Le travail syndical

Matinée-débat organisée par la Nouvelle Revue de Psychosociologie à l’occasion de la parution de son dernier numéro, coordonné par Dominique Lhuilier et Hélène Y. Meynaud

Le samedi 31 janvier 2015 à l’ESCP Europe, Paris

Avec la participation de Catherine TEIGER (CNAM-CRTD), avec Marianne Lacomblez et Laurence Théry :
« Dynamiques de compréhension de l’activité pour une transformation du travail : quelle coopération syndicalistes/chercheurs-intervenants (en ergonomie et psychologie du travail) ? » 

L’histoire du syndicalisme est intimement associée aux évolutions des formes d’organisation du travail productif. Dans la période contemporaine, les profondes mutations du monde du travail interrogent les répertoires et les territoires de l’action syndicale. Pour explorer ces transformations, nous proposons ici de partir de l’analyse du travail et de la construction de l’engagement syndical.

Aborder le syndicalisme comme un travail implique de le situer dans son contexte avec ses ressources et contraintes propres, de recenser les tâches à réaliser et les activités déployées, d’identifier les visées poursuivies, la diversité de ses interlocuteurs et de ses destinataires. Au coeur de ce travail se trouvent des questions essentielles : comment construire une cause collective à partir de cas particuliers ? Comment surmonter l’émiettement des situations contractuelles et la précarisation massive ? Comment maintenir les liens et la réciprocité entre syndicalisme militant et syndicalisme d’expertise ? Le syndicalisme est-il un métier, une fonction, une mission ? Quelle division du travail prévaut entre syndicalistes ? Quelles sont les formes, les voies et les risques de l’engagement dans ce travail ?

Consulter le programme : NRP18-annonce_colloque_31janv2015-VL