Politique RH des entreprises : les nouveaux défis de la formation

Les Echos Conférences et l’AFPA organisent leur 1er Forum de la formation professionnelle (Politique RH des entreprises : les nouveaux défis de la formation), le mercredi 9 novembre 2011 dans les Salons Hoche à Paris :

Rendez-vous de référence et lieu de rencontre privilégié, ce Forum aura pour objectif de réunir l’ensemble des acteurs de la formation professionnelle afin de participer aux débats et d’échanger autour d’un programme original composé de sessions plénières et d’ateliers thématiques sur les nouveaux défis de la formation professionnelle.

Ces nouveaux défis sont ceux en effet qui traversent la société aujourd’hui : défi technologique pour les territoires et les branches professionnelles qui doivent anticiper les mutations industrielles sources de développement ; défi économique, social et managérial pour les entreprises qui veulent rester ou devenir compétitives, tout en engageant leur responsabilité vis-à-vis de l’environnement, des citoyens et des actifs, ce qui implique d’oser des modèles d’organisation innovants.

Lire la suite : http://www.leclub.org/cms/index.php?id=624&tx_ttnews[tt_news]=864&cHash=123

Les pratiques d’apprentissage des adultes en FOAD : effet des styles et de l’auto-apprentissage

Parution en ligne de : FRAYSSINHES Jean. Les pratiques d’apprentissage des adultes en FOAD : effet des styles et de l’auto-apprentissage. Thèse de doctorat en Sciences de l’éducation, Toulouse : Université de Toulouse II, Le Mirail, 2011 :

Dans un contexte professionnel en perpétuelle mutation, les salariés ont la nécessité de se former régulièrement, et ce quel que soit leur niveau de formation initial. Nous avons coutume de lire et d’entendre que le taux d’abandon et le taux d’échec des apprenants dans un dispositif de FOAD est supérieur à celui observé dans la formation présentielle. Ces défections ou revers peuvent être la résultante de divers facteurs dont: l’isolement de l’apprenant, un défaut d’ergonomie de l’environnement d’apprentissage (pédagogique, technologique) ou bien le manque d’autonomie de l’apprenant. Pour passer d’un système fondé sur la transmission du savoir (présentiel) à un système fondé sur l’appropriation et la création de connaissances (FOAD), il faut consentir des efforts particuliers, aussi, notre objectif est de découvrir : comment s’y prennent ceux qui vont jusqu’au bout et réussissent leur formation ? Pour répondre à cette question, nous allons investiguer les styles d’apprentissage des apprenants, qui induisent les méthodologies et stratégies d’apprentissage, ainsi que leur dimension auto-formative qui est une composante importante de la FOAD, due à l’éclatement des unités de temps, de lieu, d’action. Ainsi, nous souhaitons découvrir quels sont les styles d’apprentissage des participants d’une part, en essayant de voir quels sont ceux qui éventuellement dominent, et d’autre part, définir quelle est la capacité d’auto-apprentissage des participants dans le processus de formation ouverte et à distance. La FOAD suppose un ancrage fort dans l’humain, notamment les dimensions psycho-affectives et cognitives. Tous les participants ayant réussi leur formation, nous espérons découvrir chez eux des traits individuels, des dominantes ou constantes comportementales qui pourraient peut-être l’expliquer.

Lire la suite : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00636549/fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des hétérosexuels professionnels. Genre, sexualité et division du travail dans la pornographie française (1975-2010)

Soutenance de thèse de Mathieu Trachman le samedi 26 novembre 2011, à l’EHESS :

Cette enquête sur le travail pornographique en France depuis 1975 a pour objectif de restituer les logiques de genre et de sexualité qui sous-tendent son fonctionnement et, dans le cas de la pornographie hétérosexuelle, la division professionnelle sexuée et sexuelle du travail qui en résulte. En se situant sur un marché des fantasmes, les pornographes se distinguent des amateurs et se donnent pour tâche de mettre en images les désirs masculins. Cette constitution marchande de l’activité ne doit pas occulter l’économie sexuelle du travail pornographique : le métier permet l’acquisition d’un capital sexuel autant qu’économique; les actrices sont les biens de valeur échangés entre les pornographes. Si la pornographie se définit comme une profession masculine et hétérosexuelle, l’enquête montre que les actrices acquièrent et revendiquent les savoir-faire mobilisés dans la réalisation d’un film, et que les pornographes entretiennent un rapport ambivalent avec l’homosexualité masculine. Le travail pornographique explicite finalement les contradictions de l’hétérosexualité, mode de catégorisation qui suppose une mise en ordre des rôles sexuels des femmes et des hommes et qui n’empêche pas l’expression d’un désir homosocial.

Lire la suite : http://actualites.ehess.fr/nouvelle4669.html

L’évaluation : contextes et pratiques

Parution du n° 189, 2011/4, de la revue Actes de la recherche en sciences sociales :

Ce numéro traite des effets concrets qui résultent de la mise en œuvre des pratiques d’évaluation, en particulier des politiques publiques. La démarche consiste, plutôt qu’à livrer une critique morale et a priori, à prendre au sérieux les objectifs d’efficacité, sans oublier le point de vue de ceux auxquels les services sont dispensés. Qu’il s’agisse de réduire la file d’attente aux urgences, de traiter au plus vite les demandes des bénéficiaires de la CMU ou encore de pousser les établissements scolaires à obtenir de meilleurs résultats, ce sont toujours la « qualité du service » et l’« efficacité » qui sont invoquées, parfois en faveur des usagers les plus démunisEt on ne peut pas occulter que ces questions renvoient à celle des inégalités entre les groupes sociaux, puisque les agents les mieux dotés en capital économique peuvent toujours recourir au privé ou utiliser des passe-droits dans le public pour satisfaire leurs attentes.

Consulter le sommaire : http://www.arss.fr/sommaires/levaluation-contextes-et-pratiques/

Journée ciné travail

À l’occasion du festival À nous de voir, Filmer le travail présentera quatre courts-métrages issus du concours Filme ton travail ! 2011 :

Une journée de travail de Adrien Line
France / 2010 / 5′

Vue du chariot d’Aurélie Le Faurestier
France / 2010 / 12′

Sur la touche de Jérémie Bretin
France / 2010 / 5’45

Le geste est ce qui reste de Sébastien Seixas
France / 2010 / 4’41

Les projections auront lieu en présence de François Perlier, délégué général du festival Filmer le travail.

Lieu : Petite salle du théâtre de la Renaissance – 7 rue Orsel – 69600 OULLINS

http://filmerletravail.org/1354/journee-cine-travail-2/

 

“Entre Roubaix et Neuilly-sur-Seine, le terme « inégalités » n’a pas du tout le même sens”

“Entre Roubaix et Neuilly-sur-Seine, le terme « inégalités » n’a pas du tout le même sens.” Entretien avec Hervé Guéry du Compas. Propos recueillis par Louis Maurin. Observatoire des inégalités, 2 novembre 2011 :

Comment expliquer qu’au palmarès des inégalités on retrouve côte à côte Roubaix et Paris ?

La question de l’instrument de mesure est essentielle. L’indice de Gini est un outil performant mais qui ne tient pas compte du type de distribution des revenus sur le territoire concerné. Un même indice peut signifier une répartition très différente des revenus. Entre Roubaix et Paris, voire Neuilly-sur-Seine, il n’est pas besoin d’être un spécialiste pour comprendre que le terme « inégalités » n’a pas du tout le même sens. A Neuilly, nous avons une inégalité de revenus avec très peu (s’ils existent !) de ménages à faible niveau de vie. Les inégalités se mesurent entre ménages aisés, si l’on compare à la distribution des revenus nationale. A Roubaix, nous observons un même résultat, mais avec des niveaux de vie qui sont très faibles au regard de la situation nationale.

Lire la suite : http://www.inegalites.fr/spip.php?article1503

Sociologie de l’innovation

Parution de l’ouvrage de Gérald Gaglio, Sociologie de l’innovation, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2011, 126 p. :

Difficile de dire ce qui rassemble le microprocesseur, lhoméopathie ou les nouveaux procédés exposés chaque année au concours Lépine. A minima, leur dénominateur commun est dêtre associé au mot « innovation », à lissue dune réussite avérée ou, telle une incantation, pour la susciter. Innovation : le terme a aussi la particularité dêtre employé à foison. Les vade mecum pour apprendre à innover, les récits sans anicroches de success story, ou les articles de presse qui affublent une idée, un produit, une méthode de ce noble titre ne se comptent plus. Linnovation est ainsi reliée à des représentations sociales la plupart du temps positives. Elle est même devenue un idéal à atteindre : il faut innover et être innovant ! Pour le sociologue, linnovation cest le cheminement sinueux, incertain, allant de la confection dun objet jusquà sa diffusion massive, en passant par ses transformations ou ses déclinaisons, qui retiendra principalement lattention : linnovation est un processus que cet ouvrage décortique et explicite.

Voir la présentation sur le site de l’éditeur : http://www.puf.com/wiki/Que_sais-je:Sociologie_de_l%27innovation

Ingénieurs et Scientifiques de France : Enquête Ingénieurs 2011

Parution de la 22ème enquête Ingénieurs 2011 :

La 22ème enquête socio-professionnelle sur la situation des ingénieurs a été réalisée en mars et avril 2011 par l’Observatoire des ingénieurs d’Ingénieurs et Scientifiques de France (CNISF). Les associations d’ingénieurs diplômés ont invité leurs adhérents à répondre au questionnaire très détaillé qui leur était proposé par Internet. En complément des rubriques traditionnelles portant sur la formation, l’emploi, l’innovation, la rémunération et la motivation, les ingénieurs ont répondu en grand nombre à des questions spécifiques optionnelles. Celles-ci concernaient des sujets d’actualité tels que l’éthique de l’ingénieur, l’emploi des seniors et les effets perceptibles de la crise de 2008. Plus de 40 000 réponses ont été recueillies cette année. La diversité et la taille de la base de données ainsi constituée ont permis d’appliquer des méthodes d’analyse statistique élaborées avec l’INSEE, qui rendent les résultats et les conclusions représentatifs pour l’ensemble des 685 000 ingénieurs en activité, diplômés en France. Ont aussi collaboré à cette enquête le CEFI, Comité d’études sur les formations d’ingénieurs, et le LEST, Laboratoire d’économie et de sociologie du travail.

Lire la suite : http://www.cnisf.org/page_dyn.php?page_id=MDAwMDAwMDI4OA==

Quand les écarts de revenus furent enfin plafonnés

Publication de l’article de Jean Gadrey, “Quand les écarts de revenus furent enfin plafonnés”, La Vie des idées, 28 octobre 2011 :

En ce début de XXIIe siècle, plus personne ne conteste la nécessité de plafonner les écarts de revenus pour garantir la cohésion sociale et préserver l’environnement. Il y a un siècle, pourtant, cette idée semblait encore utopique. C’est avec la grande crise de 2008-2015, et les inégalités sans précédent qui la provoquèrent et l’accompagnèrent, que ce projet finit par s’imposer.

Lire la suite : http://www.laviedesidees.fr/Quand-les-ecarts-de-revenus-furent.html