La justice du travail en actes. Regards croisés Europe – Amérique latine

Journée d’étude organisée par Virginia Mellado et Rodrigo Carelli

Le jeudi 17 janvier 2019 au Cnam Paris

Avec la participation de Christian AZAÏS (LISE, Cnam-CNRS), Ferruccio RICCIARDI, Maxime QUIJOUX, Dominique ROUX-ROSSI et Samuel ZARKA, membres du LISE.

Depuis la fin du XIXe siècle, le monde du travail a connu des transformations d’envergure dans les sociétés européennes comme latino-américaines. La consolidation de la condition salariale
s’est accompagnée d’une régulation croissante du travail et de l’instauration d’un système de protection sociale. Ce processus sociohistorique a orienté une institutionnalisation du droit et
de la justice du travail favorable aux salariés, en raison du lien de subordination dans la relation employeurs/employés. Un ensemble hétérogène d’acteurs politiques, administratifs, économiques et sociaux a contribué à cette fabrique du droit et de la justice du travail à travers leurs pratiques quotidiennes dans les institutions.

Le délitement de la société salariale à partir des années 1970 a modifié en profondeur le champ de la justice du travail. L’apparition du chômage de masse, la précarisation du travail et la flexibilisation de l’emploi ont ébranlé l’architecture institutionnelle de la régulation du travail des deux côtés de l’Atlantique. La portée du droit et les usages de la justice du travail se sont transformés avec l’émergence de nouvelles formes de contrat, les changements dans les relations professionnelles et l’essor des régulations internationales. Les réformes récurrentes du droit du travail mettent alors en question la centralité du salarié et du lien de subordination pour investir d’autres enjeux associés aux intérêts des employeurs. Cette nouvelle configuration modifie les positionnements, les stratégies et les usages des différents acteurs de la justice du travail.

Cette journée d’études, portée par le Lise (Cnam-CNRS), vise à nourrir de nouveaux agendas de recherche sur la justice du travail et des approches comparatives à l’échelle internationale. Les échanges entre sociologues, politistes, historiens et juristes permettront de dialoguer sur ces problématiques communes qui traversent les frontières disciplinaires.