La République coopérative

Jean-François Draperi. La République coopérative. Bruxelles : Larcier, 2012

Présent dans le monde entier, riche d’une histoire bi-séculaire, le mouvement coopératif est d’une grande diversité. Celle-ci se révèle également être une difficulté lorsqu’il s’agit de définir un cap et élaborer une stratégie. Au début du XIXe siècle, les coopérateurs ont cru pouvoir changer le monde en libérant le travail. Au début du XXe siècle, c’est en tant que consommateurs qu’ils pensaient dépasser le capitalisme. En ce début du XXIe siècle, nos sociétés malmenées attendent que de nouvelles relations, plus équitables, soient définies entre travailleurs et consommateurs. Riche de son expérience, le mouvement coopératif est en capacité de répondre à ce besoin. Un double défi l’attend : dépasser les logiques propres aux nombreuses fédérations centrées sur leurs propres objets (le travail, la production agricole, l’artisanat, le crédit, le commerces, l’agroalimentaire, etc.) ; et convaincre non seulement les coopérateurs, mais la société dans son ensemble. Pour y parvenir, le mouvement coopératif n’a d’autre choix que de penser une théorie socio-économique nouvelle, alternative au libéralisme. L’actualité du propos et une bibliographie inédite intéresseront les membres, cadres et dirigeants, de coopératives et d’associations, les collectivités locales et territoriales, les économistes, mais également les professeurs, les chercheurs et les étudiants en sciences économiques et sociales.

http://editions.larcier.com/titres?id=127135_2

Jean-François Draperi

Docteur en géographie rurale et aménagement du territoire (Paris I Panthéon Sorbonne). Directeur du Centre d’Économie Sociale Travail et Société (CESTES) au Conservatoire National des Arts et Métiers (Cnam, France) et Rédacteur en chef de la Revue internationale de l’économie sociale (Recma).



Citer ce billet
Rédaction (2012, 31 octobre). La République coopérative. Travail et formation. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uux7