Enseigner en prison : le paradoxe de la liberté pédagogique dans un univers clos

Parution de l’ouvrage de Michel Febrer, Enseigner en prison, Le paradoxe de la liberté pédagogique dans un univers clos, Paris, L’Harmattan, coll. « Savoir et Formation », 2011, 344 p. ISBN : 978-2-296-55522-8.

Les conditions d’exercice de l’enseignement en prison témoignent d’une spécificité pénitentiaire en matière d’enseignement et contribuent à l’émergence de l’idée paradoxale de liberté pédagogique dans un univers clos. Non-maîtrise du temps, flux permanent d’entrants et de sortants sont autant de traits qui caractérisent l’enseignement en prison. Pourquoi ne pas envisager celui-ci comme un défi pédagogique singulier et comme un possible laboratoire d’analyse pour la pédagogie ?

Voir la présentation sur le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=35018

Catégories et représentations de classes des groupes sociaux au Nord et au Sud

Appel à communication pour la Quatrième journée d’étude de l’AJPB : Le travail politique des entrepreneurs d’identité :

Dans les pays du Nord, les sociétés structurées par des représentations de classe fortes connaissent au moins un effritement, sinon une reconfiguration en profondeur des catégories utilisées pour délimiter des groupes sociaux de classe au cours du xx esiècle. Tant la flexibilisation du marché du travail que la transformation des organisations politiques et sociales ou les évolutions des travaux statistiques,font que les représentations de classe structurent moins qu’auparavant le champ politique (Dubet, 1987; Castel, 1995; Muchielli, 1999; Dubar, 2000; Michelat, Simon,2004; Mauger, 2006; Pierru, Spire, 2008).

La catégorie de classe connaît également un reflux important dans le champ académique, face à un certain nombre de paradigmes qui ont postulé : la fin du mouvement ouvrier et du salariat comme sujet politique au profit des Nouveaux Mouvements Sociaux (Touraine et al.,1984) ; la fin de la prééminence de la catégorie de classe au profit d’autres déterminants identitaires (le genre, la génération, l’appartenance ethnique, territoriale, etc.) ; la nécessité de renouveler les analyses du monde social, selon des modalités différentes chez les courants postmodernes ou les partisans du linguistic turn, à l’opposé d’une analyse centrée sur les structures sociales. Ainsi, à partir des années 1990, nombreux sont ceux qui prônent l’abandon d’analyses en termes de classe.

Lire la suite : http://calenda.revues.org/nouvelle21136.html

 

Le mouvement d’orientation professionnelle en France. Entre l’école et le marché du travail (1900-1940). Aux origines de la profession de conseiller d’orientation

MARTIN Jérôme. Le mouvement d’orientation professionnelle en France. Entre l’école et le marché du travail (1900-1940). Aux origines de la profession de conseiller d’orientation. Thèse de doctorat en Histoire, civilisations, art (mondes modernes et contemporains), Université Paris Sorbonne, 2011 :

Entre les années 1900 et les années 1940, la notion d’orientation professionnelle est construite à la confluence de trois champs : des patronages et des associations laïcs se préoccupent du placement des adolescents à la fin de l’école primaire ; des responsables éducatifs s’inquiètent de nombre limité d’apprentis ; enfin, les premiers psychologues proposent l’utilisation de tests pour l’affectation de la main-d’œuvre. Les années 1920 sont marquées par la création de nombreux offices. Soutenu par des milieux sociaux et professionnels très différents, le mouvement d’orientation professionnelle se professionnalise progressivement, en partie grâce à la création de l’Institut national d’orientation professionnelle (INOP) et d’associations professionnelles. Les années 1930 constituent un tournant. La montée du chômage et les besoins en main-d’œuvre qualifiée nécessitent une réorganisation du dispositif.

http://www.inrp.fr/vst/Recherches/DetailThese.php?these=1290

 

Quels responsables / entrepreneurs / leaders agricoles et ruraux pour quel développement local ?

Appel à communication organisé par la Société Française d’Economie Rurale, le LARESS, Ecole Supérieure d’Agriculture, PRES LUNAM, le LER, Laboratoire d’Études Rurales, Lyon II et le Réseau Thématique « Sociologie des élites » de l’Association Française de sociologie pour le colloque « The role of entrepreneurs, farming leaders and rural politicians in local development » les 11 et 12 juillet 2012 :

Le présent appel à communiquer se donne pour but d’inviter au débat les chercheurs en sciences sociales intéressés à l’observation des acteurs dont les initiatives, le pilotage et la coordination d’actions locales contribuent au développement agricole et rural. Les figures du notable, intermédiaire obligé entre les sociétés paysannes et la société englobante, caractéristiques du 19e siècle, ou celles des propagateurs du progrès technique et du développement économique de l’agriculture encadré par le syndicalisme au 20e siècle sont-elles toujours d’actualité ou en voie de recomposition ? Voit-on apparaître de nouveaux acteurs du développement local ? Malgré la faiblesse numérique de leur population, les territoires ruraux, aux dynamiques démographiques et économiques contrastées et dans une relation de dépendance plus ou moins forte aux impulsions urbaines, sont confrontés à la nécessité de leur propre dynamisation et organisation, en prenant en compte l’impact local des politiques sectorielles, les capacités d’actions collectives de groupes sociaux présents sur le territoire, l’affirmation collective de biens communs locaux, etc… La question des leaders ou « élites » offre en effet l’intérêt de sortir la question du développement rural de l’opposition factice villes-campagnes, les notables ruraux poursuivant la pratique, héritée des siècles précédents, de la double, voire de la triple résidence : entre « château », capitale provinciale et séjours à Paris, ils sont à la fois de la ville et de la campagne et cumulent fréquemment des appartenances locales ou régionales multiples.

Lire la suite : http://calenda.revues.org/nouvelle21217.html

Les 19e Journées du Longitudinal

Appel à contribution à l’occasion des 19è journées du longitudinal, autour des : « mobilités et les changements de catégories. Portées et limites des données longitudinales ».

De nombreuses recherches ont déjà démontré l’apport des données longitudinales pour déchiffrer le passage d’un état à un autre, et signaler des états transitoires, précaires ou durables, plus ou moins réversibles, plus ou moins ajustés aux attentes et aux dispositifs, en particulier entre formation et emploi. Des catégories ont été construites à l’appui de réflexions interdisciplinaires, telles que celles de transition, de cheminement long, de parcours, de carrières et bien d’autres. Dans un contexte sociétal où tout semble changer en même temps et où il est difficile de démêler les effets structurels et conjoncturels, ces avancées incitent aujourd’hui à attaquer de front la question complexe de la mobilité, qui a bien sûr été abordée mais n’a jamais fait l’objet central d’un appel à contribution des JDL. Du reste, le pluriel convient mieux. En partant des acquis de spécialistes de la mobilité sociale, peuvent être distinguées les mobilités observées classiquement et d’autres formes plus complexes et plus difficiles à reconstruire.

Lire la suite : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/jdl2012

Appel à contributions. Le marché du travail comme lieu d’évaluation des politiques de formation ?

Appel à communication dans le cadre du projet de réseau recherche « Evaluation Formation Emploi (EFE) », avec le soutien de la MSHS de Toulouse :

Nous avons le plaisir de vous inviter à communiquer sur le thème suivant : Le marché du travail comme lieu d’évaluation des politiques de formation ? Nous attendons des contributions à ce débat, pouvant s’inscrire dans un des quatre thèmes retenus: L’analyse statistique, exposé introductif de Jean François Giret (IREDU, Université de Bourgogne) Le travail d’expertise, exposé introductif de Guy Ourliac (CRM, Université de Toulouse 1 Capitole) Les cadres d’analyse théorique, exposé introductif de Jean Vincens (CRM, Université de Toulouse 1 Capitole) Les jeux d’acteurs, exposé introductif d’Eric Verdier (LEST, Université de la Méditerranée, CNRS) Cette journée se déroulera à l’Université Toulouse 1 Capitole le 9 décembre 2011. Organisée avec le soutien de la MSH de Toulouse, elle a vocation à créer un réseau de recherche sur ce thème. Les contributions devront exposer et argumenter les grandes lignes d’un point de vue sous la forme d’un texte de deux pages maximum. Elles sont attendues pour le 15 novembre 2011, au plus tard.

Lire la suite : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/actualit%C3%A9/appel+%C3%A0+communication/5440

Trajectoires de recherche, cheminements théoriques. Quand le genre et le travail viennent aux chercheur-e-s (2011-2012)

Séminaire public organisé par l’équipe GTM du Cresppa (UMR 2717, CNRS, Paris 8) :

Les trente dernières années ont vu se développer et s’institutionnaliser les objets de recherche qui sont au cœur des activités de l’équipe « Genre, Travail, Mobilités » issue de l’association des laboratoires GEDISST* (créé en 1979) et d’une partie du GST** (créé en 1970), auxquels s’est adjoint, plus récemment, le Centre d’Études féminines de Paris 8 (créé en 1978). Sociologie du travail et étude du genre font la matière de ces objets de recherche : indépendamment l’une de l’autre ou au contraire construites comme inévitablement liées l’une à l’autre. Le séminaire public de GTM pour l’année 2011-2012 sera consacré aux parcours de chercheur·e·s qui ont marqué ces objets, en les invitant à revenir sur les années écoulées. Discours réflexif et explicitation des cadres institutionnels et intellectuels dans lesquels il et elles ont travaillé permettront de faire le point sur les catégories mobilisées au cours de leurs recherches, en fonction des époques et des rencontres au long des années. De telles généalogies seront l’occasion de dessiner des pistes de réflexion pour l’avenir des concepts, et de leurs enquêtes.

Lire la suite et consulter le programme des séances : http://calenda.revues.org/nouvelle21097.html

La fabrique des managers : identités et rapports aux savoirs

CRISTOL Denis. La fabrique des managers : identités et rapports aux savoirs. Thèse de doctorat en sciences de l’éducation, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2010 :

Cette thèse a pour objet d’explorer la fabrique des managers, en tant qu’expérience sociologique. La méthode d’investigation s’appuie sur les récits de vie et de formation de 39 managers et sur une étude en ligne auprès de 563 managers et s’inscrit dans les perspectives macro, méso et micro (A).Cette fabrique se situe dans le contexte d’une managérialisation qui affecte l’ensemble des rapports sociaux. Au cours de ces changements de repères, la « figure » des managers tend à s’idéaliser, se préciser et vient concurrencer la figure française des cadres. Les modalités de fabrique des managers sont examinées au regard de leur éducation, de leur développement par la carrière, par apprentissages organisationnels et par la formation continue. Ces différentes modalités sont insuffisantes pour expliquer le développement des compétences humaines requises par la fonction de manager. C’est essentiellement par des apprentissages informels en situation que les managers développent des pratiques autodidactes et apprennent leur « métier » (B).Les processus, soulignés dans la thèse, relèvent de la fabrique socio-anthropologique, statutaire et rituelle, relationnelle, sociale, bio-historique, axiologique, sociocognitive, identitaire et émotionnelle (C). La thèse étaye l’idée d’un manager qui émerge de processus de maturation plutôt que d’un manager inné, exclusivement doué de capacités singulières. La contribution principale est la mise en évidence des liens entre rapport aux savoirs et identités pour les trajectoires variés de managers issus de l’enseignement supérieur de la formation continue, de formation en alternance ou de la Validation des Acquis de l’Expérience (D).

http://www.inrp.fr/vst/Recherches/DetailThese.php?these=1288

Hybrid Identities: An interdisciplinary vision of social mobility

Colloque international organisé du 16 au 18 novembre 2011 à Lleida (Espagne) :

Twelve research groups will meet at the Universitat de Lleida to study the main historical, linguistic, sociological and anthropological axes that define individual and collective identity. This, in turn, will facilitate an analysis of the exchanges, relationships and interactions that characterize our lives. With this in mind, every year, the IRIS organizes an international meeting to bring together the leading specialists in different academic areas to explore such subjects as hybridisation, socio-cultural interaction, migratory movements, gender politics and all these phenomena, observing them from an interdisciplinary, diachronic and geographically diverse perspective. Literature, History, Anthropology and Philosophy can provide a wide range of insights, explanations and conceptual analyses that will allow us to improve our understanding of such contemporary phenomena as the new role of women in society, virtual networks, migration, and new political movements.

Lire la suite : http://calenda.revues.org/nouvelle21043.html