Partenariat de recherche en Hautes écoles spécialisées Santé Travail social de Suisse occidentale

Parution de l’article de Laurence Seferdjeli et Kim Stroumza, « Partenariat de recherche en Hautes écoles spécialisées Santé Travail social de Suisse occidentale », SociologieS [En ligne] , Dossiers , Les partenariats de recherche , mis en ligne le 18 octobre 2011 :

Au cœur des nouvelles politiques de la recherche tournée vers l’innovation, les Hautes écoles spécialisées suisses, récemment portées au niveau universitaire, ont pour mandat la recherche appliquée et le développement. Si la valorisation scientifique des travaux réalisés sous ce régime est visible dans les supports habituels, il n’en va pas de même de l’activité partenariale elle-même et des processus qui participent à sa constitution. L’analyse des narrations des protagonistes des partenariats permet de mettre en visibilité les phénomènes qui font la spécificité de cette activité, que les modèles de la diffusion sont impuissants à saisir. Prise entre pratique ordinaire, activité professionnelle et activité scientifique, soumise à la temporalité du processus, l’activité partenariale interroge la conception même du savoir qui sous-tend les modèles de recherche appliquée.

Lire la suite : http://sociologies.revues.org/index3622.html

Migrations, pluralisation, ethnicisation des sociétés contemporaines

Dossier thématique de la revue Sociologie(S) coordonné par Anna Krasteva, Andrea Rea et Laurence Roulleau-Berger, mis en ligne le 18 octobre 2011 :

La question migratoire constitue un enjeu scientifique majeur pour penser simultanément l’ethnicisation et la pluralisation des sociétés contemporaines. En effet, d’une part l’ethnicisation signifie la multiplication de situations de domination sociale, de racismes différenciés et de violences physiques ou symboliques, situations auxquelles les migrants(es) « font face » sur différents modes en développant des stratégies de contournement, de résistance, de lutte. D’autre part, dans leurs mobilités et leurs circulations, les migrants(es) s’inscrivent sur des modes pluriels dans des espaces sociaux et économiques à légitimité différenciée qui construisent des processus hiérarchisés de mondialisation « par le haut » et « par le bas ». Ces processus donnent à voir comment de nouveaux types d’agencements se créent à partir de dispositifs sociaux, politiques, économiques, religieux dispersés, participent au développement d’économies-monde productrices de différentes formes de travail matériel et immatériel.

Lire la suite : http://sociologies.revues.org/index3691.html

 

Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France

Note de lecture de Frédérique Giraud, « Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 octobre 2011 :

Savez-vous ce que gagne un grand patron ? Le P-DG d’une grande société française ? Ces questions posées par Philippe Steiner donnent le ton de l’essai qu’il publie chez Zones. Son titre, Les rémunérations obscènes, suffisait déjà à en signaler la teneur. Le terme « obscène » est emprunté par l’auteur à Barack Obama dans son « Discours sur l’état de l’Union » du 14 janvier 2010, dans lequel il fustigeait par ce terme les bonus du monde de la finance. Celui-ci a été volontairement choisi par Philippe Steiner pour la « part de violence verbale » (p. 8) qu’il renferme. Les rémunérations obscènes c’est un peu le « Livre noir des inégalités de salaire et de revenu », un état des lieux argumenté et détaillé de l’augmentation des hauts, très hauts revenus que connaît la France depuis ces dernières années. Le dernier chapitre « L’emballement inégalitaire » dresse un état des lieux des inégalités en s’appuyant notamment sur les travaux de Thomas Piketty et de Camille Landais. Si sur le long terme les inégalités de revenu et de patrimoine diminuent, les très hauts revenus (premier centile de revenus) n’en finissent pas d’augmenter. La part des revenus concentrée dans les mains du 1 % des plus riches augmente.

Lire la suite : http://lectures.revues.org/6563

Enseigner en prison : le paradoxe de la liberté pédagogique dans un univers clos

Parution de l’ouvrage de Michel Febrer, Enseigner en prison, Le paradoxe de la liberté pédagogique dans un univers clos, Paris, L’Harmattan, coll. « Savoir et Formation », 2011, 344 p. ISBN : 978-2-296-55522-8.

Les conditions d’exercice de l’enseignement en prison témoignent d’une spécificité pénitentiaire en matière d’enseignement et contribuent à l’émergence de l’idée paradoxale de liberté pédagogique dans un univers clos. Non-maîtrise du temps, flux permanent d’entrants et de sortants sont autant de traits qui caractérisent l’enseignement en prison. Pourquoi ne pas envisager celui-ci comme un défi pédagogique singulier et comme un possible laboratoire d’analyse pour la pédagogie ?

Voir la présentation sur le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=35018

Catégories et représentations de classes des groupes sociaux au Nord et au Sud

Appel à communication pour la Quatrième journée d’étude de l’AJPB : Le travail politique des entrepreneurs d’identité :

Dans les pays du Nord, les sociétés structurées par des représentations de classe fortes connaissent au moins un effritement, sinon une reconfiguration en profondeur des catégories utilisées pour délimiter des groupes sociaux de classe au cours du xx esiècle. Tant la flexibilisation du marché du travail que la transformation des organisations politiques et sociales ou les évolutions des travaux statistiques,font que les représentations de classe structurent moins qu’auparavant le champ politique (Dubet, 1987; Castel, 1995; Muchielli, 1999; Dubar, 2000; Michelat, Simon,2004; Mauger, 2006; Pierru, Spire, 2008).

La catégorie de classe connaît également un reflux important dans le champ académique, face à un certain nombre de paradigmes qui ont postulé : la fin du mouvement ouvrier et du salariat comme sujet politique au profit des Nouveaux Mouvements Sociaux (Touraine et al.,1984) ; la fin de la prééminence de la catégorie de classe au profit d’autres déterminants identitaires (le genre, la génération, l’appartenance ethnique, territoriale, etc.) ; la nécessité de renouveler les analyses du monde social, selon des modalités différentes chez les courants postmodernes ou les partisans du linguistic turn, à l’opposé d’une analyse centrée sur les structures sociales. Ainsi, à partir des années 1990, nombreux sont ceux qui prônent l’abandon d’analyses en termes de classe.

Lire la suite : http://calenda.revues.org/nouvelle21136.html

 

Le mouvement d’orientation professionnelle en France. Entre l’école et le marché du travail (1900-1940). Aux origines de la profession de conseiller d’orientation

MARTIN Jérôme. Le mouvement d’orientation professionnelle en France. Entre l’école et le marché du travail (1900-1940). Aux origines de la profession de conseiller d’orientation. Thèse de doctorat en Histoire, civilisations, art (mondes modernes et contemporains), Université Paris Sorbonne, 2011 :

Entre les années 1900 et les années 1940, la notion d’orientation professionnelle est construite à la confluence de trois champs : des patronages et des associations laïcs se préoccupent du placement des adolescents à la fin de l’école primaire ; des responsables éducatifs s’inquiètent de nombre limité d’apprentis ; enfin, les premiers psychologues proposent l’utilisation de tests pour l’affectation de la main-d’œuvre. Les années 1920 sont marquées par la création de nombreux offices. Soutenu par des milieux sociaux et professionnels très différents, le mouvement d’orientation professionnelle se professionnalise progressivement, en partie grâce à la création de l’Institut national d’orientation professionnelle (INOP) et d’associations professionnelles. Les années 1930 constituent un tournant. La montée du chômage et les besoins en main-d’œuvre qualifiée nécessitent une réorganisation du dispositif.

http://www.inrp.fr/vst/Recherches/DetailThese.php?these=1290

 

Quels responsables / entrepreneurs / leaders agricoles et ruraux pour quel développement local ?

Appel à communication organisé par la Société Française d’Economie Rurale, le LARESS, Ecole Supérieure d’Agriculture, PRES LUNAM, le LER, Laboratoire d’Études Rurales, Lyon II et le Réseau Thématique « Sociologie des élites » de l’Association Française de sociologie pour le colloque « The role of entrepreneurs, farming leaders and rural politicians in local development » les 11 et 12 juillet 2012 :

Le présent appel à communiquer se donne pour but d’inviter au débat les chercheurs en sciences sociales intéressés à l’observation des acteurs dont les initiatives, le pilotage et la coordination d’actions locales contribuent au développement agricole et rural. Les figures du notable, intermédiaire obligé entre les sociétés paysannes et la société englobante, caractéristiques du 19e siècle, ou celles des propagateurs du progrès technique et du développement économique de l’agriculture encadré par le syndicalisme au 20e siècle sont-elles toujours d’actualité ou en voie de recomposition ? Voit-on apparaître de nouveaux acteurs du développement local ? Malgré la faiblesse numérique de leur population, les territoires ruraux, aux dynamiques démographiques et économiques contrastées et dans une relation de dépendance plus ou moins forte aux impulsions urbaines, sont confrontés à la nécessité de leur propre dynamisation et organisation, en prenant en compte l’impact local des politiques sectorielles, les capacités d’actions collectives de groupes sociaux présents sur le territoire, l’affirmation collective de biens communs locaux, etc… La question des leaders ou « élites » offre en effet l’intérêt de sortir la question du développement rural de l’opposition factice villes-campagnes, les notables ruraux poursuivant la pratique, héritée des siècles précédents, de la double, voire de la triple résidence : entre « château », capitale provinciale et séjours à Paris, ils sont à la fois de la ville et de la campagne et cumulent fréquemment des appartenances locales ou régionales multiples.

Lire la suite : http://calenda.revues.org/nouvelle21217.html

Les 19e Journées du Longitudinal

Appel à contribution à l’occasion des 19è journées du longitudinal, autour des : « mobilités et les changements de catégories. Portées et limites des données longitudinales ».

De nombreuses recherches ont déjà démontré l’apport des données longitudinales pour déchiffrer le passage d’un état à un autre, et signaler des états transitoires, précaires ou durables, plus ou moins réversibles, plus ou moins ajustés aux attentes et aux dispositifs, en particulier entre formation et emploi. Des catégories ont été construites à l’appui de réflexions interdisciplinaires, telles que celles de transition, de cheminement long, de parcours, de carrières et bien d’autres. Dans un contexte sociétal où tout semble changer en même temps et où il est difficile de démêler les effets structurels et conjoncturels, ces avancées incitent aujourd’hui à attaquer de front la question complexe de la mobilité, qui a bien sûr été abordée mais n’a jamais fait l’objet central d’un appel à contribution des JDL. Du reste, le pluriel convient mieux. En partant des acquis de spécialistes de la mobilité sociale, peuvent être distinguées les mobilités observées classiquement et d’autres formes plus complexes et plus difficiles à reconstruire.

Lire la suite : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/jdl2012

Appel à contributions. Le marché du travail comme lieu d’évaluation des politiques de formation ?

Appel à communication dans le cadre du projet de réseau recherche « Evaluation Formation Emploi (EFE) », avec le soutien de la MSHS de Toulouse :

Nous avons le plaisir de vous inviter à communiquer sur le thème suivant : Le marché du travail comme lieu d’évaluation des politiques de formation ? Nous attendons des contributions à ce débat, pouvant s’inscrire dans un des quatre thèmes retenus: L’analyse statistique, exposé introductif de Jean François Giret (IREDU, Université de Bourgogne) Le travail d’expertise, exposé introductif de Guy Ourliac (CRM, Université de Toulouse 1 Capitole) Les cadres d’analyse théorique, exposé introductif de Jean Vincens (CRM, Université de Toulouse 1 Capitole) Les jeux d’acteurs, exposé introductif d’Eric Verdier (LEST, Université de la Méditerranée, CNRS) Cette journée se déroulera à l’Université Toulouse 1 Capitole le 9 décembre 2011. Organisée avec le soutien de la MSH de Toulouse, elle a vocation à créer un réseau de recherche sur ce thème. Les contributions devront exposer et argumenter les grandes lignes d’un point de vue sous la forme d’un texte de deux pages maximum. Elles sont attendues pour le 15 novembre 2011, au plus tard.

Lire la suite : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/actualit%C3%A9/appel+%C3%A0+communication/5440