Archives de catégorie : Notes de lecture

Note de lecture : L’injonction au professionnalisme. Analyses d’une dynamique plurielle

Note de lecture de Matthieu Gateau, « L’injonction au professionnalisme. Analyses d’une dynamique plurielle », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2011, mis en ligne le 06 janvier 2012 :

Le professionnalisme, en tant qu’injonction, concerne tous les travailleurs : tout le monde se doit d’être professionnel ou plutôt d’être un « bon » professionnel…sans bien toujours savoir à quoi cela correspond. Si la figure type du professionnalisme renvoie à une éthique défendue par des travailleurs experts, qualifiés, autonomes, engagés, responsables et créatifs, il se définit aussi comme « un ensemble d’impératifs imposés de l’extérieur à des travailleurs soumis à de nouvelles définitions de leurs missions et confrontés à des normes d’efficacité pilotant leur activité » (p. 13). C’est sur ce constat d’une polysémie des usages du terme professionnalisme où le travail et la qualité de professionnel font l’objet de définitions multiples que s’ouvre cet ouvrage collectif. Le postulat initial est que le professionnalisme n’est ni jamais complètement stabilisé ni garanti, malgré l’existence d’un mode de régulation qui « offre aux travailleurs des protections collectives qui fixent les contours de la définition de leur travail et leur garantissent la qualité de professionnel » (…).

Lire la suite : http://sociologie.revues.org/1053

Note de lecture : Politique de l’association : engagement public et économie solidaire

Daniel Cefaï, « Politique de l’association : engagement public et économie solidaire », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Politique de l’association, mis en ligne le 18 octobre 2011 :

Jean-Louis Laville est de longue date l’expert le plus en vue sur l’économie solidaire en France. Avec Politique de l’association, le lecteur se voit projeté dans un exercice de théorie normative, nourri d’une longue traversée d’enquêtes empiriques et d’expérimentations concrètes. Une traversée historique, qui réancre le fait associatif dans la longue durée et y voit le fruit de cette révolution économique et politique qu’Alexis de Tocqueville qualifiait de « révolution démocratique ». Jean-Louis Laville y explore quelques-uns des rapports ambigus de l’« associationnisme » – le projet qu’il endosse – avec l’histoire du capitalisme et de la démocratie. Il affectionne particulièrement le « moment 1848 », cette phase de bouillonnement associationniste où l’« autogouvernement des citoyens associés » (Chanial & Laville, 2006 ; Laville, 2005) s’est exprimé avec force, rompant avec une époque de forte surveillance et répression policière, alors que les élans vers l’association n’étaient pas encore contraints par les formes, encore à venir, de la coopérative et de la mutuelle, du syndicat et du parti. Jean-Louis Laville rappelle ce « trésor perdu » et ancre ainsi l’idéal normatif dans des faits historiques qui, s’ils paraissent lointains aux plus jeunes générations, étaient encore vivants sous la plume d’Henri Desroche (…).

Lire la suite : http://sociologies.revues.org/3590 

Note de lecture : Lucie Tanguy, La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990

Compte-rendu de lecture d’Hervé Polesi, « Lucie Tanguy, La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990 », In Lectures [En ligne], mis en ligne le 16 novembre 2011 :

Lucie Tanguy, directrice de recherche honoraire au CNRS, nous propose un ouvrage simplement passionnant dont le titre, La sociologie du travail en France, méritait bien la précision d’apporter le sous-titre, Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990. Car il ne s’agit pas d’éclairer sociologiquement le travail en France contemporaine, mais bien de revenir sur la construction progressive de la discipline de l’après-guerre aux années quatre-vingt-dix. Relevons tout de suite que les 272 pages éditées par La Découverte peuvent avoir pour première vertu d’être une véritable consolation pour celles et ceux qui, régulièrement, doivent sacrifier au sein de leurs institutions de rattachement au rituel du rapport d’activité, de la mise en lisibilité des choix et orientations opérés par un groupe de recherche. (…)

Lire la suite : http://lectures.revues.org/6818

Politique de l’association : engagement public et économie solidaire

Publication de la note de lecture de Daniel Cefaï, « Politique de l’association : engagement public et économie solidaire « , SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 18 octobre 2011 :

Jean-Louis Laville est de longue date l’expert le plus en vue sur l’économie solidaire en France. Avec Politique de l’association, le lecteur se voit projeté dans un exercice de théorie normative, nourri d’une longue traversée d’enquêtes empiriques et d’expérimentations concrètes. Une traversée historique, qui réancre le fait associatif dans la longue durée et y voit le fruit de cette révolution économique et politique qu’Alexis de Tocqueville qualifiait de « révolution démocratique ». Jean-Louis Laville y explore quelques-uns des rapports ambigus de l’« associationnisme » – le projet qu’il endosse – avec l’histoire du capitalisme et de la démocratie. Il affectionne particulièrement le « moment 1848 », cette phase de bouillonnement associationniste où l’« autogouvernement des citoyens associés » (Chanial & Laville, 2006 ; Laville, 2005) s’est exprimé avec force, rompant avec une époque de forte surveillance et répression policière, alors que les élans vers l’association n’étaient pas encore contraints par les formes, encore à venir, de la coopérative et de la mutuelle, du syndicat et du parti. Jean-Louis Laville rappelle ce « trésor perdu » et ancre ainsi l’idéal normatif dans des faits historiques qui, s’ils paraissent lointains aux plus jeunes générations, étaient encore vivants sous la plume d’Henri Desroche, quand il perpétuait le souvenir des utopies ouvrières, du projet coopératif ou de l’économie sociale (Desroche, 1976, 1981, 1983), dans la conjoncture des années 1970, alors que la foi autogestionnaire animait une partie de la gauche française.

Lire la suite : http://sociologies.revues.org/index3590.html

Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France

Note de lecture de Frédérique Giraud, « Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 octobre 2011 :

Savez-vous ce que gagne un grand patron ? Le P-DG d’une grande société française ? Ces questions posées par Philippe Steiner donnent le ton de l’essai qu’il publie chez Zones. Son titre, Les rémunérations obscènes, suffisait déjà à en signaler la teneur. Le terme « obscène » est emprunté par l’auteur à Barack Obama dans son « Discours sur l’état de l’Union » du 14 janvier 2010, dans lequel il fustigeait par ce terme les bonus du monde de la finance. Celui-ci a été volontairement choisi par Philippe Steiner pour la « part de violence verbale » (p. 8) qu’il renferme. Les rémunérations obscènes c’est un peu le « Livre noir des inégalités de salaire et de revenu », un état des lieux argumenté et détaillé de l’augmentation des hauts, très hauts revenus que connaît la France depuis ces dernières années. Le dernier chapitre « L’emballement inégalitaire » dresse un état des lieux des inégalités en s’appuyant notamment sur les travaux de Thomas Piketty et de Camille Landais. Si sur le long terme les inégalités de revenu et de patrimoine diminuent, les très hauts revenus (premier centile de revenus) n’en finissent pas d’augmenter. La part des revenus concentrée dans les mains du 1 % des plus riches augmente.

Lire la suite : http://lectures.revues.org/6563

Articuler les rapports sociaux : classes, sexes, races

Note de lecture de Clément Arambourou, « « Articuler les rapports sociaux : classes, sexes, races », Raison Présente, n°178, 2°trimestre 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 10 octobre 2011 :

Raison présente, revue de l’union rationaliste, publie un numéro dont l’objectif est de développer la sociologie des rapports sociaux. Cette approche, développée dans le sillage de la sociologie des rapports sociaux de sexe, propose une voie originale pour désessentialiser les catégories produites par les rapports sociaux de classe, de sexe ou de race. Il s’agit plus précisément d’articuler ces différents rapports sociaux pour étudier ce que Danièle Kergoat appelle leur coextensivité (ces rapports s’entremêlent) et leur coproduction (ces rapports font système).

Lire la suite : http://lectures.revues.org/6512

Politiques de l’intime

Publication en ligne de la chronique de Philippe Arnaud, « Politiques de l’intime, sous la direction d’Isabelle Berrebi-Hoffmann », Le Monde économie, 4 octobre 2011

L’intime, c’est à la fois le subjectif, le personnel, le caché, le familier, « ce qu’il y a de plus profondément intérieur », rappelle Isabelle Berrebi-Hoffmann Continuer la lecture de Politiques de l’intime

Le Travail à coeur

Publication en ligne de la chronique d’Anne Rodier, « le travail à coeur, d’Yves clot », Le Monde économie, 4 octobre 2011

Les suicides en entreprise ont révélé l’urgence de se préoccuper du bien-être au travail. A La Poste, à France Télécom, à Pôle emploi, les diverses réorganisations ont souvent été jugées « coupables » de la dégradation de la santé des travailleurs.  Continuer la lecture de Le Travail à coeur