Archives de catégorie : Evaluation

A lire : Du tri à l’exclusion… les difficultés d’apprentissage seraient-elles devenues pathologies qu’il conviendrait de soigner ?

Parution en ligne du dossier thématique “Du tri à l’exclusion… les difficultés d’apprentissage seraient-elles devenues pathologies qu’il conviendrait de soigner ?”, réalisé par le Gfen : 

A tous les niveaux de la scolarité, les injonctions faites aux enseignants, aux éducateurs sont fortes pour dépister, prévenir, anticiper… afin d’individualiser et traiter les difficultés de façon parcellaire, en rejetant sur l’individu lui-même les causes du dysfonctionnement. A force de chercher des causes individuelles à des difficultés scolaires qui pourtant sont communes à un certain nombre d’élèves issus le plus souvent des classes populaires, on en vient à concevoir la difficulté scolaire comme une maladie. Le vocabulaire utilisé est d’ailleurs sans ambiguïté : on dépiste pour prescrire, on diagnostique pour prévenir, on traite le « problème » après avoir identifié la nature du « dys »fonctionnement en externalisant  ce qui pourrait être pris en charge dans le cadre de la classe par une approche pédagogique concertée. (…)

Lire la suite : http://www.gfen.asso.fr/images/documents/analyses/images/fr/du_tri_a_l_exclusion

 

 

 

 

 

 

 

 

13e Journées internationales de sociologie du travail 2012 : Mesures et démesures du travail

Journées organisées cette année par le Centre METICES (Institut de Sociologie, Faculté des sciences sociales et politiques – Université Libre de Bruxelles), à Bruxelles les 25, 26 & 27 janvier 2012 :

Programme provisoire :

  • Mercredi 25 janvier 2012 :

14.00 : Accueil des participants

15.00 : Ouverture du colloque

Allocution de bienvenue, Didier Viviers, Recteur de l’Université Libre de Bruxelles

15.30-16.30 : Conférence

Quelle mesure pour le travail animal ? Vinciane Despret, philosophe et psychologue, département de philosophie de l’Université de Liège

16.30-17.45 : Séance plénière : synthèse des communications des 3 premiers ateliers :

– Atelier 1 : La mesure du travail constituée et constituante

Rapport de Valérie Boussard et Maud Simonet

– Atelier 2 : Compétences en devenir

Rapport d’Emmanuelle Marchal

– Atelier 3 : Evaluation du travail

Rapport de Lise Demailly

 

  • Jeudi 26 janvier 2012 :

9.00 – 9.20 : Panorama – Généalogie des JIST et la composition de ces XIIIes. Pierre Desmarez, Centre Metices, Université Libre de Bruxelles

9.20 -11.00 : Séance plénière : synthèse des communications des 4 derniers ateliers :

– Atelier 4 : Tensions sur la mesure, enjeux collectifs et professionnels

Rapport de Pierre Lenel

– Atelier 5 : Enjeux pour la santé

Rapport de Marianne Lacomblez

– Atelier 6 : Organisations du travail

Rapport de Béatrice Appay

– Atelier 7 : Cycles de vie au travail, dynamiques de la distribution des tâches en emplois

Rapport d’Annie Lamanthe

 

  • Jeudi 26 janvier 2012

11.30 – 13.00 : Travail en ateliers

– Atelier 1 : La mesure du travail constituée et constituante

Président : Marc Zune ; Discutante : Marie-Anne Dujarier

– Atelier 2 : Compétences en devenir

Président : Guy Lebeer ; Discutante : Sylvie Monchatre

– Atelier 3 : Evaluation du travail

Présidente : Evelyne Léonard ; Discutant : Gilbert de Terssac

– Atelier 4 : Tensions sur la mesure, enjeux collectifs et professionnels

Président : Steve Jefferys ; Discutant : Jens Thoemmes

– Atelier 5 : Enjeux pour la santé

Président : Lionel Jacquot ; Discutante : Régine Bercot

– Atelier 6 : Organisations du travail

Présidente : Danièle Linhart ; Discutant : Jean-Pierre Durand

– Atelier 7 : Cycles de vie au travail, dynamiques de la distribution des tâches en emplois

Président : José Rose ; Discutante : Nicky Le Feuvre

13.00  : Repas

14.30 – 17.30  : Travail en ateliers

21.00 : Projection Ciné : film « Tant que chanteront les constructeurs de navires, II » de Jan Vromman (Belgique) à la Cinémathèque Royale de Belgique

 

Voir le programme : PROGRAMMEJIST

 

 

Travail, performance et santé (TPS)

Mise en ligne d’un article de Philippe Zarifian, “Travail, performance et santé (TPS)”, 17 juillet 2011 :

Il n’existe pas d’exercice du travail sans recherche de performance. Encore faut-il la définir, la clarifier et, dans une entreprise, être au clair sur ce qu’elle signifie, sachant que, dans ce cas, la performance est toujours collective, même si la performance individuelle y participe.

Or cette question de la performance a subi, ces dernières années, une confusion croissante et, dans l’ensemble, une perte de sens et des difficultés très concrètes d’obtention, contribuant à dégrader la santé des salariés (et de leur encadrement direct).

–  Une performance éclatée : dans les grandes entreprises, le nombre d’items et d’indicateurs de performances (au pluriel) s’est considérablement accru, affectant en premier lieu la hiérarchie directe et, indirectement, les salariés de base. Avec une série d’effets : absence de cohérence visible entre tous ces items, confusion entre le principal et le secondaire, doute sur la nature réelle des indicateurs (indicateurs de performance ou indicateurs de contrôle ?), perte de lien entre performances et stratégie de l’entreprise.

–  Des performances contradictoires : certaines performances s’opposent entre elles, d’autant plus qu’il est demandé de les atteindre à court terme. Exemple : performance débit face à performance qualité. Si certes, toute action humaine demande arbitrage et choix, ces arbitrages sont réalisés, la plupart du temps, dans de mauvaises conditions. (…)

Lire la suite : http://www.leclub.org/cms/index.php?id=624&tx_ttnews[tt_news]=863&cHash=123

L’évaluation : contextes et pratiques

Parution du n° 189, 2011/4, de la revue Actes de la recherche en sciences sociales :

Ce numéro traite des effets concrets qui résultent de la mise en œuvre des pratiques d’évaluation, en particulier des politiques publiques. La démarche consiste, plutôt qu’à livrer une critique morale et a priori, à prendre au sérieux les objectifs d’efficacité, sans oublier le point de vue de ceux auxquels les services sont dispensés. Qu’il s’agisse de réduire la file d’attente aux urgences, de traiter au plus vite les demandes des bénéficiaires de la CMU ou encore de pousser les établissements scolaires à obtenir de meilleurs résultats, ce sont toujours la « qualité du service » et l’« efficacité » qui sont invoquées, parfois en faveur des usagers les plus démunisEt on ne peut pas occulter que ces questions renvoient à celle des inégalités entre les groupes sociaux, puisque les agents les mieux dotés en capital économique peuvent toujours recourir au privé ou utiliser des passe-droits dans le public pour satisfaire leurs attentes.

Consulter le sommaire : http://www.arss.fr/sommaires/levaluation-contextes-et-pratiques/

Construction des savoirs en mondialisation : changement de paradigmes cognitifs

Colloque international organisé par le Collège international de Philosophie, le centre de recherche “Genre, travail, mobilités”, le réseau scientifique Terra, la revue Transeuropéennes, les 7 et 8 novembre 2011 à Paris :

Une mutation a lieu dans la transmission des savoirs, de leurs fonctionnalités et contenus. Elle est due autant aux nouvelles conditions sociopolitiques que technologiques. Dans les premières, tout ce qui fait évoluer non seulement les contenus des savoirs, mais leur transmission : migrations, transnationalités, nouvelles formes et rapports au travail, femmes, épuisement du salariat, travail cognitif avec l’accès aux réseaux et à l’interconnectivité personnelle ; dématérialisation partielle de la production, sa gestion désormais biopolitique ; marchandisation de l’université, interrogation par le biais de la « post colonie », du « post socialisme », de la fin de la guerre froide et des nouvelles formes de subjectivation. Ces nouvelles conditions des savoirs, faisant que les supports et fonctions de la mémoire, le rapport aux bases de données, à la lecture-écriture et à la mémorisation ont changé, mettent à mal la pédagogie. (…).

Lire la suite : http://www.reseau-terra.eu/article1197.html.

 

Appel à contributions. Le marché du travail comme lieu d’évaluation des politiques de formation ?

Appel à communication dans le cadre du projet de réseau recherche “Evaluation Formation Emploi (EFE)”, avec le soutien de la MSHS de Toulouse :

Nous avons le plaisir de vous inviter à communiquer sur le thème suivant : Le marché du travail comme lieu d’évaluation des politiques de formation ? Nous attendons des contributions à ce débat, pouvant s’inscrire dans un des quatre thèmes retenus: L’analyse statistique, exposé introductif de Jean François Giret (IREDU, Université de Bourgogne) Le travail d’expertise, exposé introductif de Guy Ourliac (CRM, Université de Toulouse 1 Capitole) Les cadres d’analyse théorique, exposé introductif de Jean Vincens (CRM, Université de Toulouse 1 Capitole) Les jeux d’acteurs, exposé introductif d’Eric Verdier (LEST, Université de la Méditerranée, CNRS) Cette journée se déroulera à l’Université Toulouse 1 Capitole le 9 décembre 2011. Organisée avec le soutien de la MSH de Toulouse, elle a vocation à créer un réseau de recherche sur ce thème. Les contributions devront exposer et argumenter les grandes lignes d’un point de vue sous la forme d’un texte de deux pages maximum. Elles sont attendues pour le 15 novembre 2011, au plus tard.

Lire la suite : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/actualit%C3%A9/appel+%C3%A0+communication/5440

Evaluation en éducation : Qui évalue et sur quels fondements?

Journée d’étude nationale organisée par la Société française de l’évaluation le 1er décembre 2011 :

Cette journée s’intéresse à l’évaluation des politiques et des programmes éducatifs au niveau national et local. Comme dans d’autres champs, les acteurs de l’évaluation sont multiples et divers : Inspecteurs, Consultants/Experts, Chercheurs… Tout évaluateur mobilise, de manière implicite ou explicite, des éléments de référence et des savoirs qui orientent ses analyses et ses jugements. Cette journée part de l’hypothèse qu’en fonction de leurs statuts, postures, formations et expériences, des évaluateurs ne réaliseront pas la même évaluation, mobilisant une expertise et une connaissance différentes. Cette pluralité de regards possibles sur le champ éducatif interroge l’épistémologie de l’évaluation, mais aussi son institutionnalisation dans le domaine éducatif. Le propos de la journée consistera à mettre en discussion des évaluateurs de statuts différents (fonctionnaires, chercheurs, consultants) pour confronter leurs regards sur les programmes éducatifs et leur vision de l’évaluation en éducation.

Lire la suite et télécharger le programme : PROGRAMME JN SFE 1-12-2011 -VF-