Analyser les présences au travail, visibilités et invisibilités

Parution en ligne du n° 23 de la revue Ethnographiques, décembre 2011

Le visible, l’invisible : ces thèmes semblent bien rodés, notamment en sociologie du travail, et en dehors même des contributions des études sur le genre. L’invisibilité est en effet à un certain point inhérente au travail réel, où toutes les recettes qu’inventent et réinventent au quotidien les travailleurs se donnent difficilement à voir (Certeau, 1990). Cette « part d’invisible de toute activité industrieuse » est très justement soulignée par Y. Schwartz (2004). La mise au jour de ces savoir-faire est toutefois aussi un acquis des anthropologues et des sociologues, à côté des efforts plus systématiques entrepris en la matière par les ergonomes, et malgré l’ambivalence d’un effort toujours soucieux de ne pas être confondu avec celui des organisateurs. L’intérêt croissant porté aux compétences mises en œuvre, et aux capacités développées au travail, peut alors susciter une interrogation : n’est-ce pas une quête sans fin que de documenter la débrouillardise des acteurs, leurs improvisations, la production d’ordres locaux, etc. ? (…)

http://www.ethnographiques.org/2011/Bidet,Schoeni

Numéro coordonné par Alexandra Bidet et Dominique Schoeni


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Rédaction (5 janvier 2012). Analyser les présences au travail, visibilités et invisibilités. Travail et formation. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uuip