Les conceptions contemporaines de la domination

Séminaire Sophiapol 2011-2012, 1ère séance, 18 octobre 2011, Paris Ouest :

La sociologie, l’économie et la philosophie contemporaine se sont partagé l’analyse des phénomènes de domination et en ont proposé des approches variées. La théorie marxienne a surtout insisté sur la forme économique de la domination de classe en localisant celle-ci dans l’accaparement des moyens de production et la capacité à faire de l’ensemble des sous-systèmes sociaux des conditions de reproduction du processus d’accumulation. La sociologie de Max Weber a procédé à un classement des principales formes d’exercice de la domination en les distribuant sur les formes d’articulation de la classe et du statut ; l’approche sociologique des néo­machiavéliens comme Mosca, Pareto ou Michels a tenté de construire le concept de domination (Pareto) à partir d’une théorie des élites sociales et de leur circulation qui recourt à des stratégies de justification réductibles à des rationalisations de leur position sociale fondées sur des logiques de «dérivation» pseudo argumentatives à partir des « résidus » affectifs. De son côté, la sociologie critique -celle de Bourdieu par exemple- a moins tant recouru à une classification des formes de domination et au vocabulaire de la justification qu’elle n’a mis l’accent sur l’incorporation des formes d’obéissance liée à l’inégale distribution des statuts, des différents capitaux sociaux et à leurs effets structurants sur les habitus, construisant les concepts de pouvoir et de violence symbolique qui expriment l’essentiel des phénomènes de domination.

Lire la suite : http://sophiapol.hypotheses.org/5472