Suicide et souffrance au travail, la troublante leçon japonaise

Matinée d’étude organisée par les Éditions d’Ithaque à l’occasion de la parution de l’ouvrage de Junko Kitanaka, De la mort volontaire au suicide au travail. Histoire et anthropologie de la dépression au Japon

Le samedi 24 mai 2014 à Paris

Avec la participation d’Yves Clot, professeur au Cnam et membre du CRTD

Si les états dépressifs et le suicide liés aux conditions de travail sont aujourd’hui un phénomène global, généralement associé aux transformations induites par la nouvelle gouvernance néolibérale, on ne prête guère d’attention aux différences étonnantes que ce mouvement montre au niveau local. Le Japon est un cas d’école. Le suicide (la « mort volontaire ») peut en effet  y incarner dans certains cas un idéal éthique. Comment et dans quelle mesure a-t-il donc été « médicalisé » ? Les Japonais, ensuite, ont longtemps résisté à l’intrusion de la psychiatrie dans leur quotidien, au point de penser que la dépression était une pure importation occidentale. Comment le DSM et le Prozac© se sont-ils introduits chez eux ? Pourquoi la dépression  des femmes y a-t-elle été si longtemps minoritaire ? Enfin, alors qu’il est banal en France  de dénoncer la « psychiatrie mondialisée » comme une nouvelle instance de contrôle social,  au Japon, c’est elle qui a au contraire permis la reconnaissance de la détresse des travailleurs provoquée par des conditions de travail abusives : sans DSM, il n’aurait pas été possible  de qualifier de maladie la souffrance psychique au travail, et d’obliger les employeurs  à indemniser les victimes.

Quelles leçons tirer de ces paradoxes ? Pour en débattre, l’auteur et le traducteur seront présents, avec plusieurs spécialistes français du Japon et du problème de la souffrance  au travail.

Avec : Junko Kitanaka, Pierre-Henri Castel, Yves Clot,  Christian Galan, Marie Pezé, Philippe Petit

En savoir plus : http://www.ithaque-editions.fr/agenda.php