Les paradoxes de l’intensité affective dans l’autoconfrontation

BONNEMAIN Antoine. Les paradoxes de l’intensité affective dans l’autoconfrontation : l’exemple de l’activité dialogique des chefs d’équipe de la propreté de Paris.

Thèse de doctorat en Psychologie du travail, sous la dir. d’Yves Clot, Cnam, 2015

Ce travail de thèse prend sa source à partir d’une intervention réalisée auprès d’un collectif de chefs d’équipe des éboueurs de la Ville de Paris, et prend pour objet le rôle et la fonction des affects dans le développement de leur activité dialogique en autoconfrontation croisée. Nous cherchons à expliquer la manière dont les affects peuvent constituer une ressource pour le développement du dialogue au sein de ce collectif.Cet objet de recherche nous amène à proposer un modèle développemental de l’activité, dans lequel l’affect joue un rôle moteur. Ce modèle propose de concevoir l’activité comme une triade vivante (sujet/objet/autrui) traversée de deux conflits développementaux. (…)

Télécharger la thèse : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01344642



Citer ce billet
Rédaction (2016, 15 juillet). Les paradoxes de l’intensité affective dans l’autoconfrontation. Travail et formation. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uwob