Le développement de l’implication organisationnelle par la formation en alternance, un impact durable sur le turnover dans le monde des services

Parution de l’article d’Antoine Pennaforte. « Le développement de l’implication organisationnelle par la formation en alternance, un impact durable sur le turnover dans le monde des services ». In @GRH, 1/2011, n°1, p. 39-72.

Art de converser chez les platoniciens, mouvement raisonné de l’être, de l’objet, de l’histoire, la dialectique diffuse, avec les penseurs de l’époque industrielle, un intérêt pour la relation raisonnée entre deux éléments. Penser et agir, agir avec raison, bel idéal comportemental ? Non. L’action raisonnée prend sens dans la vie de l’homme, notamment dans son rapport à l’organisation. L’individu peut s’inscrire dans une relation dialectique – rapport raisonné et équilibré entre l’individu et l’organisation –, où les intérêts d’agir pour l’un et l’autre seraient raisonnés. 2 En présence d’un aléa organisationnel récurrent, la quête d’une relation dialectique durable entre l’individu et l’organisation s’impose. Au fil de ce papier qui investit le terrain des exploitations de Veolia Transport, le problème organisationnel observé est le turnover, attitude consciente et délibérée de quitter l’organisation (Tett et Meyer, 1993 ; Egan et al., 2004). Il est ici combattu par une stratégie de développement des compétences, dont le fer de lance demeure la formation en alternance, modalité de formation susceptible d’agir favorablement sur le lien individu-organisation. (…)

Lire la suite : https://www.cairn.info/revue-@grh-2011-1-page-39.htm

 

Droit et régulations des activités économiques : perspectives sociologiques et institutionnalistes

Parution de l’ouvrage de Christian BESSY, Thierry DELPEUCH, Jérôme PÉLISSE (coord.). Droit et régulations des activités économiques : perspectives sociologiques et institutionnalistes, Paris : L.G.D.J. Lextenso éditions, 2011. Coll. Droit et Société.

La crise financière et économique mondiale de la fin des années 2000 a reposé avec acuité la question de la régulation des activités économiques. Une idée s’est imposée alors avec force selon laquelle seul le volontarisme politique, par l’intermédiaire de réformes juridiques encadrant les marchés et les comportements économiques, y mettrait fin. Cependant, les réflexions sur la place du droit par rapport aux activités économiques présupposent le plus souvent un rapport d’extériorité entre droit et économie, que cet ouvrage se propose d’interroger. Les contributions qu’il réunit visent à éclairer les mécanismes par lesquels le droit contribue à réguler les activités économiques mais aussi, inversement, à comprendre la manière dont les activités économiques, et les organisations qui les portent, configurent tout autant le droit qu’elles sont configurées par lui. S’appuyant sur des travaux sociologiques et des approches institutionnalistes en économie, principalement américains et français, qu’il cherche à faire dialoguer, ce livre élabore et illustre un modèle dynamique rendant compte du processus d’endogénéisation du droit dans les activités économiques. Dans de tels processus d’apprentissage, les « intermédiaires du droit » jouent un rôle clé dans la mesure où ils assurent la continuité entre la légalité formelle et différents autres registres normatifs, et construisent les supports, dispositifs et équipements juridiques de l’action économique. Retrouvant une approche par les instruments de l’action publique développée aussi bien par l’économie des conventions, que dans une veine foucaldienne travaillée par les politistes et les sociologues du droit, l’ouvrage analyse ainsi les dimensions instrumentées, instrumentales et éventuellement instrumentalisées des régulations juridiques de l’action économique.

Les coordinateurs : Christian BESSY, Thierry DELPEUCH, Jérôme PÉLISSE.

Les auteurs : Antoine BERNARD DE RAYMOND, Christian BESSY, Ulrik BRANDES, Francis CHATEAURAYNAUD, Ève CHIAPELLO, Thierry DELPEUCH, Claude DIDRY, Lauren B. EDELMAN, Olivier FAVEREAU, Thierry KIRAT, Emmanuel LAZEGA, Marc LENGLET, Frédéric MARTY, Karim MEDJAD, Sabine MONTAGNE, Lise MOUNIER, Jérôme PÉLISSE, Alessandro STANZIANI, Robin STRYKER, Mark C. SUCHMAN, Didier TORNY, Margarita VASSILEVA, Caroline VINCENSINI.

http://www.idhe.cnrs.fr/spip.php?article292

Que peut apporter Marx pour faire société au XXIe siècle ?

Débat organisé par l’Association des journalistes économiques et financiers (Ajef) en partenariat avec le Cnam et le lycée Louis-le-Grand le 9 novembre 2011 à 20h.

Avec Etienne Balibar, professeur émérite au département de philosophie de l’Université Paris Ouest-Nanterre La Défense et Franck Fischbach, chercheur rattaché au Centre de recherches sur l’histoire des idées, Université de Nice-Sophia Antipolis.

  • Programme détaillé sur www.cnam.fr/amphis-ajef
  • Tout public
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles
  • Contact : Alain Vernholes, 01 34 51 83 71

Écrire et mettre en scène le monde du travail

Stage organisé par l’association Mémoires du travail les 8 et 9 décembre 2011 au CRDP de Lille.

L’objectif de ces deux jours est, à un moment où plusieurs romans sur le monde du travail connaissent un grand succès éditorial d’évoquer en présence d’écrivains, éditeurs, libraires, universitaires, le lien entre le monde du travail et la littérature, et de comprendre la démarche des auteurs qui choisissent d’écrire sur le monde du travail. L’inscription est gratuite et ouverte à tous.

Lire la suite : http://calenda.revues.org/nouvelle21566.html

Migrations sous contrôle. Agriculture intensive et saisonniers marocains sous contrat ‘OMI’

Soutenance de thèse de Frédéric Décosse, EHESS, le 1er décembre 2011, à 13h :

Cette recherche porte sur la condition des ouvriers agricoles marocains sous contrat saisonnier de l’Office des Migrations Internationales. La méthodologie retenue croise entretiens semi-directifs, travail d’archive et observation participante au sein du Collectif de défense des travailleurs agricoles saisonniers. La thèse est traversée par une question centrale : en quoi la saisonnalité de l’emploi et du séjour de la main-d’oeuvre étrangère OMI, parce qu’elle allie précarité statutaire et contrôle de sa mobilité, garantit sa sujétion et sépare strictement les espaces-temps de la production et de la reproduction de sa force de travail?

La condition ouvrière OMI est appréhendée à travers 3 axes principaux : le système migratoire saisonnier, saisi notamment dans sa dimension sociohistorique (origine coloniale et évolutions de l’utilitarisme migratoire en agriculture); les mobilisations contre le statut et les aménagements règlementaires mis en place par l’Etat pour brider le droit de fuite des travailleurs migrants; la santé des saisonniers étrangers, qui se construit “malgré tout” entre invisibilisation, externalisation et résistances.

Cette thèse constitue en fait une réflexion sur les migrations contrôlées et les limites de ce contrôle.  Elle montre en quoi l’agriculture intensive du Sud de la France est dépendante d’une main-d’oeuvre dont la limitation du droit au séjour à un contrat de travail temporaire garantit tendanciellement l’ineffectivité de ses droits. Elle souligne également que cette condition de salariés infériorisés est susceptible d’être marginalement contestée par les saisonniers lors d’actions collectives ponctuelles et contingentes. elle appréhende enfin la santé comme le produit d’un rapport de forces dont l’enjeu est la séparation de la production et de la reproduction de la force de travail migrante.  Cette recherche vise donc à enrichir la réflexion sur les phénomènes migratoires en cherchant à dépasser le binôme “légalité/illégalité” et en privilégiant notamment la thématique du contrôle. Elle apporte des éléments nouveaux pour analyser l’articulation entre le fait colonial et les migrations postcoloniales et documente des luttes de l’immigration jusqu’alors non étudiées. Elle régénère enfin les analyses sur la santé au travail en déplaçant le regard vers la santé du travailleur.

http://actualites.ehess.fr/nouvelle4689.html

Pesticides et santé des travailleurs agricoles : construire et déconstruire les normes

Journée d’études organisée par Nathalie Jas et Christian Nicourt  (Unité RiTME, INRA) et Sonia  Grimbuhler (Equipe « Risques Chimiques, CEMAGREF) :

Ce séminaire est la premier d’une série dont l’objectif est de réunir et faire interagir des chercheurs et des professionnels de différents horizons travaillant sur les effets sur la santé des travailleurs agricoles des pesticides auxquels ils peuvent être exposés. Cette première journée est construite autour de la thématique des « normes ». Nous proposons d’interroger les normes juridiques, les normes techniques et les normes sociales à l’œuvre dans la gestion des effets des pesticides sur la santé des travailleurs agricoles. Il s’agit tout à la fois de regarder comment ces normes sont construites et mises œuvre et de déconstruire les discours et les logiques qui les portent. A quels objectifs ces normes répondent-elles ? Comment fonctionnent-elles ? Comment sont-elles produites et transformées ? Avec quelles conséquences ? Comment les étudier ? Ce faisant, il s’agit de caractériser ces normes variées, et de questionner les manières dont elles contribuent à organiser la protection de la santé des travailleurs agricoles ou, au contraire, à la mise en place et l’entretien de phénomènes d’invisibilisation, d’occultation ou de déni des problèmes de santé au travail posés par les pesticides.

Lire la suite : http://calenda.revues.org/nouvelle21479.html

2 jours d’échanges et d’études sur le décrochage à l’Université les 5 et 6 décembre prochains

L’Université de Poitiers et le Cnam Poitou-Charentes, proposent, dans le cadre de l’appel à projet du Haut Commissariat à la Jeunesse, plusieurs journées d’études et d’échanges autour de la question du décrochage à l’Université.

 Etat de l’art et retours d’expériences avec la présentation d’initiatives menées sur le territoire national et l’éclairage d’experts. Réflexions croisées sur les trajectoires des jeunes et le rôle des équipes enseignantes. Quels sont les leviers pour aider, accompagner, soutenir ?

Animation Cnam : Catherine Skiredj-Hahn

Entrée libre, Inscription obligatoire pour chaque journée par mail à : entreprise@cnam-poitou-charentes.fr

 

Programme :

  • Lundi 5 décembre

9h30 : Accueil des participants

10h00 – 11h45 : Présentation du Dispositif d’Accompagnement et de Formation Personnalisés (Dafop) : Du Dafop à un accompagnement global – Université Paris Ouest Nanterre.

Les modalités de repérage et les filières volontaires, la description du dispositif conçu en 3 étapes, les partenariats, les écueils et les types de difficultés rencontrées ayant donné lieu à des réaménagements, le constat aujourd’hui. Avec  Anne Gaël BILHAULT, Chef de projet DAFOP CREFOP (Centre des Relations avec les Entreprises et de la Formation Permanente)

11h45-12h30 : Débat avec la salle

14h – 16h00 : Présentation croisée d’une expérimentation menée en Languedoc Roussillon par les acteurs concernés (programme en cours de finalisation). Avec Anne Rillot, Cnam Languedoc Roussillon, M. Abouitman, Directeur Adjoint Mission Locale de Montpellier, et une étudiante ayant bénéficié du dispositif

16h00-17h00 : Débat avec la salle

  •  Mardi 6 décembre

Cette journée a pour objet de permettre à chaque participant de réinterroger les constats et expériences relatées à l’aune de ses propres pratiques pour dégager des axes de pérennisation des expérimentations.

9h30 – 12h30 : des travaux de production sous formes d’ateliers mise en commun et formalisation des apports des journées.

14h-17h : groupe d’analyse de pratiques et recherche de solutions. Avec Denis Robin /Sylvie Dieumegard duo d’intervenants spécialisés en analyse de pratique auprès du secteur éducatif, social et médical.

Lieu : Maison des sciences de l’homme et de la société – bâtiment A5 – campus de Poitiers – 5 rue Théodore Lefebvre

Sourcehttp://www.cnam-poitou-charentes.fr

 

 

 

 

Travail et politique : le travail comme expérience-limite et sa réfutation par le suicide

Exposé public de Sidi Mohammed Barkat, organisé par le Centre de Recherche sur le Travail et le Développement (CRTD – EA 4132), le 17 novembre 2011, 9h30-11h30, 41 rue Gay Lussac 75005 Paris :

Jusqu’à la fin des années 1970, le désir d’activité a permis aux hommes de libérer des relations de vie dans le travail contenues par la logique de la maîtrise. Ils ont pu faire dériver le travail, en le faisant glisser au-delà des divisions et des cloisonnements à partir desquels s’élabore le programme de l’organisation. Depuis, l’activité est refoulée selon des modalités remarquables mettant en scène son accomplissement supposé. L’ingéniosité du dispositif ainsi mis en place conduit à la capture inouïe des corps par une organisation du travail qui se les représente comme une réserve inépuisable. C’est dans ce contexte, où le travail est devenu une expérience-limite, que le suicide s’impose parfois comme l’expression inattendue et paradoxale d’un irréductible.

Télécharger le flyer : Travail et politique