À l’hôpital, ces soignants qui préparent nos morts pour leur dernier voyage

PHAM QUANG Long. The Conversation [en ligne], nov. 2017

Parler de la mort, des morts et de ceux qui en prennent soin dérange. Plus encore dans un centre hospitalier, où le décès d’un patient est souvent assimilé, dans l’esprit des soignants, à un échec de la médecine. Ainsi, « agent de chambre mortuaire » n’est devenu une profession à part entière qu’en 2009 – il s’agit sans doute du dernier métier à avoir été réglementé à l’hôpital. Cette fonction, pourtant, est essentielle pour les proches, tant la manière dont les morts sont traités dit aussi le respect des vivants.

Chercheur au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), j’ai observé pendant cinq années les agents de quatre chambres mortuaires dans des hôpitaux parisiens. Spécialisé dans le domaine de la formation, je me suis attaché à la manière dont les agents expérimentés transmettent aux novices un savoir-faire aussi singulier. J’ai enregistré une cinquantaine d’heures d’échanges, en situation réelle, au sein de binômes composés d’un tuteur et de son collègue plus jeune. (…)

Lire la suite : https://theconversation.com/a-lhopital-ces-soignants-qui-preparent-nos-morts-pour-leur-dernier-voyage-76540

Long PHAM QUANG est membre du CRF