Séminaire : La formation dans les armées et la gendarmerie. Les chantiers de la jeunesse (1940-1944)

Organisé par le Gehfa (Groupe d’étude sur l’histoire de la formation des adultes)

Dans le cadre du cycle « La formation dans les armées et la gendarmerie : pas seulement une histoire d’épaulettes ? »

Le mardi 7 octobre 2014 de 15h30 à 17h30 à l’ETSUP, Paris

Avec l’intervention de Christophe Pécout, chercheur de l’Équipe de Recherche Septentrionale Sport et Société (ER3S) de l’Université de Lille 2

Les Groupements de Jeunesse devenus les Chantiers de la Jeunesse naissent par la loi du 31 juillet 1940. Service civil obligatoire de huit mois, celui-ci mobilise tous les citoyens masculins français âgés de vingt ans, résidant en zone libre. On estime à 400000, le nombre de jeunes ayant participé à ce stage entre juillet 1940 et juin 1944.

Appréhender, aujourd’hui, l’histoire des Chantiers de la Jeunesse c’est se confronter à deux thèses complètement contradictoires, la première prétend qu’ils sont une armée secrète (thèse défendue par les anciens des Chantiers) alors que la seconde affirme, au contraire, qu’ils sont un outil d’encadrement au service de Vichy (thèse défendue par les historiens du temps présent).

Le travail de thèse de C. Pécout s’inscrit dans cette seconde perspective puisqu’il s’agissait de démontrer que les Chantiers de la Jeunesse notamment à travers le prisme de leurs pratiques physiques, éducatives et pédagogiques, visaient à embrigader la jeunesse. Ne peut-on se demander, néanmoins, comme pour le service militaire obligatoire, si les Chantiers de Jeunesse n’ont pas été des lieux de socialisation et de professionnalisation ?

En savoir plus : http://www.gehfa.com/fr/seminaires/104-la-formation-dans-les-armees-et-la-gendermerie