Journée ciné travail

À l’occasion du festival À nous de voir, Filmer le travail présentera quatre courts-métrages issus du concours Filme ton travail ! 2011 :

Une journée de travail de Adrien Line
France / 2010 / 5′

Vue du chariot d’Aurélie Le Faurestier
France / 2010 / 12′

Sur la touche de Jérémie Bretin
France / 2010 / 5’45

Le geste est ce qui reste de Sébastien Seixas
France / 2010 / 4’41

Les projections auront lieu en présence de François Perlier, délégué général du festival Filmer le travail.

Lieu : Petite salle du théâtre de la Renaissance – 7 rue Orsel – 69600 OULLINS

http://filmerletravail.org/1354/journee-cine-travail-2/

 

“Entre Roubaix et Neuilly-sur-Seine, le terme « inégalités » n’a pas du tout le même sens”

“Entre Roubaix et Neuilly-sur-Seine, le terme « inégalités » n’a pas du tout le même sens.” Entretien avec Hervé Guéry du Compas. Propos recueillis par Louis Maurin. Observatoire des inégalités, 2 novembre 2011 :

Comment expliquer qu’au palmarès des inégalités on retrouve côte à côte Roubaix et Paris ?

La question de l’instrument de mesure est essentielle. L’indice de Gini est un outil performant mais qui ne tient pas compte du type de distribution des revenus sur le territoire concerné. Un même indice peut signifier une répartition très différente des revenus. Entre Roubaix et Paris, voire Neuilly-sur-Seine, il n’est pas besoin d’être un spécialiste pour comprendre que le terme « inégalités » n’a pas du tout le même sens. A Neuilly, nous avons une inégalité de revenus avec très peu (s’ils existent !) de ménages à faible niveau de vie. Les inégalités se mesurent entre ménages aisés, si l’on compare à la distribution des revenus nationale. A Roubaix, nous observons un même résultat, mais avec des niveaux de vie qui sont très faibles au regard de la situation nationale.

Lire la suite : http://www.inegalites.fr/spip.php?article1503

Sociologie de l’innovation

Parution de l’ouvrage de Gérald Gaglio, Sociologie de l’innovation, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2011, 126 p. :

Difficile de dire ce qui rassemble le microprocesseur, lhoméopathie ou les nouveaux procédés exposés chaque année au concours Lépine. A minima, leur dénominateur commun est dêtre associé au mot « innovation », à lissue dune réussite avérée ou, telle une incantation, pour la susciter. Innovation : le terme a aussi la particularité dêtre employé à foison. Les vade mecum pour apprendre à innover, les récits sans anicroches de success story, ou les articles de presse qui affublent une idée, un produit, une méthode de ce noble titre ne se comptent plus. Linnovation est ainsi reliée à des représentations sociales la plupart du temps positives. Elle est même devenue un idéal à atteindre : il faut innover et être innovant ! Pour le sociologue, linnovation cest le cheminement sinueux, incertain, allant de la confection dun objet jusquà sa diffusion massive, en passant par ses transformations ou ses déclinaisons, qui retiendra principalement lattention : linnovation est un processus que cet ouvrage décortique et explicite.

Voir la présentation sur le site de l’éditeur : http://www.puf.com/wiki/Que_sais-je:Sociologie_de_l%27innovation

Ingénieurs et Scientifiques de France : Enquête Ingénieurs 2011

Parution de la 22ème enquête Ingénieurs 2011 :

La 22ème enquête socio-professionnelle sur la situation des ingénieurs a été réalisée en mars et avril 2011 par l’Observatoire des ingénieurs d’Ingénieurs et Scientifiques de France (CNISF). Les associations d’ingénieurs diplômés ont invité leurs adhérents à répondre au questionnaire très détaillé qui leur était proposé par Internet. En complément des rubriques traditionnelles portant sur la formation, l’emploi, l’innovation, la rémunération et la motivation, les ingénieurs ont répondu en grand nombre à des questions spécifiques optionnelles. Celles-ci concernaient des sujets d’actualité tels que l’éthique de l’ingénieur, l’emploi des seniors et les effets perceptibles de la crise de 2008. Plus de 40 000 réponses ont été recueillies cette année. La diversité et la taille de la base de données ainsi constituée ont permis d’appliquer des méthodes d’analyse statistique élaborées avec l’INSEE, qui rendent les résultats et les conclusions représentatifs pour l’ensemble des 685 000 ingénieurs en activité, diplômés en France. Ont aussi collaboré à cette enquête le CEFI, Comité d’études sur les formations d’ingénieurs, et le LEST, Laboratoire d’économie et de sociologie du travail.

Lire la suite : http://www.cnisf.org/page_dyn.php?page_id=MDAwMDAwMDI4OA==

Quand les écarts de revenus furent enfin plafonnés

Publication de l’article de Jean Gadrey, “Quand les écarts de revenus furent enfin plafonnés”, La Vie des idées, 28 octobre 2011 :

En ce début de XXIIe siècle, plus personne ne conteste la nécessité de plafonner les écarts de revenus pour garantir la cohésion sociale et préserver l’environnement. Il y a un siècle, pourtant, cette idée semblait encore utopique. C’est avec la grande crise de 2008-2015, et les inégalités sans précédent qui la provoquèrent et l’accompagnèrent, que ce projet finit par s’imposer.

Lire la suite : http://www.laviedesidees.fr/Quand-les-ecarts-de-revenus-furent.html

Space, social justice and the right to the city

Conférence de David Harvey, 21 novembre 2011, Université Paris Ouest Nanterre

La conférence se tiendra en anglais et sera ponctuée de temps de traduction.

Conférence organisée avec l’aide de l’Ecole doctorale 395 « Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent », l’UMR LAVUE 7218 et l’EA 375 GECKO.

 A noter : A la prochaine séance du séminaire  “Les conceptions contemporaines de la domination”, mardi 8 novembre 2011, Thierry Labica présentera une communication consacrée à David Harvey intitulée : «David Harvey : sur la ‘restauration du pouvoir de classe’, entre domination et exploitation.”

Date: Lundi 21 novembre 2011, 14h à 17h

Sourcehttp://sophiapol.hypotheses.org/5840

Le corps au service des psychismes et des identités

Séance du séminaire “Corps et sciences sociales“, MSH Paris Nord et PRI, le vendredi 4 novembre 2011 de 10h à 13h :

 Ce séminaire vise à rendre raison de la floraison saisissante depuis le milieu des années 90 en histoire, sociologie, anthropologie, science politique, d’ouvrages consacrés aux questions du corps, de la santé, de l’administration du vivant. Elle incite à inventorier, par delà singularités apparentes et spécificités disciplinaires, les pensés et impensés communs à cette humeur du temps si soucieuse du destin du corps et du biologique. Ce séminaire se tient sous l’égide conjointe de la MSH-Paris Nord et du PRI « Médecine, santé et sciences sociales » de la Fondation MSH-Paris et est intégré dans deux masters de l’EHESS.

Débat animé par Laurence Brunet Stéphanie Hennette-Vauchez

Invité(s) : Irène Théry Dominique Memmi Lieu(x) MSH Paris, 105 bd Raspail, 75006, salle 4

http://www.mshparisnord.fr/fr/actualites/manifestations-scientifiques/item/978-l-corps-r-et-sciences-sociales.html

Les partenariats de recherche : dossier thématique de la revue SociologieS

Dossier préparé par Anne Gillet et Diane-Gabrielle Tremblay. 

Sommaire : 

Travail et organisations dans les secteurs public et privé : différences et convergences

Appel à articles pour le dossier thématique du deuxième numéro de la Nouvelle revue du travail :

Les transformations du capitalisme français au cours des trois dernières décennies se sont traduites, entre autres, par des privatisations qui ont fait basculer dans le secteur privé des activités entières (assurance, banque, énergie, transport, télécommunication, etc.) : appartenant dorénavant à des groupes privés, les entreprises de ces secteurs sont soumises à leurs objectifs tout en étant de plus en plus exposées à la concurrence nationale et internationale. Par ailleurs, contraintes à faire preuve de compétitivité, les administrations et les dernières entreprises publiques ont vu progressivement se transformer leurs objectifs et évoluer leurs modes de gestion et d’organisation du travail. Sous prétexte d’accroître l’efficacité économique de ces institutions, leurs agents et salariés sont désormais confrontés à des logiques empruntant largement au secteur privé. Partant de là, on peut se demander si les caractéristiques et missions originelles du service public (solidarité, gratuité, accès au plus grand nombre, qualité du service, proximité, etc.) ne sont pas remises en question par l’importation inédite de pratiques commerciales, gestionnaires et managériales (y compris sous couvert de démarches telles que la promotion des droits des usagers).

Deadline : 15 novembre 2011

Lire la suite : http://nrt.hypotheses.org/113#more-113