateliers-forums thématiques permettront aux participants de confronter leurs expériences et leurs questionnements. Ce temps de pause est ouvert à tous les acteurs qui cherchent des espaces de ressourcement intellectuel, de confrontation et d’enrichissement, pour réinterroger leurs pratiques professionnelles. Des experts aux simples curieux, chacun est invité à contribuer et à s’exprimer pour repenser l’entreprise de demain…

Lire la suite : http://www.pause-laconference.fr

Economie sociale et solidaire : Pour une justice sociale mondiale ?

Appel à auteur pour un hors-série de la revue le Sociographe :

Ce serait une gageure de dire que les principes de l’économie sociale et solidaire se développent au-delà des réseaux militants pour inspirer les systèmes capitalistes. Mais aujourd’hui, la suprématie de l’économique et du financier sur les échiquiers national, européen et mondial, interroge l’économie humaine qui pourrait émerger et la défloraison possible des valeurs associées. Si l’économie sociale compense, complète, conteste les politiques de l’État-providence et celles des systèmes socio-économiques, elle se confronte aujourd’hui à une autre forme de gouvernance. Le sentiment s’installe que l’économique régule le social en faisant appel au politique. « Nous assistons à un changement de paradigme au travers du passage de l’État-providence à la société-providence, au sein de laquelle l’État n’est plus qu’un investisseur social » (1). Comment penser une justice sociale à la fois régionale, nationale, européenne et mondiale ? Comment inscrire durablement des actions entrepreneuriales socialement responsables sur des territoires locaux ? Le territoire demeure-t-il une opportunité pour le champ de l’économie sociale ?

Lire la suite de l’appel : Sociographe_appel_Eco_HS5

Evaluation en éducation : Qui évalue et sur quels fondements?

Journée d’étude nationale organisée par la Société française de l’évaluation le 1er décembre 2011 :

Cette journée s’intéresse à l’évaluation des politiques et des programmes éducatifs au niveau national et local. Comme dans d’autres champs, les acteurs de l’évaluation sont multiples et divers : Inspecteurs, Consultants/Experts, Chercheurs… Tout évaluateur mobilise, de manière implicite ou explicite, des éléments de référence et des savoirs qui orientent ses analyses et ses jugements. Cette journée part de l’hypothèse qu’en fonction de leurs statuts, postures, formations et expériences, des évaluateurs ne réaliseront pas la même évaluation, mobilisant une expertise et une connaissance différentes. Cette pluralité de regards possibles sur le champ éducatif interroge l’épistémologie de l’évaluation, mais aussi son institutionnalisation dans le domaine éducatif. Le propos de la journée consistera à mettre en discussion des évaluateurs de statuts différents (fonctionnaires, chercheurs, consultants) pour confronter leurs regards sur les programmes éducatifs et leur vision de l’évaluation en éducation.

Lire la suite et télécharger le programme : PROGRAMME JN SFE 1-12-2011 -VF-

Soutenance de thèse : « Prévenir ou produire. Autonomie et subordination dans la médecine du travail (1970-2010) »

Soutenance de thèse de Pascal Marichalar, intitulée « Prévenir ou produire. Autonomie et subordination dans la médecine du travail (1970-2010) », le mercredi 7 déc. 2011, à l’ENS, campus Jourdan :

Ce travail étudie l’autonomie professionnelle des médecins du travail en France entre 1970 et 2010. Il explore le sens de l’injonction indigène et règlementaire d’indépendance, alors que ces médecins sont liés aux employeurs par un contrat de travail, c’est-à-dire une relation de subordination. Ce-faisant, il offre un éclairage sur la faillite du système français de prévention des atteintes professionnelles à la santé. La combinaison du dépouillement d’archives inédites et d’une enquête ethnographique multi-sites auprès de praticiens en activité met en évidence les variations de la problématique de l’autonomie selon le contexte d’exercice (forme du service, nature des interlocuteurs). La coexistence apparente de l’autonomie et de la subordination passe toujours par la distinction pratique entre un côté « médical » de l’activité (sur lequel les praticiens disposent en droit d’une indépendance totale), et un côté « administratif » (sur lequel la subordination est légitime). Or, l’enquête montre que cette distinction est le produit instable d’une négociation permanente entre les médecins et leur entourage (autres composantes du service ou de l’entreprise, autres médecins…). Plus encore, la définition même du métier, c’est-à-dire l’ensemble des tâches qui peuvent être exercées de manière légitime au nom de la médecine du travail, apparaît elle aussi comme le résultat précaire de négociations permanentes dans chaque service. La question de l’autonomie se joue non seulement dans le contrôle sur le travail, mais également dans le processus de définition de ce dernier. Cette thèse montre ainsi les limites de la définition classique de l’autonomie professionnelle comme contrôle sur les activités de routine lorsque la nature du travail qu’il y a à faire n’est pas donnée d’avance, mais est l’objet de conflits. Elle donne également à voir la tension entre dépendances légitimes et illégitimes, subordination consentie et abus de pouvoir, qui est au cœur de la relation salariale.

Lire la suite : http://www.cmh.ens.fr/hoparticle.php?id_art=332

Appel à communications, “Les mondes du soin”, Poitiers

Appel à contribution pour le colloque « Les mondes du soin », du 25 au 27 avril 2012 à l’Université de Poitiers :

Le soin, rapporté aux trois ordres de la Cura comme exercice inquiet du souci du monde, d’autrui et de soi, de la Cure comme vigilance, catharsis et thérapeutique, du Care comme geste de sollicitude, est le modèle des pratiques d’intervention médicale et de santé publique: le geste de soin est l’art, au sens de la technè grecque, d’une mise en œuvre du tact. L’éthique du soin ne s’accommode pas d’échappatoire : il faudrait prendre soin, avec attention, prudence, bienveillance. Mais si soigner c’est remédier aux dysfonctionnements, ou prévenir les dérives, c’est aussi engager l’action, c’est convoquer exigence de réflexivité et philosophie pour vivre. Le soin serait alors attention à la santé conçue comme bonheur humain. Il s’agit d’une cause commune : mais si l’accord sur sa nécessité est unanime, encore faut-il savoir comment une philosophie du soin peut s’articuler à l’authenticité de l’action.

Lire la suite : http://sophiapol.hypotheses.org/5601

Apprentissages interprétatifs : Interprétation en action et construction de l’expérience

Parution de l’ouvrage d’André Zeitler, préf. de Jean-Marie Barbier, aux éditions L’Harmattan, 2011, 278 p.

Sans nous en apercevoir, nous donnons constamment un sens à notre environnement pour agir. Une activité interprétative est au cœur de l’action. Nous utilisons pour cela des « habitudes d’interprétations », qui sont autant de ressources issues de notre expérience passée. Par quels processus les opérateurs interprètent-ils leurs environnements? Comment se développent les capacités à les interpréter ? Quelles sont les conditions du développement des capacités interprétatives ?

Voir la présentation sur le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=34746