Archives de catégorie : Information orientation

A lire : Être sans diplôme aujourd’hui en France : quelles caractéristiques, quel parcours et quel destin ?

Parution en ligne de l’article de Rachid Bouhia, Manon Garrouste, Alexandre Lebrère, Layla Ricroch et Thibaut de Saint Pol. In Economie et statistique, n° 443, déc. 2011 :

Cet article vise à étudier la population des personnes sortant sans diplôme du système éducatif français et plus particulièrement à décrire leur parcours scolaire et leur insertion sur le marché du travail, à partir des données de l’enquête Formation et Qualification Professionnelle 2003 de l’Insee. La mise en œuvre d’une méthode d’appariement optimal sur le calendrier scolaire recueilli lors de l’enquête permet d’établir une typologie des différentes trajectoires menant à une sortie sans diplôme. Les difficultés scolaires précoces, qui se manifestent par des redoublements à l’école primaire, apparaissent comme un facteur particulièrement déterminant de la sortie sans diplôme du système scolaire. Mais les orientations au cours du secondaire jouent également un grand rôle, opposant les élèves qui effectuent leur scolarité au collège puis au lycée général à ceux qui connaissent une orientation rapide vers des filières professionnelles, avec des fins d’études très rapides ou des études plus longues en CAP ou BEP. Toutefois, les différentes trajectoires ne se distinguent pas uniquement par les caractéristiques scolaires des élèves, mais aussi par leurs profils socioéconomiques. Ainsi, les personnes ayant les caractéristiques sociales les plus favorables à la réussite scolaire présentent des trajectoires plus classiques et redoublent plus tardivement. Les effets de l’hétérogénéité des origines sociales semblent donc persister malgré la caractéristique commune d’être non-diplômé. Cette hétérogénéité a des conséquences sur l’insertion dans le marché du travail. Le fait d’avoir une qualification est un facteur favorisant l’insertion, même lorsque la formation n’est pas validée par l’obtention d’un diplôme. Même si les filières professionnalisantes, comme les CAP, semblent avoir un effet protecteur, ce sont les personnes qui ont suivi les trajectoires scolaires les plus classiques qui ont le taux de chômage le plus faible.

Télécharger l’article en ligne : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ES443B.pdf

 

A lire : Quel avenir pour le CAP ?

Le certificat d’aptitudes professionnelles (CAP) est aujourd’hui centenaire : article et bibliographie du Céreq à lire en ligne, décembre 2011 : 

Le certificat d’aptitudes professionnelles (CAP) est aujourd’hui centenaire.

Si ses effectifs sont en baisse depuis la fin des années 70, la réforme de la voie professionnelle pourrait lui redonner de la vigueur.

– En 2009, la réforme de la voie professionnelle instaure la mise en œuvre généralisée du bac pro en trois ans, avec pour corollaire la suppression du BEP. Cette date marque une rupture dans l’analyse de l’évolution du CAP. Ce diplôme devient désormais l’unique diplôme de niveau V accessible après la classe de 3è. A ce titre, il semble avoir encore un bel avenir devant lui.

– Avec 195 spécialités en 2010, le CAP reste le premier diplôme en nombre de spécialités dans l’offre des diplômes du ministère de l’Education nationale, même si ce nombre diminue depuis le début des années 70, notamment du côté du secteur industriel.

– Entre 1979 et 2009, le volume des effectifs en dernière année de formation a quasiment diminué de moitié. Le CAP ne représente plus que 16% des effectifs en dernière année de formation contre 49% en 1979.

Lire la suite : http://www.cereq.fr/index.php/articles/Quel-avenir-pour-le-CAP

 

Atelier : Les trajectoires : à objets particuliers, outils particuliers

Atelier ouvertures Céreq (AOC) à Marseille le 8 décembre 2011 :

Les typologies de trajectoires de vies ou professionnelles correspondent à une approche holiste où l’individu, considéré à partir de l’intégralité de son cheminement, est placé au coeur de l’analyse. Cette approche connaît actuellement un regain d’intérêt chez les sociologues et économistes en raison de l’évolution des sociétés (vers une individualisation des choix d’orientation scolaire, professionnels ou de vie). En parallèle, les sources de données longitudinales se multiplient : enquêtes « Génération » du Céreq, enquêtes biographiques de l’INED : « 3B », « Familles et Employeurs », « Histoire de vie », fichier historique de Pôle emploi, …fichiers administratifs d’entreprises, panel DEPP, panel DADS…. Par ailleurs, le développement récent en France des méthodes d’analyse et des logiciels tels que R et TRAMINER génère une large production d’études et de recherches. Les techniques et sensibilités sociales (nationales et d’importation) se confrontent aujourd’hui, créant une émulation enrichissante dans les sciences humaines et sociales dont il s’agira de rendre compte de façon stimulante.

Source : http://www.cereq.fr/index.php/agenda/Les-trajectoires-a-objets-particuliers-outils-particuliers

Transformations des mobilités étudiantes Sud-Nord : approches démographiques et sociologiques

Appel à contribution pour un numéro des Cahiers québécois de démographie à paraître sur le thème : transformations des mobilités étudiantes Sud-Nord : approches démographiques et sociologiques :

Si la mobilité internationale des étudiants et son ancrage dans des réseaux transnationaux est un phénomène ancien, sa forme et ses modalités connaissent un infléchissement nouveau. Le projet du numéro est de faire dialoguer des démographes et des sociologues sur la mesure du phénomène et sur sa nouveauté. L’étude des déterminants des mobilités étudiantes Sud-Nord et des stratégies auxquelles elles peuvent correspondre, tant de la part des individus que de leur environnement familial ou encore des États, sera privilégiée. À titre indicatif, les contributions pourront mettre l’accent sur un des axes suivants : migrations pour études et insertion professionnelle au retour ; politiques d’immigration choisie : logiques d’action et enjeux géopolitiques ; inégalités sociales, discriminations et mobilisations.

Lire la suite : http://calenda.revues.org/nouvelle21725.html

SESTEM : Supporting Gender Equality in Science Technology and Mathematics related choices of careers

Parution de l’étude SESTEM, financée par la Foundation for Research and Technology-Hellas, Institute of Applied and Computational Mathematics – FORTH / IACM (GR), nov. 2011 :

The low uptake of Science, Technology and Mathematics (STEM) constitutes a research and policy concern world wide for some time now. In the EC, while the related benchmark appears to have been achieved there is evidence to suggest that the problem on access and retention of females in STEM remains an unresolved issue. Likewise we lack tools so as to allow to reflect on good practices in supporting choices making for careers in STEM by girls.

SESTEM is built on the premise that the study of the uptake of STEM studies by girls and their retention in the field can benefit from investigation into the triangulation of family-individual and school (secondary and tertiary) factors. Under this scope SESTEM aims to conduct four interrelated comparative studies engaging students, pupils, parents and teachers (both secondary and tertiary levels). Both qualitative (in depth interviews, conceptual mapping, tandem based dialoguing and review into existing literature) and quantitative (collection and analyses of data from across the Member States using on-line survey methods, and meta-analyses of existing statistical data) methods will be applied.

Télécharger l’étude : http://elearningeuropa.info/en/project/sestem

Le mouvement d’orientation professionnelle en France. Entre l’école et le marché du travail (1900-1940). Aux origines de la profession de conseiller d’orientation

MARTIN Jérôme. Le mouvement d’orientation professionnelle en France. Entre l’école et le marché du travail (1900-1940). Aux origines de la profession de conseiller d’orientation. Thèse de doctorat en Histoire, civilisations, art (mondes modernes et contemporains), Université Paris Sorbonne, 2011 :

Entre les années 1900 et les années 1940, la notion d’orientation professionnelle est construite à la confluence de trois champs : des patronages et des associations laïcs se préoccupent du placement des adolescents à la fin de l’école primaire ; des responsables éducatifs s’inquiètent de nombre limité d’apprentis ; enfin, les premiers psychologues proposent l’utilisation de tests pour l’affectation de la main-d’œuvre. Les années 1920 sont marquées par la création de nombreux offices. Soutenu par des milieux sociaux et professionnels très différents, le mouvement d’orientation professionnelle se professionnalise progressivement, en partie grâce à la création de l’Institut national d’orientation professionnelle (INOP) et d’associations professionnelles. Les années 1930 constituent un tournant. La montée du chômage et les besoins en main-d’œuvre qualifiée nécessitent une réorganisation du dispositif.

http://www.inrp.fr/vst/Recherches/DetailThese.php?these=1290

 

Orientation et formation : sortir du cadre !

12e Université d’Hiver de la Formation Professionnelle : « Orientation et formation : sortir du cadre ! », Arles – 25, 26 et 27 janvier 2012 :

Evénement majeur de l’actualité de la formation et de l’orientation tout au long de la vie, la 12e Université d’hiver de la formation professionnelle s’installe à Arles du 25 au 27 janvier 2012 pour animer le débat public autour des innovations récentes : nouveaux services aux entreprises nés du regroupement des Opca, mise en oeuvre du service public de l’orientation, concrétisation des priorités régionales définies en 2011…

Consulter le programme de l’Université : http://www.centre-inffo.fr/uhfp/