Réseaux sociaux et identités numériques

Parution du dernier numéro de la revue Economie & Management, n° 141, octobre 2011 :

Qu’ils soient destinés au grand public comme Facebook ou Twitter ou professionnels comme Viadéo ou LinkedIn, les réseaux sociaux connaissent un fulgurant essor. Phénomène sociologique à part entière, le succès des réseaux sociaux repose sur un paradoxe : alors que pour affirmer leur puissance de soi, les individus se laissent parfois aller à révéler les détails les plus intimes de leur existence, les mêmes s’effraient de ce que des tiers non autorisés – entreprises, États ou autres – puissent collecter, en vue de les utiliser ou de les échanger, leurs données personnelles pour un usage commercial ou de fichage. Or, le modèle économique de ces réseaux repose sur la collecte des données personnelles et non pas sur leur mise en sécurité. Il en découle fatalement des risques importants comme la violation de la vie privée ou l’usurpation d’identité. Dans ce contexte, le besoin de protection de l’identité numérique ou la revendication d’un « droit à l’oubli numérique » mêlent des questions techniques, juridiques et organisationnelles.

Voir le sommaire en ligne : http://www2.cndp.fr/lesScripts/bandeau/bandeau.asp?bas=http://www2.cndp.fr/revueEcoManagement/accueil.asp



Citer ce billet
Rédaction (2011, 7 novembre). Réseaux sociaux et identités numériques. Travail et formation. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uuez