Archives de catégorie : Information orientation

Appel à communication : Parcours, désorientations, réorientations : des trajectoires scolaires aux mobilités professionnelles

Colloque du Réseau Sociologie de l’éducation et de la Formation (RT4), Association française de sociologie

Laboratoire LLS – Université de Savoie – Chambéry, 24-25 mai 2012

Le renouvellement des réflexions sur la mesure de la mobilité sociale et des soubassements qu’en constituent les parcours de formation initiale s’est jusqu’ici beaucoup centré sur les comparaisons inter-temporelles et intergénérationnelles, en alimentant le débat sur la notion de « déclassement » des enfants d’origine populaire et de classes moyennes. La thèse et sa controverse en sont bien connues : si le diplôme demeure la meilleure garantie d’emploi et de mobilité sociale, si la scolarisation s’est considérablement allongée pour toutes les catégories socioprofessionnelles, les générations nées au mi-temps des années 1960 se positionnent au-dessous de l’échelon social qu’occupaient leurs parents (Beaud 2003, Chauvel 2006, Duru-Bellat 2006, Peugny 2009). Force est de constater cependant que la massification scolaire a largement facilité l’ascension de ces catégories intermédiaires, et que le ressenti de descension sociale apparaît supérieur au phénomène objectif de déclassement (Maurin 2009).

Lors de cette journée d’étude, nous souhaiterions creuser la question des parcours et des trajectoires, non pas en empruntant la comparaison intergénérationnelle (qu’elle saisisse la probabilité des parcours individuels ou le devenir rétrospectif de cohortes), mais en abordant sous plusieurs autres angles l’hétérogénéité des mobilités ou au contraire la prégnance de trajectoires qui finissent par dessiner des « voies », sous l’influence de variables et de conjonctures diverses. (…)

Lire la suite de l’appel : http://calenda.revues.org/nouvelle22070.html

 

A lire : L’université, un espace de régulation. L’« abandon » dans les 1ers cycles à l’aune de la socialisation universitaire

Romuald Bodin et Mathias Millet « L’université, un espace de régulation. L’« abandon » dans les 1ers cycles à l’aune de la socialisation universitaire », in Sociologie 3/2011 (Vol. 3), pp. 225-242.

La récente multiplication de rapports ministériels, d’essais et d’articles plus ou moins grand public, ainsi que de travaux scientifiques insistant sur l’existence de taux « catastrophiques » d’« abandon » dans les 1ers cycles universitaires invite au réexamen d’un certain nombre de questions concernant l’université. Quels liens existe-t-il entre les transformations sociodémographiques du public de l’enseignement supérieur et les pratiques de non-réinscription ou de réorientation qui marquent la scolarité d’un grand nombre d’étudiants ? A-t-on raison d’interpréter ces pratiques étudiantes comme le résultat d’« échecs » individuels ou de défaillances institutionnelles, et ne faut-il pas plutôt y voir la conséquence de la place occupée par l’université au sein de l’enseignement supérieur et du rôle qu’elle y remplit ? (…)

Lire la suite : www.cairn.info/revue-sociologie-2011-3-page-225.htm

Appel à communication : Les Jeunes et le Travail

Appel à communication pour le colloque interdisciplinaire “Les jeunes et le travail”, organisé conjointement par l’IRT et le LEST.

Marseille, les 4 et 5 octobre 2012.

L’objet de ce Colloque est d’éclairer la question du rapport au travail des jeunes. Il poursuit un double objectif : (1) réunir et mettre en dialogue les éclairages diversifiés que peuvent produire les différentes disciplines des sciences humaines (sociologie, économie, gestion, droit…) ; (2) fournir aux acteurs en charge du dialogue social dans l’entreprise (représentants du personnel, inspecteurs du travail, experts, acteurs publics…) les connaissances nécessaires à l’action et à la décision. En effet, nous parviennent très souvent des interrogations de la part de salariés plus âgés, lors des stages organisés à l’Institut Régional du Travail, sur le comportement au travail de leurs jeunes collègues, comportements qu’ils ne comprennent pas et qu’ils critiquent souvent vivement. Ces critiques de salariés plus expérimentés contre les nouveaux entrants ne sont pas une nouveauté ; elles renvoient à des modifications croisées des conditions de travail et d’emploi et à des modifications quant aux caractéristiques des nouveaux entrants. (…)

Lire la suite : Appel à Communication VD – Colloque 2012 Les Jeunes et le Travail (IRT LEST)

Deadline : 20 février 2012

 

Journée d’étude : À la croisée de l’orientation professionnelle et de l’éducation sanitaire à l’école. Les films du Scérén-CNDP (années 1960-1970)

Journée d’étude organisée dans le cadre de l’ANR MedFilm, le 20 janvier 2012 à Paris :

PROGRAMME :

Accueil et début de la journée : 10h

  • 10h20 : Laurent Garreau (responsable du fonds Scérén-CNDP) : “Le système de production interne et les choix de réalisateurs du CNDP”.
  • 11h : Emmanuelle Simon (Université de Metz) : “L’entretien dans les films du CNDP”.
  • 11h40 : France Garat (Université de Metz) : “Le rapport à l’enfant comme spectateur et comme patient dans les films du CNDP”.
  • 12h20 : Annette Bon (ancienne directrice adjointe de l’INRP, ancienne responsable des programmes du CNDP) : Témoignage.

13h-14h : Pause repas (sur place).

  • 14h : Vincent Lowy (Université de Lorraine) : “Imagerie et représentation du cerveau dans le corpus du CNDP”.
  • 14h40 : Jacques Rutman (ancien réalisateur du CNDP) : Témoignage.
  • 15h20 : Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg) : “L’usine qui rend malade. Environnement et travail dans les films du CNDP”.

16h-16h10 : Courte pause.

  • 16h10-16h50 : Christian Bonah, Joël Danet (Université de Strasbourg) : “La profession de médecin dans le fonds CNDP”.
  • 16h50-17h30 : Anne Masseran (Université de Metz) : “La profession d’infirmière dans le fonds CNDP”.
  • 17h30-18h10 : Thierry Lefebvre (Université Paris-Diderot) : “L’enseignement des bonnes pratiques d’hygiène. Un exemple”.

18h10 : Conclusion

 

Réservation souhaitée : journeemedecins@gmail.com

Lieu : Paris (75013) (6-10 esplanade Pierre Vidal-Naquet (Université Paris-Diderot, Grands Moulins, entrée C, 6e étage, salle Pierre-Albouy))

Source : http://calenda.revues.org/nouvelle22372.html

 

 

 

 

Orientation scolaire et discrimination. Quand les différences de sexe masquent les inégalités

Le vendredi 20 janvier 2012, de 8h30 à 12h30, à l’IFÉ de l’ENS Lyon

Depuis les années 1980, les politiques publiques ont choisi de traiter les difficultés sociales et éducatives des populations fragilisées par une entrée territoriale puis une entrée individualisée Continuer la lecture de Orientation scolaire et discrimination. Quand les différences de sexe masquent les inégalités

A lire : Être sans diplôme aujourd’hui en France : quelles caractéristiques, quel parcours et quel destin ?

Parution en ligne de l’article de Rachid Bouhia, Manon Garrouste, Alexandre Lebrère, Layla Ricroch et Thibaut de Saint Pol. In Economie et statistique, n° 443, déc. 2011 :

Cet article vise à étudier la population des personnes sortant sans diplôme du système éducatif français et plus particulièrement à décrire leur parcours scolaire et leur insertion sur le marché du travail, à partir des données de l’enquête Formation et Qualification Professionnelle 2003 de l’Insee. La mise en œuvre d’une méthode d’appariement optimal sur le calendrier scolaire recueilli lors de l’enquête permet d’établir une typologie des différentes trajectoires menant à une sortie sans diplôme. Les difficultés scolaires précoces, qui se manifestent par des redoublements à l’école primaire, apparaissent comme un facteur particulièrement déterminant de la sortie sans diplôme du système scolaire. Mais les orientations au cours du secondaire jouent également un grand rôle, opposant les élèves qui effectuent leur scolarité au collège puis au lycée général à ceux qui connaissent une orientation rapide vers des filières professionnelles, avec des fins d’études très rapides ou des études plus longues en CAP ou BEP. Toutefois, les différentes trajectoires ne se distinguent pas uniquement par les caractéristiques scolaires des élèves, mais aussi par leurs profils socioéconomiques. Ainsi, les personnes ayant les caractéristiques sociales les plus favorables à la réussite scolaire présentent des trajectoires plus classiques et redoublent plus tardivement. Les effets de l’hétérogénéité des origines sociales semblent donc persister malgré la caractéristique commune d’être non-diplômé. Cette hétérogénéité a des conséquences sur l’insertion dans le marché du travail. Le fait d’avoir une qualification est un facteur favorisant l’insertion, même lorsque la formation n’est pas validée par l’obtention d’un diplôme. Même si les filières professionnalisantes, comme les CAP, semblent avoir un effet protecteur, ce sont les personnes qui ont suivi les trajectoires scolaires les plus classiques qui ont le taux de chômage le plus faible.

Télécharger l’article en ligne : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ES443B.pdf