Territoires apprenants : à quelles conditions ?

Dans le cadre des Jeudis de l’AFREF

Le jeudi 19 octobre 2017 à Paris

« L’apprendre » est aujourd’hui reconnu comme un moteur déterminant de développement. Les individus lui doivent leur employabilité, les entreprises y détectent un avantage concurrentiel voire de résolution de problème. Les collectivités y décèlent un atout majeur pour le développement collectif et « le vivre ensemble ». La société de la connaissance et des savoirs devient une société apprenante. Aujourd’hui, l’organisation cesse d’être une organisation « enseignante ». Elle est supposée contenir, faciliter, accompagner, faire advenir des réponses inédites dont elle garantit la mise en oeuvre.

Dans ce mouvement, chacun des participants qui la compose est alors individuellement et collectivement appelé à devenir acteur, auteur et simultanément, sujet apprenant. Dans le même temps que se réalisent les apprentissages, une intelligence collective s’élabore qui autorise les transformations et les « dépassements de limites ».

Belle perspective de renversement de paradigme qui pose cependant les questions de « territoires », de reconnaissances réciproques, de légitimités, de contenance et d’engagements dans des écosystèmes et des environnements complexes.

L’analyse d’expérimentations et de projets en cours sur de nombreux « territoires », devrait nous permettre d’y voir plus clair et de donner corps à ce qui apparait comme une dynamique d’apprenance individuelle et collective, incontournable au regard des défis auxquels nous sommes confrontés.

En savoir plus : http://fr.afref.org/index.php/8-home/212-jeudi-de-l-afref-du-19-octobre-2017-territoires-apprenants-a-quelles-conditions