TIC et travail : les États-Unis a l’origine de la diffusion du capitalisme numérique

Colloque interdisciplinaire HDEA-TCS, Université Paris Sorbonne, 29-30 mai 2013

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) ont bouleversé les pratiques professionnelles : l’acquisition, le traitement et le stockage des données grâce au hardware, au software et aux réseaux ont profondément modifié le travail dans les bureaux et les usines. Leur impact a dépassé les murs des entreprises, avec comme conséquence la modification des contraintes liées au temps et a l’espace et l’imbrication croissante de la vie professionnelle et de la vie personnelle.

L’impact des TIC est souvent conçu en termes antinomiques : on vante d’un coté les avantages des nouvelles technologies en termes de gains en interactivité, en autonomie et en créativité des salariés, typiques ou atypiques (independent contractors). De l’autre, on redoute un surcroit de stress du aux sollicitations incessantes, au contrôle en < temps réel > du travail, et de surveillance des interactions sur le lieu de travail.

Si l’on évalue les avantages et les inconvénients des TIC au travail, on s’interroge moins souvent sur leurs conditions d’existence. La dimension globale de l’usage professionnel des TIC lui confere en effet un aspect universel et pour ainsi dire anhistorique. Cet usage a pourtant des origines précises : des personnes ont été a l’origine de ces nouvelles techniques, les ont réorientées, et communiquées, a partir d’espaces bien précis et a des moments identifiables. Dans certains cas, ces nouvelles pratiques font référence a des éléments constitutifs de l’identité culturelle des États-Unis. Qui plus est, l’adoption croissante des TIC s’inscrit dans le cadre de profondes mutations du marché du travail – flexibilité, réduction des couts, précarisation, déréglementation – mutations que les TIC vont permettre d’amplifier, et dont l’origine se trouve aussi en grande partie aux États-Unis. Ce pays continue par ailleurs a jouer un rôle majeur et moteur dans le développement, la diffusion et le contrôle des TIC, et la sphere anglophone s’est étendue avec la médiasphere.

Il est donc nécessaire de re-territorialiser la question des TIC : sur quelles bases économiques, sociologiques et culturelles ces technologies, porteuses du “nouvel esprit du capitalisme” (Boltanski et Chiappello 1999), du “capitalisme numérique” (Schiller 1999), mais aussi des logiciels libres et des < digital commons > comme Wikipédia, se sont-elles historiquement diffusées dans la sphere professionnelle ? (…)

Lire la suite : http://www.institutdesameriques.fr/transamericaines_details.jsp?id=12349&notice_num=1

Date limite de soumission des propositions : 15 décembre 2012 (source AFEA)