Parution : De l’agir au travail

Un livre de Michel Jouanneaux. Avec des contributions d’Yves Schwartz (prés.), et Yves Clot (postface). Toulouse : Octarès, 2011, 328 p. Coll. Travail & activité humaine.

Les réflexions qui ont inspiré cet ouvrage sont le tissu vivant d’une expérience, elles ont progressé dans le temps long de l’exercice d’un métier exigeant, celui de pilote de ligne, que l’auteur a exercé pendant trente cinq ans. Elles sont constituées d’une dialectique entre l’agir et la réflexion sur l’agir, ce mouvement récurrent du quotidien d’une activité, qui fait alterner chaque événement vécu et le besoin d’en formaliser les acquis, dans le but de mieux vivre la situation à venir.
Les développements nécessaires pour rendre compte de cette expérience s’inspirent bien sûr de différentes raisons théoriques qui parlent de l’activité humaine. Ils mobilisent les concepts habituels, comme l’action, la pensée ou la conscience, mais dans des relations nouvelles qui, en retour, modifient sensiblement leur contenu. C’est à la mise en évidence de ces relations, dans les actes de travail et de la vie quotidienne, qu’est consacrée la présente recherche.
La perspective ainsi créée questionne les raisons technologiques et organisationnelles, qui utilisent certaines fonctions de travailleurs comme des moyens, sans leur reconnaître vraiment la globalité du statut d’être humain. Elle questionne aussi les différentes raisons scolastiques, qui restent cloisonnées dans des paradigmes hautains et réduisent l’engagement des personnes aux déterminismes qu’elles ont énoncés.

Michel Jouanneaux est membre de l’Équipe Clinique de l’activité du Conservatoire National des Arts et Métiers.

 

http://www.octares.com/boutique_fiche.asp?IdProd=192 

 

SOMMAIRE : 

Présentation. Yves Schwartz

Avant-propos

Première partie – Elaboration d’un point de vue

Chapitre 1 – Accords et désaccords

Un itinéraire
La prolongation actuelle
Désaccords initiaux
L’unité de base d’un acte n’est jamais “automatique”

Chapitre 2 – Limites des raisons théoriques

Insuffisance de la technoscience
Le facteur humain : un assemblage chimérique
La scientificité en question
Théorie et pratique
L’écran sémiotique

Deuxième partie – Compréhension de l’agir, en trois temps

Chapitre 3 – Premier temps : les concepts de base

Une perspective historico-culturelle
Qu’est-ce que la vie ?
Le corps animé
Complémentarité des ébranlements
Les concepts de l’agir
La relation au réel

Chapitre 4 – Deuxième temps : articulation des concepts

Organisation du vécu des situations
Une présence engagée
La conscience en acte
L’impulsion vers l’acte
Le développement expérientiel

Chapitre 5 – Troisième temps : la dialectique de l’agir

Méditation 1 – L’engagement dépasse nos rationalités
Méditation 2 – Les lois de la vie
Méditation 3 – L’effort de conscience
Méditation 4 – Maturation de l’expérience
Méditation 5 – Habiter son corps
Méditation 6 – Le corps en relation
Méditation 7 – L’acte, fondement de l’intersubjectivité

Troisième partie – Réflexions sur l’activité

Chapitre 6 – Reconnaître l’opérativité

L’abandon du concept d’habitude
Opérativité et scientificité
Un mentalisme universel
Orientations “opératives” ou “scientifiques”
L’engagement, comme mise en jeu

Chapitre 7 – Pour une anthropologie de l’activité

Une convergence en cours
Présence et intériorité

Conclusion générale

Postface, par Yves Clot

 



Citer ce billet
Rédaction (2012, 28 février). Parution : De l’agir au travail. Travail et formation. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uumv