Vers une archéologie du développement professionnel

Parution de la thèse de doctorat en sciences de l’éducation de Claude Anceny, Université Paul Valéry, Montpellier III, sous la dir. de Richard Etienne, 2010

Cette thèse de doctorat a pour cadre la formation initiale des enseignants des premier et second degrés dans le sud de la France dans les années 2000. Elle vise à étudier la contribution des analyses de pratique mises en œuvre au retour des stages de mise en situation professionnelle au développement professionnel d’enseignants débutants. Une clarification du concept de trace de pratique et une typologie de ces traces sont élaborées. Le cadre théorique des analyses croise les modèles du développement professionnel d’Huberman (1986), des gestes professionnels de Bucheton (2009) et de la compétence de Le Boterf (1994).

Cette recherche se fonde sur des observations et verbatims de séances de groupes d’accompagnement professionnel et de formation transversale qui ont été mis en place dans l’académie de Montpellier et elle recourt à des entretiens de professeurs stagiaires et de titulaires première année. Nous montrons que ces dispositifs d’analyse de pratique variés et souvent ajustés aux attentes des enseignants en formation utilisent ou/et font émerger des traces de pratique mises en discussion dans le groupe de formation. Un travail individuel et collectif préalable à la présentation de la situation par l’acteur, réalisé par les pairs sur des traces de pratique, associé à un travail réflexif, augmente les ressources collectives et individuelles du répertoire de l’agir enseignant. Ces dispositifs collectifs en « présentiel » facilitent et accompagnent la poursuite d’un travail effectué individuellement en « distanciel », ce qui se traduit par le développement d’une communauté de pratiques grâce à la mise en œuvre d’une alternance intégrative.

http://orioai.univ-nc.nc/search/notice.html?id=2010MON30074&printable=true