L’évolution des modèles allemand et français d’emploi depuis quinze ans : des segmentations différenciées.

Olivier GIRAUD et Arnaud LECHEVALIER, « L’évolution des modèles allemand et français d’emploi depuis quinze ans : des segmentations différenciées ». XIIIe Journées Internationales de Sociologie du Travail « Mesures et démesures du travail », Bruxelles, 25, 26 et 27 janvier 2012.

Avec le Traité d’Amsterdam de 1997, la promotion de l’emploi a fait son entrée dans les objectifs de l’Union Européenne (UE) et devient, avec l’introduction d’un chapitre emploi dans le traité « une question d’intérêt commun » entre les Etats membres (article 109-O). L’objectif alors visé est d’atteindre « un niveau d’emploi élevé » sans affaiblir la compétitivité de l’Union européenne (article 2 du traité instituant la Communauté européenne). La formulation devient avec le traité de Lisbonne (Article 2, alinéa 3) celui « d’une économie sociale de marché hautement compétitive, qui tend au plein emploi », Afin d’atteindre cet objectif, une nouvelle compétence est attribuée à l’Union, complémentaire à celle des Etats membres, visant à l’élaboration d’une « stratégie coordonnée » pour l’emploi. L’élément clé de cette stratégie est constitué par des lignes directrices communes. L’objectif central en la matière est de maximiser les taux d’emploi dans les différents pays membres de l’Union européenne. Nous formulons l’hypothèse que la focalisation croissante sur le taux d’emploi des orientations stratégiques diffusées par l’OCDE ou l’UE depuis plus de vingt ans a ouvert une fenêtre d’opportunité déterminante à la transformation des régulations et des normes de l’emploi dans différents pays européens. (…)

Lire la suite : http://metices.ulb.ac.be/IMG/pdf/GIRAUD-LECHEVALIER.pdf